L’ouragan Irène

L’ouragan Irène a rappelé encore une fois que Gaïa n’était pas un grand caillou, et les informations sur le blocage de la « trépidante » ville de New York le montrent bien. L’humanité ne peut pas vivre de manière « indépendante » de la nature.

Voici une photo d’Irène prise depuis l’espace.

Irène était au départ une tempête tropicale, elle-même issue d’une onde tropicale. Essayons de présenter la chose de manière compréhensible : à l’Équateur, le soleil est au plus haut à midi sur la planète et l’air y est particulièrement réchauffé.

Il se dilate alors, grimpe en altitude, se refroidit et se condense pour former des nuages. Il fait en effet -67°C à 14,5 km du sol.

La zone à l’Équateur est ainsi très marquée, c’est elle que dans la marine on appelle historiquement le « pot au noir » en raison du mauvais temps. Voici une carte où l’on voit très bien le phénomène en comparaison avec les autres zones géographiques.

De l’espace, on voit facilement la zone, en raison de ses nuages.

Voici une carte montrant la planète et cette zone, appelée « Zone de convergence intertropicale. »

Le mouvement ascendant est appelé cyclonique ; le phénomène inverse c’est l’anti-cyclone. Voici un schéma pour avoir le principe visuellement ; de la même manière que le mouvement ascendant amène du « mauvais temps », l’anti-cyclone amène du beau temps.

Voici encore un exemple, en Europe cette fois : à l’est il fait beau, mais à l’ouest on voit bien ce qu’est un mouvement cyclonique.

Le phénomène est donc particulièrement marqué sur la « Zone de convergence intertropicale » : voici encore un schéma pour montrer comment les vents s’y rencontrent.

Il suffit alors, sans rentrer dans les détails, que la pression de l’air soit plus faible à un endroit et cela forme une dépression qui se combine à l’océan, à condition que la température de la mer soit supérieure à 26 °C sur une profondeur d’au moins 50 mètres là où il y a dépression.

Car les cyclones, appelés ouragans en Amérique du Nord et typhons dans le Pacifique, ne se forment qu’au dessus de l’océan : au-dessus de la terre ils perdent leur puissance (ils peuvent la regagner s’ils repassent au-dessus de l’océan).

Et Irène alors ? Eh bien Irène est une onde tropicale partie d’Afrique, qui a gagné en puissance pour devenir une tempête tropicale, et enfin un ouragan à l’approche des Caraïbes.

Il existe évidemment une échelle, appelée échelle de Saffir-Simpson, pour mesurer les ouragans. Sur une échelle de 6, Irène est allée jusqu’au niveau 3, en orange sur la carte ci-dessous.

Comme on le voit, Irène s’est affaiblie à l’approche des Etats-Unis. Mais le risque était important : un ouragan de catégorie 3 déracine les arbres dans une zone jusqu’à 15 kilomètres à l’intérieur des côtes.

Et évidemment, la ville de New York est au bord de la mer. Voici une carte officielle montrant les zones à risques, risquant les inondations et les coups de l’ouragan.

65 millions de personnes aux Etats-Unis étaient même concernées par l’ouragan. Les gens ont dû se barricader, et évidemment les magasins ont été pris d’assaut.

Finalement, il n’y aura eu « que » des pluies torrentielles et 50.000 foyers privés d’électricité à New York, alors que le chiffre est de 900.000 foyers en Caroline du Nord et en Virginie.

Voici une photographie prise à New York, où l’on voit un chien qui doit pratiquement nager pour avancer.

Auparavant, ce sont les grandes Antilles qui ont été touchées, avec plus de 800 000 foyers privés d’électricité et 120 000 d’eau potable. Après les États-Unis, Irène s’en va au Canada, où 100 000 foyers sont déjà privés d’électricité.

Au total, on compte 20 personnes humaines tuées: on l’aura compris, l’ouragan cause surtout des dégâts matériels, notamment dans les Caraïbes en raison de la pauvreté, de la précarité des installations humaines.

Voici deux images montrant l’importance d’Irène.

Voici Irène au-dessus des USA.

Pour finir, voici deux très intéressantes cartes. Voici déjà la hauteur d’Irène, qui va jusqu’à 18 kilomètres de haut.

Et voici la température : plus on grimpe, plus il fait froid.

Un phénomène comme Irène a été utilisé par les médias pour faire du sensationnalisme, or cela masque surtout le fait que de tels phénomènes aussi importants sur notre planète sont largement inconnus ou en tout cas incompréhensibles par la grande majorité des gens.

Ce qu’on a ici c’est surtout des experts (et encore les sciences de la Terre sont encore peu avancées, ayant bien moins de moyens que l’armement, et les scientifiques sont très arriérés avec leur conception comme quoi la Terre est un caillou, étant incapables de considérer Gaïa comme un tout).

C’est la preuve d’une contradiction énorme entre l’humanité et la planète, et une telle contradiction n’a pas sa place !

Colmatage du puits dans le Golfe du Mexique, alors qu’un rarissime saola est assassiné : tout un symbole de la guerre contre Gaïa

Pour la première fois depuis dix ans on a vu un saola. Sauf que les humains n’ont rien trouvé de mieux à faire que le capturer, et il est mort en captivité…

Et maintenant son corps est étudié par les scientifiques afin de préparer… la captivité des futures « prises »!

Le saola vit au Laos et au Vietnam, il n’a été découvert qu’en 1992, dans le parc national Vu-Quang au Vietnam. On en a vu par la suite une vingtaine, et en 1996 des premières photos ont pu être prises.

Son espèce est à la limite de l’extinction. Aucun saola n’a jamais survécu en captivité (20 ont été capturés jusqu’à présent). On considère qu’il reste moins de 250 saolas. La population Hmong l’appelle saht-supahp, c’est-à-dire l’animal poli, en raison de sa démarche gracieuse dans la forêt.

C’est un véritable symbole que la mort de ce saola (qui a eu lieu à la toute fin août, mais on vient seulement de l’apprendre). Car si l’on associe au colmatage du puits de pétrole dans le golfe du Mexique, qui vient d’avoir lieu, on a un résumé tant de la guerre contre Gaïa que des pseudos solutions que proposent ceux qui mènent cette guerre.

Les saolas disparaissent en raison de l’anéantissement de leur environnement ? La machine à profit dit : mettons ceux qui restent dans des zoos !

Une marée noire ? La machine à profit profite des États et des médias pour étouffer lentement mais sûrement l’affaire. Le gouvernement des États-Unis vient de faire passer ce message au sujet du puits de pétrole de BP dans le Golfe du Mexique:

« Après des mois d’opérations considérables, de préparations et de mises en oeuvre sous la direction des équipes scientifiques et techniques du gouvernement américain, BP a achevé avec succès le puits de dérivation pour l’atteindre et le cimenter à près de 5,5 km sous la surface. »

En clair : circuler, il n’y a rien à voir. Quant aux conséquences des (officiellement) 780 millions de litres de pétrole qui seront passés dans l’océan, l’État et les grandes compagnies s’occuperont de tout…

Quant aux animaux assassinés, ils passeront par pertes et surtout profits! Ici on peut voir une photo de poissons asphyxiés en Louisiane.

Histoire également de bien comprendre l’ampleur du problème, voici une image montrant le nombre de puits dans la même zone.

Ainsi, la menace ne cesse de grandir. En Californie, un pipeline a explosé à San Bruno (l’explosion a provoqué l’enregistrement d’un séisme de magnitude 1,1, et a causé la mort de 7 personnes, détruisant 37 maisons), alors que dans le Golfe du Mexique un incendie s’est déclaré sur une plate-forme pétrolière (Vermilion Oil Platform 380, dont voici une photo).

Les choses ne peuvent qu’empirer : la tendance à la destruction de Gaïa grandit. A partir du moment où il faut davantage de ressources premières pour une course effrénée à l’accumulation, à partir du moment où le critère est le profit qui doit toujours être plus grand, encore et encore…

Alors la planète ne peut plus supporter ce développement anarchique. L’environnement est déséquilibré, avec les conséquences qui vont avec.

Cela, les chercheurs le savent, et plus largement la population aussi. Il manque deux choses pour que les choses changent : une position claire, radicale et sans compromis dans la défense de Gaïa.

Et une génération nouvelle, non corrompue par les habitudes et la tentative de s’accrocher à un monde en train de disparaître. Il est absolument inévitable que les nouvelles générations constatent la destruction en cours de Gaïa, et qu’elles se rebelleront sans commune mesure contre cette destruction.

Le manga « Mother Sarah » pose cette problématique, et l’image suivante résume l’état d’esprit qui prédominera alors.

Les paroles des groupes de musique vegan straight edge reprennent souvent ce principe, qui est qu’une tempête arrive, qu’une génération va briser le cercle infernal de la domination.

Car rien ne peut rester tel quel, tout est obligé de changer, absolument, radicalement. Notre planète est en train d’être assassinée!

10 après la tempête de 1999

Il y a exactement 10 ans il y avait deux tempêtes en France et dans de nombreux pays d’Europe. Cela est-il normal, et acceptable, ou pas?

Cela dépend du point de vue que l’on a. Notre planète est-elle vivante, ou est-elle un gros caillou? Dans l’idéologie dominante, c’est clair: c’est un caillou. Alors les tempêtes ne sont pas acceptables.

Le Figaro parle ainsi des tempêtes Lothar et Martin en des termes correspondant à cette idéologie: leurs dégâts sont assimilés, ni plus ni moins, aux… bombardements de 1944.

Ce qui est très impressionnant comme comparaison, comme rapprochement. On peut même dire qu’avec une telle incompréhension devant des phénomènes naturels, on se croirait retourner à l’âge des cavernes, à une époque où l’humanité constatait les phénomènes naturels mais ne les comprenait pas.

Pourtant, aujourd’hui on sait bien comment naissent les tempêtes. Ce n’est pas un phénomène mystérieux. Alors pourquoi cette attitude? La raison est simple: la tempête n’est pas comprise en tant qu’expression naturelle de Gaïa, car notre planète n’est justement considéré que comme un gros caillou…

La tempête est donc assimilée à une catastrophe parmi tant d’aures. Car il y aussi dans cette position, si l’on y fait attention, un refus de dissocier ce qui est d’origine humaine et ce qui est d’origine naturelle. Dans l’article du Figaro, on peut ainsi lire:

Souillées par la marée noire du siècle, après le naufrage de l’Erika le 12 décembre, les plages de Loire-Atlantique furent, elles, à nouveau touchées après la tempête. «De nouvelles nappes de fioul ont été poussées vers le rivage, se rappelle un élu local. Sous la force du vent, elles ont sali le haut des falaises, les routes et les façades. On a alors eu le sentiment d’une double peine… Nous étions vraiment désemparés.»

Dans ce schéma de pensée, tout ce que fait l’humanité est par définition quelque chose de « bien » et s’il se passe quelque chose de mal, c’est la faute à pas de chance. Quant à la nature, elle ferait n’importe quoi et cela de manière destructrice…

Tempêtes, ouragans, volcans: tous ces phénomènes existent pourtant.

L’humanité ne pourra pas les faire disparaître, à moins d’anéantir Gaïa, et donc elle-même avec. La sphère terrestre est vivante et il est temps de reconnaître les phénomènes naturels de ce type non pas comme des choses uniquement mauvaises, mais comme ayant une valeur en soi pour la planète.

C’est d’ailleurs très exactement par là qu’attaque Luc Ferry, l’un des principaux théoriciens anti-Gaïa en France. Il considère qu’une catastrophe est une catastrophe, fut-elle naturelle. Qu’il serait anti-humaniste d’accorder une valeur en soi à une catastrophe naturelle.

Un tel point de vue est unilatéral, anti-dialectique: il faut bien voir les deux aspects, et le fait qu’une catastrophe naturelle est l’expression de la réalité. Et qu’on ne peut pas supprimer la réalité!

Encore faut-il, ceci dit, donner de la valeur à la réalité. Ce que ne font pas ceux qui rejettent l’idée de Gaïa, par souci pour leurs misérables intérêts égoïstes…

D’une certaine manière, c’est à un tel problème qu’est en train de se confronter Dan Sprinceana, bien malgré lui.

Cet artiste d’origine roumaine a eu une initiative qu’on peut considérer comme intéressante: récupérer des arbres morts, des souches, et les travailler pour en faire des oeuvres d’art. Une idée qu’ont eu en fait de très nombreuses personnes en 1999.

Lui l’a réalisé à grande échelle, avec l’exposition « Mémoires de racines » (voir ici le PDF avec présentation et photos, ou une longue vidéo ici).

Cette exposition a eu lieu à l’orangerie du Sénat ainsi qu’au parc de Saint-Cloud (en banlieue parisienne), endroit où cet artiste travaille depuis 1999. Il y a fondé en effet un atelier.

Et justement ce samedi, Dan Sprinceana a découpé à la tronçonneuse sa première oeuvre, car la direction du parc lui demande désormais de quitter les lieux, ce qu’il refuse.

« Aujourd’hui est un jour symbolique. C’est le dixième anniversaire de la grande tempête de 1999. Et cette oeuvre est la première que j’ai réalisée ici. »

La raison est qu’il voudrait continuer son travail:

« Je voudrais maintenant créer une structure de création artistique avec une exposition tous les ans. Mais la direction ne veut rien entendre et m’oblige, sans raison, à partir. »

Ce que l’artiste ne comprend pas, c’est qu’en France la nature est là pour être utile, ou pour être belle selon les critères français (les jardins à la française et tout ce qui va avec).

L’activité de l’artiste était donc intéressante temporairement pour l’administration du parc, par rapport à la catastrophe.

Son activité était considérée comme ayant de la valeur, car s’opposant en quelque sorte à la nature source de catastrophe. Travailler sur les arbres tombés, c’était “triompher sur la nature” et montrer que l’humanité triompherait toujours….

Mais par définition, la catastrophe ayant été dépassée, il n’y a plus besoin de contrer la nature de manière particulière, à part bien entendu comme on le fait traditionnellement avec la gestion du Parc par l’administration, dans l’esprit des “Jardins à la française”….

Il n’y a par conséquent plus besoin de lui et de son « happening. » Lui et ses oeuvres sont donc priés de partir. Car une telle activité ne serait alors plus liée à la catastrophe, mais à la nature elle-même, et cela risquerait de poser la question de notre rapport avec celle-ci…

Gageons que l’artiste en question ne comprendra pas cette problématique, car sa démarche n’est nullement liée à la nature, ni aux animaux, ce qu’il assume par ailleurs totalement (depuis le barbecue dans l’atelier jusqu’à une autobiographie éloquente: « Né à Bucarest, moniteur de ski et de tennis dans ma première jeunesse, bac+5, ensuite, j’ai passé une grande partie de cette époque roumaine, jusqu’à mes 29 ans, dans les Carpates, en symbiose complète avec la nature, comme organisateur de chasse “gros gibier” pour les étrangers les plus fortunés »).

Mais pour nous, c’est un exemple intéressant et une grande matière à réflexion.

Car ce ne sont pas les mises en scène et les spectacles de “domination” de la nature qui manquent dans notre société…