« Je dis, Monsieur, que les bêtes sentent comme nous »

Charles Georges Leroy est un auteur méconnu des Lumières, où il a joué pourtant un rôle certain. Il est, d’ailleurs, un naturaliste qui annonce l’éthologie, ayant publié une défense de la sensibilité des animaux dans « Lettres philosophiques sur l’intelligence et la perfectibilté des animaux, avec quelques lettres sur l’homme ».

Nous allons publier certains extraits intéressants, afin de faire connaître cette figure historique et de montrer que la question des animaux ne date nullement d’il y a quelques années, mais relève d’un vaste débat sur la nature même de la vie.

« Nous ne saurons jamais de quelle nature est l’âme des bêtes, et il faut convenir que cela nous importe assez peu.

Nous sommes très-assurés que la nôtre est immatérielle et immortelle : la certitude que nous en avons, est le fondement de nos chères espérances.

Que l’âme des bêtes soit immatérielle ou non, il est toujours certain qu’elle ne peut jamais avoir la destination glorieuse qui est réservée à la nôtre ; ainsi la religion n’est nullement intéressée dans l’examen qu’on peut faire des facultés dont les animaux sont doués.

Mais de même qu’en observant la structure intérieure du corps des animaux, nous appercevons des rapports d’organes qui servent souvent à nous éclairer sur la structure et l’usage des parties de notre propre corps ; ainsi, en observant les actions produites par la sensibilité qu’ils ont, ainsi que nous, on peut acquérir des lumières sur le détail des opérations de notre âme, relativement aux mêmes sensations.

Je dis, Monsieur, que les bêtes sentent comme nous ; et je crois que pour penser autrement, Il faudrait absolument fermer ses yeux et son coeur…

Il me paraît donc impossible de ne pas admettre le sentiment dans les bêtes. Les plus obstinés partisans de l’automatisme leur accordent encore tacitement la mémoire ; car ils veulent avoir des chiens sages, et les corrigent.

Ces faits étant admis, le Naturaliste, après avoir bien observé la structure des parties, soit extérieures, soit intérieures, des animaux, et devine leur usage, doit quitter le scalpel, abandonner son cabinet, s’enfoncer dans les bois pour suivre les allures de ces êtres sentans ; juger des développements et des effets de leur faculté de sentir, et voir comment, par l’action répétée de la sensation et de l’exercice de la mémoire, leur instinct s’élève jusqu’à I’intelligence.

Les sensations et la mémoire ont des effets nécessaires, qui ne doivent pas échapper à l’observateur.

Les bêtes font un grand nombre d’actions qui ne supposent que ces deux facultés ; mais il en est d’autres qu’on ne pourrait jamais expliquer par ce qui appartient à ces facultés seules, sans y joindre leur cortège naturel.

Il faut donc que le Naturaliste distingue avec beaucoup de précision, ce qui est produit par la sensation simple, par la réminiscence, par la comparaison entre un objet présent et un autre que la mémoire rappelle, par le jugement qui est un résultat de la comparaison, par le choix qui est une suite du jugement, enfin par la notion de la chose jugée,qui s’établit dans la mémoire, et que la répétition des actes rend habituelle et presque machinale.

Voilà, Monsieur, des distinctions qui doivent étre toujours présentes à l’attention de l’observateur.

La forme, tant intérieure qu’extérieure, la durée de l’accroissement et de la vie, la manière de se nourrir, les inclinations dominantes, la manière et le temps de l’accouchement, celui de la gestation, etc., ce ne sont-la proprement que des objets de première vue, sur lesquels il suffit d’avoir les yeux ouverts ; mais suivre l’animal dans toutes ses opérations, pénétrer dans les motifs secrets de ses déterminations, voir comment les sensations, les besoins, les obstacles, les impressions de toute espèce dont un être sentant est assailli, multiplient ses mouvements, modifient ses actions, étendent ses connaissances, c’est ce qui me paraît être spécialement du domaine de la philosophie. »

Articles pouvant vous intéresser