Le Collège communautaire du Nouveau-Brunswick propose un cursus de production de cannabis

Le gouvernement canadien a décidé de légaliser entièrement le cannabis d’ici six moi. Il l’est déjà sur ordonnance médicale, il le sera désormais entièrement.

Au Nouveau-Brunswick, deux usines de production de “marijuana médicale” sont ainsi en construction, et pour profiter de cet élan capitaliste, le Collège communautaire du Nouveau-Brunswick a également mis en place un nouveau cursus universitaire.

Il formera, de manière bilingue, les étudiants… dans la production de marijuana.Il n’y a encore aucun professeur mais l’université compte le faire rapidement, afin de proposer un cursus de haut niveau devant satisfaire des besoins industriels.

Le cursus ne sera donc pas uniquement commercial, comme c’est le cas dans l’autre cursus lié au cannabis qui est lancé en Colombie-Britannique. Il s’agira surtout de la formation d’experts, comme l’explique le président de l’université :

Il y a un réel potentiel en matière de création d’emplois.

On a donc cru bon travailler de concert avec l’industrie afin de concevoir un programme visant à former ces employés, principalement pour le secteur de la production.

On parle d’horticulture, de végétation, de contrôle de la qualité, etc. Donc d’employés de terrain.

C’est quelque chose dont il faut avoir absolument conscience quand on regarde la question du cannabis. On sait bien que, avide de profit, le capitalisme produit n’importe quoi qui se vend.

Il ne regarde pas si cela est bien, si cela est mal, etc. : il regarde s’il y a des clients.

Si l’on veut une société différente, c’est la morale qui doit primer dans les choix de production. Or, la question de la légalisation du cannabis est ici entièrement appropriée par la quête du profit.

Avec l’Etat qui dit – c’est bien entendu le cas au Canada – que pour lutter de manière efficace contre le cannabis, il faut l’accepter, l’encadrer.

Un raisonnement absurde qui vise en réalité à promouvoir le libéralisme le plus complet. Et on voit la décadence du principe universitaire, quand on constate l’entière soumission du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick à l’industrie.

Normalement, une université a une histoire, propose des parcours à prétention scientifique. Même lorsque c’est commercial, il y a tout une sorte de “masque” pour prétendre à quelque chose de sérieux, dans une tradition humaniste.

Même les pires écoles de commerce tiennent un discours prétendument humaniste.

Là, on est dans une froideur totalement technique. Des gens vont être formés en horticulture, afin de produire une drogue. On touche là le fond du fond.

Il est vrai qu’on est au Canada et que l’université en question parle dans son explication sur sa “philosophie” qu’elle forme “un capital humain” devenant “une main-d’oeuvre compétente et performante”.

Mais il faut voir les choses dans son ensemble : le cannabis, comme repli individuel, participe d’une tendance généralisée à individualisme général.

Il n’y a plus de place pour le respect de soi-même au nom de valeurs universelles : il faudrait pour chacun se concevoir comme une petite entreprise, cherchant à faire du profit (au lieu de profiter de la vie), à forcer le destin (plutôt qu’à accepter la Nature), tout se vendrait, tout s’achèterait.

En acceptant de mettre en place un cursus de formation de production de cannabis, pire en le mettant lui-même en place, le Collège communautaire du Nouveau-Brunswick insulte le principe même de l’université, principe même de culture, d’humanisme, avec toutes les exigences qui en sont sous-jacents.

Rabelais disait “science sans conscience n’est que ruine de l’âme” : il faudrait que nos cousins d’outre-Atlantique se remettent à le lire…

Articles pouvant vous intéresser