Katka, culture et dépendances

Ce vendredi à 23H05, Arte diffuse « Katka », un documentaire poignant (on peut voir un extrait ici), qui a eu un grand retentissement en République tchèque. Voici la présentation faite par Arte:

La bataille contre la drogue d’une jeune junkie tchèque, filmée pendant quatorze années.

Katka a commencé à se droguer à l’âge de 16 ans. « Pour être différente », disait-elle. Trois ans plus tard, c’est dans le centre de désintoxication où la jeune fille tentait de lutter contre son addiction que la réalisatrice Helena Trestikova a fait sa connaissance. Elle la suit alors dans son quotidien, entre violence et apaisement, désirs de « vie normale » et rechutes, espoirs et renoncements.

En 2001, un premier documentaire est diffusé à la télévision tchèque. Cette peinture d’une existence dévastée par la drogue a un tel impact sur le public que la réalisatrice décide de poursuivre son travail.

Durant les neuf années qui ont suivi, elle a tenté de répondre aux questions restées en suspens : quelle vision de la vie Katka peut-elle avoir sous l’emprise des stupéfiants ? Comment les services médicaux peuvent-ils l’aider ? Si la jeune femme est le personnage central du film, Helena Trestikova y décrit également la spirale infernale de l’addiction, la violence de la rue, les limites des centres spécialisés qui, à défaut d’offrir une véritable écoute, choisissent la substitution chimique…

Aujourd’hui encore, Katka erre de squats en squats, son mari est en prison et son enfant (dépendant à la naissance) lui a été enlevé. Telle est la réalité terrible de la drogue et un tel documentaire le rappelle (il sera rediffusé le 21 juillet 2011 à 03h05, et on notera éventuellement que la réalisatrice, Helena Třeštíková, passe en France, à Paris au centre culturel tchèque au début octobre 2011, pour présenter ce documentaire).

Les personnes droguées sont des victimes. Les drogues sont des tentatives de s’échapper d’un monde insatisfaisant, justement selon nous parce qu’il est dénaturé!

Voici à titre d’illustration des paroles d’une chanson vraiment très parlante sur cette réalité, montrée ici sans fards, depuis justement des lieux totalement dénaturés, des ghettos populaires. Il s’agit de la chanson « Culture et dépendances » (on peut voir le clip ici) de Gmoni, Diem et P.O. :

Cousin tu peux m’appeler bolosse
mon attitude fait peine à voir ce soir
il me faut de la verte et je ferais tout pour en avoir

l’espoir d’une vie sans histoire a basculé un jour d’été
depuis je traîne ma dépendance
jusqu’au point d’être endetté
je suis embêté

comment stopper l’hémorragie
y’a qu’en présence de substances illicites
que mon corps réagit

(…)

Devenu celui que je redoutais
devenu celui qui vraiment me rebutait
au départ j’en doutais,
ce n’est pas mon coeur que j’écoutais

(…)

demande moi ne serait ce qu’une taffe et je deviens malentendant
dans mon petit monde pas de prétendant,
que des p’tits joueurs que j’fume pépère
le sbire au bec, sa fumée blanche

(…)

c’est ma culture ma dépendance
nigaud remballe toute tes sornettes
pas besoin de ta cure, ton programme
moi et mon spliffe on s’en sort net

Une Dernière taffe, encore un dernier verre
un dernier rêve, interminable, jme sens minable
toutes les dépendances

y a qu’à toi-même que tu ne peux pas mentir
ce rôle finira par t’anéantir
il n’y a qu’à ralentir
mais cela empire
ta conscience c’est la seule à en rire

(…)

on oublie à force qu’on s’enivre
forcément qu’on s’ennuie
forcément qu’on sent qu’on s’enlise
mais on ferme les yeux en pensant qu’on s’en tire

l’ivresse masque les penchants sensibles
créée des gestes insensés
mais les douleurs s’effacent
quand les pupilles se dilatent
et du coup la santé se dégrade
tu fuis ces voix qui te parlent

(…)

tes nuits blanches parfois sont des cauchemars

Une Dernière taffe, encore un dernier verre
un dernier rêve, interminable, jme sens minable
toute les dépendances

(…)

je t’avoue que j’aimerais y mettre un stop mec
la vérité c’est que je me répète
à la longue la folie de ce monde m’inquiète
faut que je trouve un point de chute, un refuge

Ce n’est pas pour rien que l’un des principaux groups de musique straight edge de la fin des années 1980 (la génération ’88), Youth of Today, est devenu « Shelter », qui veut dire « Refuge » et était lié aux Hare Krishna.

Refuser les drogues dans ce monde est difficile, et Youth of Today a refusé la drogue pour en tomber dans une autre: une drogue religieuse. Religion, nation, voilà des obsessions, des drogues tout aussi brutales que l’alcool, le haschisch ou l’héroïne.

Etre vegan straight edge, c’est affirmer que ce monde nous suffit quand il est lui-même, quand il est naturel. D’où l’ouverture de notre esprit, de notre coeur et de nos sens aux animaux non humains, aux végétaux…

Haboob en Arizona

Le terme « Haboob » vient d’Afrique, mais il est employé depuis une vingtaine d’années en Arizona, de manière populaire, afin de désigner une tempête de sable.

C’est le même phénomène en effet qu’en Afrique, et l’avant-dernière nuit une telle tempête a frappé la ville de Phoenix. Les tempêtes se forment dans le nord du Mexique et dans le sud de l’Arizona.

Le mot Haboob provient de l’arabe (Hebbe, « soufflé ») et il y a 24 tempêtes de ce type chaque année au Soudan. Dans un poème qui lui est dédié, le poète américain Charles Muñoz qualifie de « Haboob du grand Arizona » Edward Abbey, le grand romancier nord-américain écologiste et auteur du « gang à la clef à mollette », qui largement influencé la naissance d’Earth First !

Ce sont des orages qui ont provoqué la formation de cette tempête de sable, et Phoenix (5ème plus grande ville des États-Unis) se situant en fait en plein désert de Sonora, a pris de plein fouet une tempête de 80 kilomètres de large, avec des rafales allant jusqu’à 96 km/h.

 

La situation à Khimki : résultat du procès et écotages

Finalement, l’issue sera heureuse pour les personnes arrêtées suite à la « bataille de Khimki » (voir émeute antifa en défense de la forêt de Khimki). Un acquittement et une peine de deux ans mais avec sursis prouvent bien que la solidarité internationale, cela paie !

On notera par contre qu’une troisième personne est encore en prison. Voici le communiqué du groupe de solidarité en Russie. A la suite, nous mettons quelques communiqués de l’ELF, qui mène régulièrement des actions au sujet de la forêt de Khimki.

Le 24 juin la juge du tribunal de la ville de Khimki Néonila Zepalova a prononcé la condamnation contre « les otages de Khimki ».

Alekseï Gaskarov, l’antifasciste qui avait été présent à l’action devant la municipalité de Khimki en sa qualité de correspondant de l’Institut « Action collective », a été acquitté (non-lieu).

L’autre accusé, Maxime Solopov, lui aussi antifasciste, a été reconnu coupable de hooliganisme et condamné à 2 ans de prison avec sursis de 2 ans.

La juge a estimé que Solopov eût tiré en l’air au pistolet traumatique et eût jeté des projectiles sur le bâtiment de la municipalité. Dans ses conclusions la juge s’est basée sur les dépositions des témoins de charge Krivochavova et Khramov.

Le fait qu’à l’audience pénale la militante sociale Anastassia Krivochanova avait modifié ses dépositions faites à l’instruction préalable et avait porté plainte au parquet sur une pression psychologique exercée sur elle lors l’interrogatoire, – la juge l’a rejetée, car le procureur n’y avait pas trouvé de base juridique pour initier la procédure contre les juges d’instruction.$

En outre la sentence a fait référence à des vidéos de l’action du 28 juillet où un homme masqué figure vêtu plus ou moins comme Maxime Solopov. Bien que le tribunal ait examiné cette preuve et aucun témoin n’a reconnu Maxime à ces vidéo.

La juge a rejeté comme insuffisamment prouvé le chef d’accusation retenu par le parquet qui consistait à l’existence d’un groupe organisé qui aurait eu prémédité l’attaque contre la municipalité de Khimki.

Maxime Solopov a l’intention de faire appel de la condamnation, Alekseï Gaskarov demandera une compensation pour les 3 mois passés derrière les barreaux.

Le troisième prévenu dans “l’affaire de Khimki”, l’antifasciste russe et l’artiste peintre Denis Solopov a été arrêté à Kiev le 2 mars 2011. Le 31 mai le tribunal de l’arrondissement Chevtchenkovski a prolongé sa détention à 2 mois de plus.

Le 22 juin à Moscou au Centre Andreï Sakharov a été ouverte l’exposition personnelle de Denis Solopov.

La Campagne pour la mise en liberté des “otages de Khimki”

 

Voici les communiqués de l’ELF – Russie.

25 juin

L’ELF Russie prend la responsabilité de l’incendie d’un concessionnaire Lexus/Toyota dans l’ouest moscovite, le 21 juin.

Quatre voitures de luxes (dont trois 4×4 Lexus) ont été attaqué à la bombe incendiaire (de l’essence, des bouteilles de gaz butane et une amorce), selon les médias capitalistes.

Meilleurs vœux à Luciano ! La lutte continue !

ELF-Russie, Réseau international d’action et de solidarité / Front révolutionnaire International


13 juin

« Pour moi, la solidarité est une proposition constante pour lutter, c’est la continuation et le développement de l’action révolutionnaire pour laquelle le compagnon a été arrêté » – Gerasimos Tsakalos, Conspiration des Cellules de feu

Solidarité avec Marie Mason et Eric McDavid – Actions de l’ELF dans la région de Moscou en Russie

Le 1er juin, nous avons incendié des appareils de mesures et de contrôle dans deux cabines souterraines du système de communication d’eau, qui amène l’eau chaude au site des services de renseignement militaire dans la forêt de Butoskiy.

En plus du fait que cette infrastructure sert le personnel militaire, plus de 800 arbres ont été coupés durant les travaux souterrains pour cette ligne d’approvisionnement en eau en pleine forêt. Pour gêner davantage les brigades de servie, nous avons également jeté des pics [de métal, courbés et montés les uns sur les autres pour crever les pneus] sur la route utilisée pour le maintien du système.

Le 5 juin, nous avons incendié un excavateur sur le site de construction d’une autoroute à l’ouest de Moscou (en direction de Volokolamsk).

Les 6 et 10 juin, nous avons exproprié du matériel de construction et détruit des postes de mesures des géologues dans les clairières de la forêt de Butovskiy.

Le 11 juin, nous avons pénétré illégalement dans une autre cabine de service souterrain et mis le feu à tous les appareils digitaux et analogiques, ainsi qu’aux outils à l’intérieur.

Nous ddions ces attaques à Marie Mason et Eric McDavid. Nous n’avons pas lhonneur de les connaître personnement, mais leur engagement à protéger notre Planète et les choix conscients qu’ils ont fait, non seulement d’agir mais également de savoir faire face aux répressions d’Etat, nous inspire et nous aide à continuer sur notre voie.

Pour la libération de la Terre ! Pour la libération humaine !

– ELF Russie, Fédération Anarchiste Informelle / Réseau International d’Action et de Solidarité


4 mai

Durant la nuit du 4 mai, nous nous sommes faufilés jusqu’à trois autres moissonneuses et les avons incendiées, utilisant la grosse pluie pour nous couvrir. 15 minutes après, il y a eu une explosion (nous pensons que le feu dans la partie hydraulique en est la cause).

La police et les responsables municipaux ont confirmé le succès de l’incendie et l’évacuation du véhicule détruit (lien au cite de la campagne écologiste avec des citations : http://ecmo.ru/news/n-1778/).

Le printemps a vu continuer sans relâche l’abattage d’une grande partie de la forêt de Khimki. Malgré de nombreuses et massives protestations, tous les trucs légaux et libéraux (sondages, pétitions, actions en justice, concerts, manifestations, sentinelles, etc.), les autorités, les forces de l’ordre et leurs laquais fascistes et mafieux (pour toujours ensemble en Russie) poussent à ce que soit terminé les abattages afin qu’ils puissent passer à la construction de la route.

Et dans une partie de la forêt, ils ont déjà redirigé un cours de la rivière (un site seul et important, de signification pour la population aviaire de la zone) afin de faciliter la construction d’un point de jonction de la route (en russe, mais avec des photos : http://ecmo.ru/news/n-1772/).

Nous appelons toutes les personnes se sentant concernées à mener des actions contre Vinci, France (le consortium international finançant le projet de déforestation), qui à ce qu’il semble la seule cible viable en dehors de la Russie.

Nous exprimons notre reconnaissance pour votre solidarité à l’extérieur [de la Russie], et notre solidarité de notre résistance globale va à vos luttes locales !

ELF – Russie, Réseau International d’Action et de Solidarité / Fédération Anarchiste Informelle

20 avril

Dans la nuit du 20 avril 2011, nous avons incendié une moissonneuse utilisée pour la construction d’une autoroute à péage dans la forêt de Khimki.

Un garde nous a remarqué au moment de mettre le feu, mais a eu trop peur pour intervenir. Nous avons pu quitter le terrain sans lui causer du mal, à lui ou ses collègues (salopards qu’ils étaient, dormant à côté de leurs précieux véhicules partant en flammes).

ELF – Russie


11 avril

Un groupe de l’ELF prend la responsabilité d’incendier un baraquement ouvrier (le bâtiment a été inspecté pour s’assurer qu’il n’y avait personne avant l’attaque) dans le lieu d’abattage d’arbres dans le sud de Moscou, forêt de Bitcevski, la nuit du 11 avril.

Ont été utilisés cinq litres d’essence et un engin incendiaire à retardateur, en raison de la proximité d’un bâtiment de gardiens et de la présence de nombreuses sentinelles dans la région.

La forêt a connu de nombreuses actions d’ecotages [écologie + sabotage] (pics en métal [placés sur les arbres pour casser la tronçonneuse lors de l’abattage], incendies de véhicules et de baraquements, etc.), ainsi il y a une intense présence policière.

Pas de photos ni de vidéos n’ont été rendues publiques. Le baraquement et son contenu n’ont explosé qu’avec cinq minutes de retard, pour des raisons inconnues.

ELF-Russie, Réseau international d’action et de solidarité / Fédération Anarchiste Informelle


9 avril

Des « guérilleros urbains » ont assumé la responsabilité de l’incendie d’un grand excavateur servant à la construction de bâtiments dans un site près de la forêt de Bitcevski, le 9 avril.

Ce projet de construction est fait en partie par le service de renseignement de l’armée russe. Du personnel militaire est censé être stationné dans la bâtiment. La vidéo de l’action et le communiqué en russe est disponible ici : http://blackblocg.info/index.php/protestnye-dejstviya/93-gorodskie-partizany-atakovali-tochechnuyu-zastrojku-v-yasenevo

5 avril

Dans la nuit du 5 avril 2011, un excavateur a été incendié et a explosé au bout de dix minutes, sur le site de la construction d’une autoroute qui passe par les forêts de la région de Moscou.

ELF – Russie

12 mars

Un groupe d’activistes de l’ELF informe de l’attaque à la bombe d’une banque la nuit du 12 mars. Les fenêtres ont été brisées et 4 cocktails molotovs (3 litres d’essence en tout) ont été jetés à l’intérieur des bureaux, pour un beau et brillant incendie.

La banque que nous avons choisi joue un rôle majeur dans le soutien financier au projet de déforestation de la forêt de Khimki : elle a prêté 29 milliards de roubles aux responsables de la construction de l’autoroute à péage qui a déjà tué des hectares de forêt dans le nord de Moscou.

Nous exprimons notre tendre solidarité avec les anarchistes de Biélorussie qui souffrent de la répression d’Etat pour leur prise de position active contre la destruction de nos forêts (ils sont accusés d’une tentative d’attaque incendiaire contre l’ambassade russe à Minsk en Biélorussie).

Et nous appelons à des actions décentralisées contre la Sberbank de Russie, l’entreprise Vinci et les bureaux du gouvernement biélorusse à l’étranger, le 15 mars (ou plus tard, peu importe la date) en soutien aux compagnons biélorusses.

ELF – Russie


4 mars

2 voitures officielles d’Eat ont été incendiées à Moscou les 2 et 3 mars.

Les véhicules ont été ciblées car ils appartiennent aux officiels d’Etat travaillant pour la municipalité qui est engagée dans un grand projet corrompu avec comme objectif la bobo-isation du sud de Moscou et la destruction des forêts de la région.

ELF – Russie


19 février

La construction de petites maisons bourgeoises a lieu dans la région de Moscou (Russie) dans un endroit appelé Opaliha.

Comme d’habitude, un tel bâtiment se situait dans une belle zone forestière, sur les rives du lac Lesnoe (terme voulant dire « forêt » en russe).

De nos jours, il y a de vastes abattages de pins et les mares sont détruites en raison des travaux massifs du bâtiment et des excavations.

Ainsi, la forêt et le lac sont en vente, la privatisation et finalement la destruction. Nous ne pouvons pas l’accepter !

Tard dans la nuit du 19 février 2011, nous, véritables filles et fils de la Nature, avons incendié le dépôt de combustible des matériaux de construction placés dans l’une des maisons non terminées.

Cela a amené un grand incendie de tout le bâtiment. Nous avons également incendié le transformateur électrique et ainsi causé des dommages considérables à ces assassins de la Terre-Mère.

Vous pouvez voir la vidéo et l’histoire détaillée en russe ici : http://blackblocg.blogspot.com/2011/02/blog-post_2825.html

Continuons de travailler partout dans le monde pour la Nature et la liberté !

ELF – région de Moscou

 

19 février

Tôt dans la nuit du 19 février 2011, sous la luière de la pleine lune, nous avons incendié un bulldozer caterpillar dans une clairière de la forêt de Khimki dans le nord de Moscou en Russie.

L’Etat et les capitalistes privés ont fusionné afin de construire la route à travers la forêt – nous leur ferons payer pour chaque arbre abattu.

Fougueuse solidarité avec Mikalaj Dziadok, Aliaksandar Fratskevich, Ihar Alinevich et Maksim Vetkin, anarchistes de Biélorussie (accusés de plusieurs attaques au cocktail molotov contre des bâtiments de l’Etat et du capital), Adrian Magdaleno Gonzales et Braulio Arturo Duran du Mexique, Walter Bond (‘ALF Lone Wolf’) des USA, les anarchistes du Chili (le « bomb case ») et les compagnons percutés en Grèce pour une supposée appartenance à la Conspiration des Cellules de feu.

 

27 janvier

Dans la nuit du 27 janvier, un groupe d’activistes de l’ELF est allé sur le site de la construction situé dans les banlieues sud de Moscou.

Malgré que le site soit très illuminé par les nombreux poteaux d’éclairage, nous avons réussi à aller directement aux véhicules (un bulldozer Caterpillar et un autre, non identifié), avec 10 litres d’essence et des chiffons.

Les gardiens étaient soit saouls soit endormis dans leur voiture spéciale de surveillance, et les bulldozers sont partis en flammes.

Notre responsable de la surveillance a rapporté que le feu s’est déclaré cinq minutes après que nous ayons quitté le site (toujours pas d’alarme à ce moment-là), nous espérons que les engins ont bien brûlé ce soir-là.

PS : l’entreprise attaquée est la même que celle responsable de la destruction de la forêt de Khimki, dans le nord de Moscou (plus d’informations à ce sujet peut être trouvé sur khimbkibattle.org)

ELF – Russie


21 janvier

Dans les nuits des 19 et 21 janvier, un groupe d’activistes de l’ELF ont mené deux attaques contre un complexe sportif hivernal, construit dans un parc dans le sud de Moscou.

A la suite de cela, un mini bulldozer a été incendié (5 litres d’essence et des chiffons ont été placé sur et à l’intérieur), et un hangar qui protège des véhicules de construction a été incendié en de nombreux endroits.

En solidarité avec la lutte environnementale et anarchiste partout dans le monde.

ELF – Russie.


1er janvier

L’ELF incendie des véhicules de construction d’autoroute durant les fêtes du nouvel an

Un nouveau programme de développement industriel est lancé en Russie, pour la région de Moscou, à compter du 1er janvier 2011.

Cela signifie, à 90%, de la déforestation qui frapperont ce qui reste de la nature et de la faune locales, avec de nombreux problèmes à la suite, comme des inondations, des feux, un air pollué et la détérioration continue de l’écologie de la ville.

Ainsi, dans un geste de mépris et de défi à ces plans, nous avons incendié deux excavateurs et une machine à asphalter.

Les véhicules sont allés au feu un peu après que la montre ait passé minuit, dans le son et la lumière de différents feux d’artifices. Cela valait le coup d’oeil.


28 décembre

Un bulldozer a été incendié par un groupe d’activistes de l’ELF durant la nuit de la pleine lune (22-23 décembre). Le véhicule est une composante du projet de bobo-isation de la région de Moscou, où les autorités locales ont décidé de construire des maisons pour l’élite sur les rivages du très beau lac de la forêt.

Comme d’habitude, les riches devraient payer un peu plus pour leur arrogance et leur dédain pour les gens communs (à qui on a volé un endroit pour marcher et nager), mais surtout pour leur viol de la nature.

Joyeuse crise et une joyeuse nouvelle année depuis la Russie !

ELF – Russie

International Animal Rights Gathering

Cette année, le rassemblement international « Animal Rights Gathering », avec des discussions, des ateliers, etc., aura lieu en Hollande. Voici une petite présentation.

Rejoignez-nous pour la 13e édition du rassemblement international des droits des animaux qui aura lieu aux Pays-Bas du 15 au 17 Juillet 2011.

L’événement offrira une grande variété d’ateliers et de discussions, ainsi que de la nourriture vegan et des divertissements. Le programme devrait traiter une large gamme de sujets ; militantisme, philosophie des droits des animaux, création de groupes, organisation d’enquêtes, efficacité des campagnes, écologie, féminisme et plus encore !

Des militants de tous les coins du monde se réuniront pour échanger des idées, des tactiques, des informations et des compétences, rencontrer de vieux amis et s’en faire de nouveaux, le tout dans un beau cadre rural de la campagne hollandaise.

Des aménagements et une garderie seront organisés pour les jeunes enfants afin que cet événement soit pratique pour les familles. S’il vous plaît, n’hésitez pas à nous contacter (en anglais) pour plus d’informations, partager vos idées sur les gatherings précédents ou envoyer des suggestions pour la IARG à venir.

Toutes les suggestions, les idées, les propositions d’aide ou inscriptions d’ateliers sont les bienvenus.

N’oubliez pas ! Le 14 Juillet (un jour avant le début de la IARG) nous aurons une grande manifestation à Amsterdam. Plus d’infos et le lieu de rendez-vous seront annoncés prochainement.

Plus d’informations : www.argathering.net

La bataille dans le Val de Suse

188 policiers et une quinzaine de manifestants ont été blessées hier dans une bataille sur le chantier du TAV dans le Val de Suse (nous en parlions il y a quelques jours:La lutte anti-TAV en Italie).

Après la manifestation de 10 000 personnes, des groupes ont tenté d’assaillir le chantier.

Le président de la République italienne, Giorgio Napolitano, a naturellement appelé à isoler « les professionnels de la violence »…

« Ce qui est arrivé, du fait de la responsabilité de groupes entraînés et de pratiques de violence illégale, doit amener toutes les institutions et composantes démocratiques à réitérer leur plus nette condamnation, et les forces de l’Etat à veiller et à intervenir encore avec la plus grande fermeté » ;  »On ne peut tolérer que sur des manifestations légitimes de désaccord (…), se greffent de l’extérieur des brigades militarisées pour mener des actions d’une agressivité inédite contre des forces de police dépêchées pour faire respecter la loi. »

Les médias italiens dénoncent les « Black block armati contro la Tav » et les médias français ont quant à eux largement parlé de cet événement, pour vanter bien sûr la future ligne TGV Lyon-Turin…

Mais la vérité, c’est que tout cela montre la naissance d’une nouvelle conscience écologiste ! Les projets destructeurs ne peuvent plus passer « comme une lettre à la poste » !

Voici également un communiqué diffusé sur Indymédia Grenoble:

Depuis pas mal de temps déjà, le rideau de fer du local des Verts de Grenoble (rue Marx Dormoy) était orné d’un tag rageur : « crève Minatec et les partis collabos ». [1]

Ces derniers jours, les rideaux avaient été entièrement repeints, probablement en prévision du meeting national d’Europe Ecologie – Les verts qui doit se tenir ce jeudi 30 juin à Grenoble. Il n’aura pas fallu longtemps pour que leur local soit de nouveau la cible d’une attaque.

En passant tôt ce matin dans la rue, on pouvait lire sur les rideaux de fer : « Crève le TAV et les partis collabos », « Lyon Turin = désastre durable », « Crève le Tav et la technopole », ainsi que plusieurs « no tav » sur les murs.

Les verts se sont empressés de remonter les rideaux afin que les tag ne soient pas trop visibles.

Alors que la lutte contre le TAV fait rage à deux heures trente de Grenoble, et qu’ils sont en pleine période pré-électorale, les verts chercheraient-ils à faire oublier que le projet de TAV qu’ils soutiennent depuis des années suscite une farouche opposition de l’autre côté de la frontière ?

Les éco-tech grenoblois se réfugient derrière le prétexte de la diminution du traffic autoroutier pour justifier la construction de la ligne ferroviaire Lyon-Turin, et éviter de parler de ce qui constitue le véritable enjeu de ce projet : l’accélération des échanges économiques en Europe, avec son lot de désastres environnementaux, sociaux, et humains. (destruction de la vallée de Suse, développement du Sillon Alpin, transformation de nos villes en technopoles…)

Ni nanos, ni tav, ni autres projets de destruction durable.

[1] Sur l’absence d’opposition des verts à Minatec, voire ici

Un témoignage sordide

Hier dans le Gard, quelqu’un a été condamné à 30 ans de réclusion en raison d’un meurtre. Il s’agit d’un homme qui a tué sa femme devant leur enfant âgé d’alors deux ans, qui depuis a des cauchemars où justement il voit son père tuer sa mère.

L’enfant a par la suite été enlevé à la garde du père, en raison d’inceste… Le père sera condamné alors à quatre années de prison, jusqu’au nouveau procès en raison des cauchemars. Le père, qui s’est rétracté depuis, a raconté ainsi ce qu’il a fait du corps de la mère :

«J’ai découpé le corps en morceaux, ça a duré toute la nuit. J’en ai mis dans des conteneurs publics, j’en ai donné aussi aux chiens. De la viande crue et j’en ai aussi fait cuire pour les chiens».

Une démarche terriblement barbare, mais ce n’est pas le seul détail sordide. Voici ce que raconte à son sujet un proche :

Tout au long de la semaine, c’est toutefois un personnage inquiétant qui a été dépeint aux jurés gardois.

«Il saignait les moutons vivants dans sa cuisine. Il les découpait en morceaux et les congelait… Un jour, il a pendu un petit chien qui aboyait trop, selon lui. Comme il ne mourait pas assez vite, il l’a achevé à coups de pelle… Une autre fois, il a pendu une chèvre par les pattes arrières et l’a éviscérée vivante…», est ainsi venu témoigner un ancien proche à la barre.

C’est indéniablement terriblement sordide. C’est même tellement affreux qu’on peut se demander pourquoi on raconte cela… Seulement, il est nécessaire de connaître cette réalité.

La personne en question habitait dans une vieille maison d’un petit village, et vivait en élevant des chèvres et des volailles. Il n’est pas difficile de voir comment cette personne a pu être alors prisonnière d’une culture vraiment barbare, parce que le « terroir » il n’y a que les fachos pour en faire un idéal.

Rapport de force et brutalité, mœurs frustes… Sont le lot quotidien, tout autant que dans les villes les mœurs sont raffinées et opportunistes.

Ce n’est pas le paradis, on le savait déjà. Et beaucoup de gens n’osent pas devenir vegan, par peur d’avoir encore plus à ressentir de la souffrance dans ce monde affreux.

Mais il n’y a pas le choix, il faut changer ce monde, et vite ! Se débarrasser de la cruauté!

Et ce n’est nullement sectaire que de dire cela, et d’affirmer que la libération animale est une morale supérieure à tout cela… bien au contraire !

Une société qui protège les animaux et célèbre la Nature, voilà un vrai futur positif à réaliser !

Parfois, on fait face à l’argument comme quoi ceux qui aiment les animaux n’aimeraient pas les humains. Sauf que les assassins ont très souvent eu d’abord comme « école du crime » la barbarie contre les animaux!

Le film « The man thing »

The « Man thing » est un film de série B vraiment intéressant. A l’origine, ce ne devait pas être une série B, mais une production cinématographique représentant l’un des super-héros de Marvel (X-Men, Iron Man, etc.) : l’homme-chose (« Man-thing » en anglais).

Le film n’est jamais sorti au cinéma, passant directement en DVD, et pour cause. D’un côté en effet, c’est un film mauvais et simpliste, du genre de ces films sans prétention qu’on regarde un soir à plusieurs en mangeant du pop corn, une sorte de déconnade.

De l’autre, le film est écologiste à fond, c’est même une sorte de grosse blague écologiste de bout en bout !

Le scénario n’a donc plus rien à voir avec la bande dessinée, où un savant invente un virus du super-soldat, se l’injecte plus ou moins accidentellement et devient une sorte d’homme des marais surpuissant.

Dans le film, qui date de 2005, on a la famille Schist (une allusion au schiste et au gaz de schiste?) qui s’est appropriée un marécage historiquement sacré chez une tribu amérindienne. Un père et un fils beaufs, roulant en Hummer, fanatique d’armes, s’appuyant sur des racistes, etc.

Il y a donc un derrick installé en plein dans les marais, massacrant la nature. On l’aura compris, « l’esprit du marais » forme un monstre qui va rétablir la justice à sa manière, massacrant ceux qui tuent les êtres vivants, animaux comme végétaux.

Le point culminant étant la mort du patron percé par les tentacules du monstre jusqu’à ce qu’il étouffe dans son pétrole. Le derrick explose la dynamite grâce à un amérindien qui avait auparavant trahi la cause et a pris conscience de son erreur, la nature reprend ses droits !

On l’aura compris c’est un film kitsch, fantastique et d’horreur, mais qui déçoit les vrais amateurs d’horreur car ce n’est pas très gore et on ne voit le monstre qu’à la fin.

Entre-temps, on voit surtout comment la population n’aime pas la police et comment une entreprise peut magouiller pour s’approprier la nature, tout détruire tout en exploitant les gens, alors que l’administration est bien entendu du côté des entrepreneurs, etc.

On a d’ailleurs dès le début un rassemblement d’écologistes contre cette entreprise, la chef des rebelles étant une institutrice, représentant l’intelligence (et le féminisme) face aux meurtriers capitalistes, le symbole de l’entreprise étant même une sorte de drapeau nazi !

Et les deux acolytes au service des capitalistes sont deux beaufs vivant dans les marais et vivant du meurtre de crocodiles, dont ils font bouillir la tête pour les vendre comme souvenir… Une scène met vraiment l’accent sur cet aspect barbare.

Le marais aura bien entendu leur peau à eux aussi, le nouveau shérif un peu niais tombe de son côté évidemment amoureux de la fille, comprend le sens des légendes amérindiennes, combat les vilains entrepreneurs et prend de fait partie pour l’écologie…

Ce qui, finalement, fait du film « The Man-Thing » un divertissement pas si nul que cela ! Même s’il est sans prétention, ce film transporte une culture qui est la nôtre !

La lutte anti-TAV en Italie

Voici deux articles informant de la situation en Italie dans le cadre de la lutte anti-TAV, ces trains à grande vitesse (nous en avions parlé notamment ici). Le premier article fait un topo de la situation, avec des liens, le second raconte la dernière intervention policière (massive).

A 2h30 de Grenoble, la lutte NoTav ! contre le projet Lyon-Turin

Le Lyon-Turin est un projet de nouvelle liaison ferroviaire à travers les Alpes, qui prévoit notamment de creuser le plus long tunnel d’Europe (plus de 50km) dans une montagne contenant des roches riches en amiante et en uranium. C’est aussi quinze ans de travaux et des millions de mètres cube de déblais en Maurienne et dans le Val de Susa, au débouché italien du tunnel. Lancé en 2001, le projet devrait être achevé vers 2023 et coûter la modique somme de 25 milliards d’euros.

Côté français, il implique également le creusement de nouveaux tunnels sous la Chartreuse nord, et 200km de nouvelles voies ferrées. Le projet uniquement TGV de départ a été transformé en projet mixte TGV et fret : « mettre les camions sur les wagons », 40 millions de tonnes par an. Au-delà des solutions alternatives moins chères qui permettraient aussi de faire du ferroutage, le collectif notav-Grenoble démontait en février 2011 les arguments justifiant cette nouvelle autoroute ferroviaire. En France, le projet rencontre un soutien massif des politiciens locaux, y compris des verts, des syndicats de cheminots, et aucune résistance de la part des Mauriennais.e.s pourtant directement concerné.e.s.

Dans le val de Susa italien par contre, la résistance est depuis vingt ans massive et populaire. Les habitant.e.s de la vallée organisé.e.s en « comités Notav » (Tav=Tgv) ne se contentent pas de manifs monstre (80 000 personnes à Turin en 2005, encore 50 000 à Susa en mai 2011), illes ont construit des baraques permanentes sur les sites de carottage, où les militant.e.s de tous âges et classes sociales peuvent se retrouver et s’informer dans la convivialité. Parfois rasés par la police ou incendiés, ces « presidio » sont reconstruits illico presto ! En mars 2010, un reportage sur place raconte cette lutte longue et déterminée.

Dernier épisode en date : le site de la Madalena (à Chiomonte) a été occupé tout le mois de juin 2011 par un camp permanent, pour empêcher le début du creusement du tunnel. Malgré l’édification de nombreuses barricades, le camp a été attaqué et repris par la police italienne lundi 27 juin au matin, et les travaux ont commencé immédiatement sous la protection de presque 2000 carabinieri.

Mais pour les ValSusini en lutte, la « bataille de la Madalena » n’est pas terminée : blocages, grèves et manifs se succèdent depuis lundi. Les NoTav ont appelé les français à venir les soutenir pour une

MANIFESTATION GEANTE DIMANCHE 3 JUILLET A CHIOMONTE

— –

Plus d’infos ici et . On peut suivre l’actualité de la lutte en français ici

[A noter aussi les radios

http://radioblackout.org/ 105.250FM

http://radionotav.info/ 88.6FM]

Lutte NoTav : l’occupation de la Madalena est tombée, site livré aux foreuses – résumé de la journée du lundi 27 juin

Sources : en français : blog le laboratoire http://lelaboratoire.over-blog.com/, bien informé suir cette lutte donc à aller voir pour des infos récentes !

en italien : Il Cambiamento http://www.ilcambiamento.it/territo… TM News http://www.tmnews.it/web/sezioni/to… Zip News http://www.zipnews.it/2011/06/tav-m…

Ce lundi 27 juin, dès 4h30 du matin, la police est intervenue pour évacuer les campements des No Tav dans le Val de Susa. La police a commencé à escorter le matériel de chantier vers Chiomonte dès 4h30. A 6 heures, une colonne de véhicules de police empruntait l’autoroute A32 pour acheminer le plus gros matériel et escorter les entreprises. « Le Presidio de la Maddalena » (Assemblée de la Madeleine) a donné l’alerte comme convenu avec les habitants par des feux d’artifices et aussitôt la population a afflué. Les lieux sont en effet occupés depuis plus d’un mois par les Valsuzains au lieu dit « la Maddalena », où sont prévus les premiers forages du tunnel international. Plusieurs barricades avaient été posées ces derniers temps, en bois, métal et pierres. Le préfet de Turin a ordonné l’évacuation à 7h30. La police a attaqué en trois points :

La première barricade à céder a été celle située à proximité de la centrale hydoélectrique de Chiomonte. Un premier bulldozer est passé. Dans une rue de la ville (rue de la Havanne), en un autre point occupé, une autre attaque à l’aide d’un bulldozer a permis de faire sauter le second barrage. Les habitants, noyés par les gaz lacrymogènes, ont du s’enfuir par les vignes et les bois. Certains se sont réfugiés dans l’enceinte du château de Chiomonte.

Vers 9h20, les défenses de la Maddalena ont été presque complètement balayées. A 11 heures, les lieux ont été livrés aux entreprises et 40 minutes plus tard, les travaux commençaient.

Les derniers valsuzains ont alors quitté la place de la Maddalena : femmes, hommes, jeunes, anciens et enfants, par groupe de dix, comme imposé par les forces de l’ordre.

Le début des travaux devaient absolument commencer avant le 30 juin, sous peine que les 671 000 000 millions d’euros de la communauté européennes pour réaliser la ligne TGV Lyon-Turin ne soient pas versés : c’est chose faite…

Mais la tension reste très vive dans le Val de Susa. L’union Syndicale de Base (USB) du Piémont a appelé dès aujourd’hui à une grève sans terme pour tous les employés des municipalités touchées par le projet de TAV. Dès cet après-midi, plusieurs barrages sur l’autoroute et sur des voies ferrées ont été mis en place par les No Tav. Un nouveau camp d’occupation sur une autre commune est en train de se monter.

IMPORTANT : une grosse manif est prévue samedi 2 juillet, à laquelle les italiens ont invité tou.te.s les français.e.s solidaires de leur lutte ! C’est le moment pour venir témoigner de votre solidarité, rencontrer les NoTav en lutte, et découvrir cette belle vallée !

(environ 2h30 de route depuis Grenoble en passant par Briançon et le Montgenèvre, ou bien par la Maurienne et le Mont-Cenis pour les gens de l’Ain, de Lyon ou de Chambéry ; n’ayez pas l’air trop « militants » et ne dites pas que vous venez pour le Val de Susa, car il y aura très probablement des check-point de police partout)

Pour le moment, il y aurait deux personnes arrêtées et inculpées de port d’armes (un bâton et une fronde) et dix autres seraient en cours de contrôle d’identité. On compterait environ 25 policiers blessés. Du côté des manifestants, il n’y a pas d’indication car la police garde les entrées des hôpitaux pour interpeller tout manifestant qui chercherait à se faire soigner.