L’étrange programme du REV d’Aymeric Caron

Le Rassemblement des Ecologistes pour le Vivant (REV), fondé autour d’Aymeric Caron, a tenu sa première réunion publique il y a trois jours (avec 450 personnes revendiquées, ce que la photo ne montre pas vraiment), à Paris, et a enfin un programme, rendu public le même jour.

Enfin ! Parce que jusqu’à présent, l’initiative était vide de sens, l’organisation d’un amateurisme complet, et on se doute bien que si l’adhésion est gratuite, ce n’est pas pour rien : c’est une coquille vide, une pure construction.

D’ailleurs, précisons le tout de suite : le mouvement n’est pas démocratique, il veut une société d’experts. Il est ainsi demandé la :

« Création du Comité du Vivant, collège de sages et d’experts constitué de scientifiques et d’intellectuels compétents chargés d’éclairer sur toutes les questions liées à l’environnement et aux droits des animaux. »

Ce « Comité du Vivant » désignerait des gens d’ONG pour former le tiers des membres d’une Assemblée naturelle qui remplacerait le Sénat, un autre tiers étant élu, un autre tiers composé de hauts fonctionnaires.

Cela signifie que la société serait verrouillée par des experts, puisque le Sénat verrouille le parlement… C’est très technocratique, comme dans les années 1930 dans les propositions de laboratoires d’idées d’extrême-droite pour mieux « gérer » la société.

Et comme on le sait, nous sommes toujours prompts à disqualifier comme fachos et esprit des années 1930 toute affirmation régressive alliant culte de la petite production, technocratie et spiritualité : autant dire qu’ici nous ne sommes pas déçus.

Surtout que dès le départ, le programme exprime de manière frontale une espèce de mystique :

« Le REV est le mouvement politique qui représente l’écologie essentielle. L’écologie essentielle est une écologie métaphysique qui s’oppose à l’écologie superficielle, laquelle est une écologie mathématique. »

Étant donné que métaphysique signifie « au-delà » de la physique et désigne l’interprétation spirituelle de cet au-delà, on est bien là dans le mysticisme.

Entendons-nous bien : on peut tout à fait être vegan et bouddhiste… Mais pour être vegan il faut aimer concrètement les animaux, pas les lier à la question de l’au-delà. Or, là, avec le REV, il n’y a pas l’amour des animaux – rappelons qu’au début de son ouvrage « Antispéciste », Aymeric Caron assume de rejeter cet amour.

C’est là un véritable problème de fond. Et quand on ne voit pas cela, on en arrive à des revendications tordues, comme celle d’une « période transitoire » où :

« Les morceaux de viande devront obligatoirement être accompagnés d’une photographie de l’animal vivant puis de son abattage ».

Et voilà, comme d’habitude. Comme avec L214 et les autres. On commence par dire qu’on veut tout changer. Et on se retrouve à demander, quoi? La photographie d’un animal tué sur la « viande  ».

Non mais franchement. Tout ça pour ça ? C’est cela, la libération animale ? Demander une période transitoire, en proposant à côté de cela dans le programme la réduction du temps de travail à 28 heures et la gratuité de l’eau du robinet ? Ou bien – et là c’est incompréhensible parce qu’il en faudrait plutôt partout – « la fin des radars automatiques sur les routes » ?

Dans un même ordre d’idée, toujours pour la transition, le REV demande une :

« Interdiction de la chasse les weekends, vacances scolaires et jours fériés. »

Là, c’est pareil. On veut défendre les animaux, mais on se retrouve à faire quoi? A demander l’arrêt de la chasse… le week-end.

C’est d’autant plus choquant, d’ailleurs, que le combat contre la chasse ne saurait être transitoire. On peut réclamer sa fin directement : la population est d’accord et de toutes façons lorsque les choses bougeront, les chasseurs seront dans leur écrasante majorité du mauvais côté…

Cependant, ne parlons pas de demain, parlons d’aujourd’hui : après tout, le REV se veut un parti politique qui va progressivement changer les choses. Imaginons que ce genre de revendications transitoires puisse avoir un sens et allons à l’essentiel : la vision du monde.

Deux points nous intéressant sur le plan du véganisme : la nature du véganisme tout d’abord, la question de la Nature ensuite.

Sur le véganisme, il est dit – ou plutôt sur l’antispécisme, terme que nous rejetons de notre côté en défense du véganisme :

« Nous sommes antispécistes : nous réclamons une égalité de considération pour toutes les espèces animales sensibles.

L’antispécisme s’inscrit dans la continuité de tous les combats menés dans l’histoire en faveur des populations discriminées (lutte contre l’esclavage, lutte pour les droits civiques des afro-américains, pour les droits des femmes, pour les droits des homosexuels…). »

On retrouve la dimension passive : les animaux sont loin, ce sont les autres, les discriminés. Ils ne font pas partie de la Nature, comme nous, il ne faut pas les aimer. Finalement, il est logique que le REV parle du vivant et pas de la vie : lorsque nous disons de notre côté « en défense de toute vie », le REV parle du vivant, afin d’échapper à la question de la compassion, de l’amour, du bonheur.

Il ne se situe pas dans la tradition athée, épicurienne, naturaliste, appelons le comme on voudra – nous dirons simplement : vegan straight edge !

Il fait du vivant un mysticisme, par ailleurs ainsi défini :

« Nous nous engageons pour la protection du vivant sous toutes ses formes : humain, non humain, animal et végétal (…).

Nous reconnaissons une hiérarchie dans les expressions du vivant. Nos obligations ne sont pas les mêmes à l’égard des animaux sensibles non humains et des végétaux. »

Nous allons protéger tout le monde sans distinction ! Mais nous ferons une hiérarchie quand même ! Nous allons protéger les animaux des forêts ! Mais que le week-end ! Nous allons protéger les animaux des élevages ! Mais symboliquement avec une photographie !

Quelle défaite morale, intellectuelle ! Quelle misère humaine !

Articles pouvant vous intéresser