Jean-Louis Borloo rend la belette aux chasseurs

Jean-Louis Borloo, le ministre de l’Ecologie, a annoncé mardi 24 février dans un communiqué qu’il suspendait un arrêté protégeant la martre et la belette.

En effet, le ministère avait supprimé les deux mammifères de la liste des animaux nuisibles par arrêté le 2 décembre 2008. Cet arrêté était pour Jean-Louis Borloo "une erreur".
Après un déjeuner de travail entre la Fédération nationale des chasseurs (FNC) et le ministre, il a donc été décidé de revenir sur cette décision, qui "n’avait pas été prise conformément aux principes qui régissaient la table ronde sur la chasse", déclare le ministère dans un communiqué.


En outre, le ministre indique attendre les "résultats d’une étude scientifique que le Muséum National d’Histoire Naturelle rendra le 15 mai, et du rapport demandé au député Pierre Lang sur ce sujet".

De leur côté, les chasseurs de la FNC se sont réjouis mercredi de cette décision qui s’est faite à la demande de Charles Henri de Ponchalon, président de la Fédération.
"Le ministre a reconnu que cette décision (l’arrête du 2 décembre) était une erreur car elle ne respectait ni la procédure mise en oeuvre avec la Table Ronde, ni les données scientifiques indispensables à ce genre de décision", poursuit le communiqué de la FNC.
La classification de la martre et de la belette en tant qu’animaux nuisibles permettra aux chasseurs d’en réguler les populations, comme c’était le cas depuis le 30 septembre 1988.

"Ils veulent ainsi protéger le gibier qu’eux-mêmes chassent, comme le faisan et le lapereau, notamment ceux qu’ils lâchent dans la nature et qui deviennent des proies faciles pour ces petits carnivores", explique Christophe Aubel, directeur de la ligue Roc.
Parmi les "actions prioritaires (du ministère) pour les prochaines semaines", Jean-Louis Borloo et la FNC se sont mis d’accord sur le lancement d’un plan national de régulation des sangliers "mis en oeuvre dès ce printemps pour répondre au caractère d’urgence dans de nombreux départements", d’après les chasseurs. La prolifération des sangliers inquiètent notamment les agriculteurs, en raison des importants dégâts que peuvent causer ces animaux dans les cultures en plein champ.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire