Mézilles le 3 septembre 2016 : manifestation contre la vivisection

Une “Manifestation Unitaire contre la vivisection” aura lieu à Mézilles, dans l’Yonne, le 3 septembre 2016.

On trouve là-bas un élevage datant de 1974 et qui est le plus grand élevage de chiens de laboratoire de France…

Voici une petite présentation, le site du du Collectif contre l’expérimentation et l’exploitation animale à l’origine de la manifestation essayant autant que possible de briser le mur du silence…

L’entreprise concernée est en effet bien entendu extrêmement procédurière, menaçant de porter plainte pour diffamation, ayant même réussi à gagner un procès contre One Voice…

Ne parlons donc pas de “suspicion de maltraitance” ou de choses de ce genre, puisque de toutes manières la vivisection est un crime en soi, bien suffisant pour être dénoncé…

Le centre d’élevage du domaine des Souches (CEDS) à Mézilles n’est pas un chenil comme les autres. Il fournit des chiens à différents laboratoires de recherches bio-médicales, en toute légalité.

Le CEDS s’étend sur 14 hectares au lieu-dit les Souches, situé au milieu d’un groupement forestier d’environ 800 hectares. Michel et Monique Carré ont implanté ce chenil en 1974.

« Nous avons fait une étude de marché et la demande était alors importante », raconte Michel Carré, ancien ingénieur de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM).

Avec son épouse, titulaire d’une maîtrise de biophysiologie animale, ils ont décidé d’arrêter la recherche et de se lancer dans l’élevage de chiens spécifique à l’expérimentation animale.

L’activité est légale et très réglementée. Le centre est soumis à autorisation préfectorale. C’est un établissement classé, agréé pour 500 femelles reproductrices. Quinze personnes y travaillent à plein temps dont un vétérinaire.

Selon les époux Carré, le chenil abrite un millier de chiens en permanence dont environ 300 femelles.

“Nous élevons principalement des beagles, race la plus propice aux tests d’efficacité et de sécurité des médicaments et à la mise au point de certaines techniques chirurgicales, explique Michel Carré. Nous avons aussi quelques golden croisés, des chiens plus grands, qui servent pour des tests d’alimentation et de techniques reproductrices.”

En 2010, la situation était la suivante :

1) Nombre de chiens reproducteurs (mâles/femelles) de l’élevage :

Race Beagle : 21 mâles – 230 à 250 femelles

Race Golden : 7 mâles – 50 à 60 femelles

2) Nombre de portées/an/chienne et nombre moyen de chiots par portée :

Race Beagle : 1 à 1,2/an/chienne avec 5 chiots/portée

Race Golden : adaptation de la reproduction selon besoins, avec un nombre maximum de 1,2 portées/an et par chienne

3) Age au départ des animaux et sociabilisation :

Sociabilisation des chiots à partir de l’âge de 3 semaines en présence de la mère et jusqu’au départ (procédure interne avec contact journalier des animaliers et soigneurs et suivi comportemental effectué par personnes dédiées plus précisément à cette tâche)

Age de départ : à partir de 8 mois pour la plupart des animaux, entre 2 et 3 mois pour des demandes spécifiques réglementaires à finalité de contrôle de vaccins canins.

On est là dans une entreprise de grande ampleur, dans une démarche très développée, d’où sa superficie comme le montre la photographie suivante.

Cela montre à quel point la vivisection a su se développer, s’ancrer et également se cacher, évitant soigneusement tout débat démocratique avec l’appui des institutions, afin d’éviter toute remise en cause…