Sauvons le Rizzanese !

Voici deux communiqués concernant la lutte pour le Rizzanese, en Corse. Cette destruction de la nature est un symbole du saccage en cours de notre biosphére! Elle montre qu’il faut prendre le problème à la racine, que ce n’est qu’en alliant libération animale et libération de la Terre qu’on peut puiser assez de radicalité pour faire face à la destruction!

Rizzanese, Corse du sud
Un avvene senza avvene incù EDF
Un avenir sans avenir avec EDF

Fin septembre 2009, EDF et élus inauguraient en grande pompe la maison de l’énergie à Ste Lucie de Tallano, puis organisaient une concertation pour la préservation et l’aménagement du Rizzanese

Ces actions de communication ou plutôt de justification venaient à point nommé pour redorer leur blason ; après les prises de position de citoyens, d’artistes dont I Muvrini, A Filetta, l’Arcusgi, Barbara Furtuna, Francette Orsoni, Michelle Ettori . . . d’organisations comme Greenpeace, WWF …et les actions de mobilisation et de soutien à la rivière.

Une Maison de l’énergie mais pas de maison des jeunes et de la culture !

Le but avoué de la manœuvre serait d’informer la population, les élèves et enseignants sur le miracle de l’électricité ! Pour ce faire, ils s’achètent une virginité et le couvent qui va avec ! En plus de saccager notre région, EDF & ses croisés se sont octroyé une nouvelle mission, apporter civilisation et éducation aux autochtones.

Les marchands du temple ont pris d’assaut un couvent du XVe siècle pour y installer le veau d’or et la fée Électricité pour Madone et font main basse sur notre patrimoine en éradiquant toute possibilité de vie et d’avenir, balayant ainsi valeurs et richesses ancestrales !

Selon EDF, cette maison de l’énergie serait une « Passerelle entre le monde d’hier & celui d’aujourd’hui » :

Il faut croire qu’elle est d’une extrême solidité pour qu’ils aient réussi à y faire passer le vieux et poussiéreux projet de barrage sur le Rizzanese (1922). Oui, un barrage n’est pas un modèle de modernité et de légèreté, mais une solution archaïque et inadaptée aux besoins, intérêts et connaissances actuelles !

Dans cette maison de l’énergie, un « parcours initiatique » qui devrait conduire toute âme crédule ( nos chères petites têtes , les consommateurs de demain ) à penser que l’aboutissement d’une vie est de consommer, d’acheter des appareils, électriques, évidemment, d’avoir, de posséder et non d’Etre… La liberté selon EDF et nos élus, c’est de pouvoir consommer toujours plus d’énergie, qu’EDF produira, que nous payerons et pas seulement en euros.

Montant de la facture EDF :

-Le sacrifice du Rizzanese et de son environnement pour produire 4% de l’électricité de l’île, peut-être …
-Des paysages de destruction et de mort : une avenue de béton, un filet d’eau stagnante, saumâtre & stérile sur plus de 12km du fleuve, …
-Une économie basée sur le tourisme vert, condamnée à mort et avec elle, les efforts d’hommes & de femmes qui ont tout risqué pour entreprendre & développer dignement une activité économique.
-La perte des valeurs de nos anciens qui savaient que liberté ne rimait pas avec consommation.

La meilleure façon de se faire une opinion, c’est d’aller se rendre compte par soi-même du développement  magique que permet  la fée électricité : Défilé de l’Inzecca, Fium’orbu en aval du barrage de Sampolo, Golo en aval du barrage de Calacuccia et la Scala de Santa Regina désincarnée … Alors ? bientôt, un barrage sur chaque rivière de l’île ?

C’est un prix exorbitant à payer pour la micro région, la Corse et bien au-delà pour nos enfants & la Terre !

Non, les associations de défense de l’environnement ne sont pas rassurées par les propos d’EDF et de nos élus sur la préservation et l’aménagement du Rizzanese, à plus d’un titre :

Concertation : les citoyens, associations de défense de la rivière, entreprises compétentes en termes d’énergies renouvelables alternatives au barrage, sont exclus de toute concertation. EDF et élus n’ont ainsi, ni opposition, ni concurrence à gérer.
Faire de l’Alta Rocca une référence en terme de tourisme vert et respect des spécificités, richesses patrimoniales & environnementales ? L’Alta Rocca est déjà une référence dans ce domaine, ses spécificités et richesses patrimoniales seront justement détruites les unes après les autres avec la construction du barrage !

L’avenir du Rizzanese après la construction du barrage : il n’y en aura plus.

Sur-fréquentation touristique nécessitant la mise en place urgente de politiques de préservation : EDF et élus sont bien les seuls destructeurs du Rizzanese ! Les touristes n’y sont pour rien, la fréquentation de l’intérieur de l’île est loin d’être « saturée »

Commission concernant le développement touristique : probablement pour gérer l’après destruction du Rizzanese et des entreprises à vocation touristique qui en vivaient !

Partenariat universitaire : l’université de Corse & ses étudiants pris en otages par EDF pour servir de caution.
Communication : beaucoup d’argent dépensé enrobé d’un vocabulaire prétentieux et imprécis, langue de bois et langue de béton,  qui ne font que masquer une absence de projets pertinents et de réelle volonté d’action pour l’avenir .
exemple ? « rendre opérationnelles des actions, des solutions concertées»

EDF, chantre de la pensée et du partenariat uniques, chef d’orchestre de la cacophonie ambiante ne s’accordera jamais avec le chant du Rizzanese & au-delà de toutes les rivières !

Le second communiqué:

BARRAGE DU RIZZANESE
On ne nous dit pas tout

L’avenir du Rizzanese semble commencer à inquiéter les élus. Sont t-ils enfin conscients ? Croyaient-t-ils qu’EDF était soucieux de l’environnement ? Cela se saurait ! Il n’y a qu’à constater les dégâts actuels. Tout ce qui est fait ici va à l’encontre de la protection de la nature.

Peux-t-on réellement penser que dans cet état de choses, l’Alta Rocca peut rester une référence en matière de tourisme vert ?
Le tourisme vert est un atout pour cette micro région, pense-t-on qu’une forêt de pylônes de lignes haute tension ( EDF refuse d’enterrer les lignes *) va attirer les touristes?

Qui peut penser qu’en détournant le fleuve sur 12 Kms – du site du barrage jusqu’au confluent avec le Chiuvonu – en le privant de son eau sur cette longueur, en le bordant de panneaux d’interdiction et de mises en garde du danger, on fera venir des touristes ?. A Zoza, village situé sur la future partie détournée du fleuve, en saison, plus de 200 touristes/jour, sont là pour profiter d’un site magnifique. Et les amateurs de sports en eaux vives, sont-ils des touristes négligeables ?

Bien qu’EDF le nie, le Rizzanese est un fleuve poissonneux, en particulier en truites macro stigma, comme l’attestent les Associations de pêche. Que deviendront ces poissons après la construction du barrage ? En effet, Edf refuse de construire une échelle à poissons et propose de transporter les truites d’amont en aval en hélicoptère, sur une période de deux ans. Est-ce une plaisanterie ou simplement la réponse insultante d’une entreprise habituée à ne rencontrer aucune résistance de la part des pouvoirs publics ?

Est il sérieux d’inviter élus et associations de protection de la nature ( pas nous, bien sur ! ) à une réunion pour choisir la couleur de la conduite forcée. Qui est dupe d’une si démagogique et fausse concertation, n’y a t’il pas de sujets plus importants ?

La qualité de l’eau ? Le village de Sainte Lucie de Tallano est alimenté par une station de pompage située dans la partie court-circuitée du fleuve. Comment ce village sera-t-il alimenté en eau à l’avenir ? Une 2éme station de pompage se trouve dans la vallée et alimente en partie Sartène en eau potable.

Cette station va récupérer de l’eau mise en tube sur plusieurs kilomètres et ensuite turbinée dans une centrale électrique. Le Maire de Sartène reconnaît lui même que pour avoir une eau claire, il faudrait qu’elle soit pompée en amont du barrage. Nous pouvons alors nous demander ce que la construction du barrage va apporter comme amélioration à la qualité de l’eau ?

Pour la gestion du plan d’eau, pas la peine de s’affoler, EDF est catégorique, aucune activité nautique sur le plan d’eau, y compris la pêche.
L’énergie électrique ? Il faut savoir qu’avec une retenue de seulement 1 million de m3 utilisable, la production électrique ne pourra être limitée et disponible qu’aux seuls moments des pics hivernaux et peut-être estivaux; en effet, si la centrale fonctionnait toute l’année, le barrage se viderait en quelques jours.

Il faut croire que les publicitaires sont d’accord avec nous, en effet, pas un jour ne se passe sans qu’ils ne fassent l’éloge des panneaux solaires. On peut en poser partout et pas nécessairement sur des terres agricoles.
Le soleil à 5 milliards d’années à vivre, l’avenir est solaire.

On entend parler du barrage depuis plusieurs décennies. La recherche n’a cessé d’évoluer. Pourquoi imposer à cette micro région une solution si archaïque, alors que les barrages sont détruits partout dans le monde ?
On ne demande pas à EDF d’arrêter de travailler en Corse, mais de le faire autrement, chacun y trouvera son compte.

A.D.R.E ( Association de Défense de Rizzanese & de son Environnement )

* Si vous ne voulez pas de ces lignes à haute tension aériennes, vous êtes invités à donner votre avis, lors de l’enquête publique sur ce sujet qui se déroulera du 2 novembre au 1er décembre 2009 ( Sous préfecture de Sarténe, Mairie de Saint Lucie de Tallano, Mairie d’Olmiccia)

Articles pouvant vous intéresser