Chicken Run: un film où les poules font la grande évasion!

Hier, soit le 24 au soir, on pouvait voir sur France 3 le film Chicken Run. Serait-ce un clin d’oeil sordide ou constructif par rapport aux dindes tuées pour être mangées ce soir-là? En tout cas le film passait avant une émission de cirque…

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas, voici une présentation de ce film très intéressant. Notons également qu’aux USA, pour la fête de Thanksgiving, le président “gracie” traditionnellement une dinde (ainsi que sa “doublure”).

Cette tradition date de plusieurs décennies, et aujourd’hui les dindes sauvées sont accompagnées lors d’une grande parade, avant de finir à Disneyworld. Remarquons tout de même que pour la même occasion aux USA, 46 millions de dindes sont tuées…

Chicken Run est un film sorti en 2000, et fait à partir de pâte à modeler. Il s’agit d’un remake du film de 1963 « La grande évasion », avec notamment Steve McQueen.

Dans Chicken Run, les poules tentent de s’évader du poulailler, qui est présenté comme un camp de concentration. Il y a ainsi de nombreuses allusions aux méthodes nazies: le meurtre par la hache, la discipline de camp, l’élimination des plus faibles, puis l’extermination finale à la fin du film.

Tout le film tourne autour de l’organisation de la rébellion, dirigée par la poule Ginger, et des tentatives d’évasion, qui échouent toutes sauf la dernière, permettant d’éviter le meurtre de toutes les poules par la machine à faire des tourtes.

Ce film est vraiment d’une problématique végane: Ginger tient à un moment un discours, où elle exprime le rêve de poules libres dans la nature, sans qu’il n’y ait plus d’éleveurs. A un moment on la voit rêver en regardant des oies sauvages voler dans le ciel (formant d’ailleurs un « V » comme celui de « victoire »).

A la fin les poules évadées se retrouvent dans un territoire protégé, passant leur temps à s’amuser et jouer, notamment au cricket. On y retrouve également les rats, qui à la fin philosophent comme quoi ils mangeraient bien un oeuf, et que donc il faudrait une poule, et donc faire un élevage. C’est toute la question de l’exploitation animale qui se pose en filigrane.

Les rats sont d’ailleurs présentés comme très malins, très débrouillards, chipant le matériel pour les poules révoltées. Ces dernières sont d’ailleurs aidés par un vieux coq anglais, qui a servi de mascotte pour la Royal Air Force (il est de tradition dans certains régiments de certains pays d’avoir des mascottes animales), mais également par un jeune coq américain échappé d’un cirque.

On remarquera qu’il y a une problématique féministe qui est posée. Seule Ginger est une poule vraiment rebelle, les autres ne possédant pas la culture de la rébellion, et toutes tombent sous le charme, sans aucun sens critique, du coq américain qui en profite d’ailleurs pour se faire servir.

A cela s’ajoute que si l’élevage est mené de père en fils depuis plusieurs générations, c’est une femme qui le gère: elle représente la figure typique de la femme ayant accepté les valeurs patriarcales et s’impliquant au maximum.

On notera également que l’exploitation animale est clairement présentée: la machine industrielle pour produire des tourtes est acheté par le couple d’éleveurs afin de faire du « profit. »

A ce titre Chicken Run vaut vraiment le coup d’oeil. S’il se présente comme un simple divertissement, sur le plan culturel il présente de nombreux aspects de notre réalité.

Articles pouvant vous intéresser