“L’e-cigarette est un accessoire des rebelles sans cause”

Voici un article très intéressant sur les cigarettes électroniques, qui ont un certain succès dans la jeunesse de par leur aspect technologie, propre, et sucré (il y a plusieurs goûts, comme la pastèque, la rose, la cacahuète, la noisette, le jasmin, le caramel, la menthe fraîche, etc.)…

Mais aussi en raison de leur dimension faussement “rebelle”. L’article de Vean – VeganXEdgeXAntifaXNord met l’accent sur ce point précis.

L’e-cigarette est un accessoire des rebelles sans cause

Depuis le début de la semaine, les cigarettes électroniques sont vendues dans les pharmacies.

Voilà l’info. C’est la façon dont on envisage la santé en France. Pour que les gens accroc au tabac puissent arrêter de fumer, l’industrie pharmaceutique propose, grâce à l’appui de l’état bourgeois qui appuie l’initiative, des vaporisateurs à la nicotine.

Il faut vraiment que nous vivions dans une société coupée de la nature pour qu’il soit compliquer de se dire que pour ne plus être dépendant de la nicotine il faut…arrêter de consommer de la nicotine!

Le sevrage du tabac est une chose difficile. D’autant plus que les industriels y ajoutent un tas de produits toxiques pour augmenter la dépendance des fumeurs.

Beaucoup de personnes, consommateurs depuis de nombreuses années, ne réussissent pas à décrocher. Le tabac est l’une des drogues les plus dures, dans le sens qu’il rend accro quasiment à la première clope. Mais c’est aussi une drogue qui est dure, car elle tue.

Une étude du début des années 2000 attribuait 60 000 décès par ans au tabac. La situation s’aggrave sans doute car les jeunes fument plus tôt qu’avant, et que les femmes fument sur une plus longue période qu’il y a dix ans, d’après l’INSEE.

La région Nord-Pas de Calais est particulièrement touchée par la dépendance au tabac, les jeunes fumeurs sont plus nombreux qu’ailleurs en France, les cancers du poumon et de la langue aussi.

Bien sûr, il faut encourager toutes les tentatives de celles et ceux qui pensent à arrêter de fumer. Un arrêt de la cigarette, même si la personne reprend par la suite, malheureusement, sera quand même bénéfique pour sa santé.

Les jeunes sont les cibles prioritaires des industriels du tabac, comme de tous les dealers. Les jeunes sont sensibles à une nouvelle façon de consommer la nicotine qui est apparue depuis quelques mois : la cigarette électronique. Il s’agit d’un appareil électronique qui se charge avec de petits tubes d’un liquide chimique.

La personne inhale une vapeur parfumée. Les gens apprécient le fait qu’il ne se dégage pas de fumée, que ça « ne pue pas la clope ».

C’est nouveau, technologique et aromatisé. Cette fausse innovation ressemble à ce qu’ont fait les producteurs de boissons alcoolisées dans les années 2000, pour accrocher les nouvelles générations, ils ont fait des cocktails sucrés, colorés, et les ont mis dans un emballage « fun ».

Les prémixes ont ouvert la voie à un nouveau marché d’alcooliques. Les jeunes « e-fumeurs » seront sûrement massivement des fumeurs tout-court, les industriels auront fait ce calcul.

Parmi les gens qui utilisent la e-cigarette, il y a des fumeurs qui cherchent à arrêter, des jeunes qui se font piéger, et puis il y a les rebelles sans cause.

Ceux-là sortent leur cigarette électronique pour défier l’autorité. Comme si l’interdiction de fumer dans les lieux publics étaient une entrave insupportable à la liberté.

La dictature de l’air est leur ennemie. Ces zorro en carton vapotent en publics parce qu’ils n’ont pas d’autre combat. Ils se fichent de savoir si les produits de leur e-liquide ont été testés sur des animaux, ils se fichent de la nature.

Les vapoteurs rebelles sont à placer au même niveau que les types qui râlent contre les radars automatiques parce qu’ils ne peuvent pas laisser s’exprimer le moteur de leur subaru… Les rebelles sans cause sont toujours au service d’oppresseurs, les anti-radar roulent pour les industriels de l’auto, les vapoteurs roulent pour les industriels du tabac.