Affaire du tigre assassiné en plein Paris : l’erreur de se concentrer sur la “dangerosité”

L’affaire du tigre tué en plein Paris après s’être enfui de sa cage aurait pu amener une grande prise de conscience. Or, c’est un ratage total. Pour une raison par ailleurs très simple : au lieu de raisonner en termes de stratégie et de libération animale, les gens qui ont pris la parole en défense des animaux se sont fourvoyés totalement dans un pragmatisme irrationnel.

Leur raisonnement a été très simple et se résume en quelque sorte à cela : « l’affaire est un scandale, en poussant on va forcément parvenir à interdire les cirques avec animaux sauvages. Et pour y arriver, on va forcer à fond sur la question de la sécurité des êtres humains par rapport aux animaux qui sont dangereux ».

Le choix tactique consistant à considérer qu’on peut aboutir à une interdiction très rapide des cirques avec animaux sauvages est discutable. Elle est illusoire à notre sens, de par l’ampleur des cirques dans le poids culturel en France, leur impact sur les idées et les mœurs. Mais c’est là une divergence d’opinions.

Par contre, la dénonciation des animaux est inacceptable, et on peut voir que c’est le produit direct de ce pragmatisme outrancier.

Il ne s’agit pas de dire ici que les arguments employés par les gens cherchant à interdire les cirques avec animaux, avec animaux sauvages, sont tous faux. Il s’agit de constater que le cœur de la critique s’appuie sur une dénonciation des animaux comme dangereux, incontrôlables, étrangers à l’humanité, etc.

Au lieu d’affirmer l’universalisme de la sensation, de la souffrance, du besoin de vivre naturel, l’argument-massue employée systématiquement est le suivant : les animaux sauvages sont dangereux, donc il faut les remettre en liberté, car de toutes façons ils souffrent.

L’idée est de frapper l’opinion publique sur la dangerosité, pour la persuader.

Or, il ne faut pas persuader, mais convaincre. Il faut une humanité tournée vers les animaux de manière positive, non pas une humanité se détournant des animaux.

Pourquoi ? Parce que le spécisme n’existe pas, parce que la société humaine n’existe pas en-dehors de la planète, que les humains sont eux-mêmes des animaux et relèvent de de la Nature en général.

Il est facile de voir que, philosophiquement parlant, cela change tout que de dire :

– ou bien : « les animaux sont étranges, potentiellement dangereux, de toutes façons laissons les vivre, notre conscience s’en portera mieux » ;

– ou bien : « tout être vivant cherche à persévérer dans son être, la compassion est universelle, nous ne sommes qu’une composante de la planète, cette terre-mère ».

A la suite de l’affaire du tigre tué dans Paris, les intellectuels et les associations institutionnelles ont eu un discours visant à renforcer « l’étrangeté » des animaux. Ils séparent radicalement l’humanité de la Nature, en pensant bien faire pour ces animaux… Alors qu’en réalité, ils reproduisent directement l’idéologie dominante.

C’est un exemple très pertinent de comment l’incompréhension de la question naturelle empêche des gens, qu’on peut espérer sincères, à défendre les animaux. En refusant la Nature, ces gens reproduisent nécessairement les conceptions dominantes de ce qu’est un animal : un être entièrement extérieur à l’humanité.

Or, rien n’est extérieur à rien ni personne ; notre planète est celle des humains, des cafards, des canards et des poissons-lunes. Renforcer la séparation radicale sur le plan intellectuel, moral, c’est empêcher l’humanité de sortir de son anthropocentrisme.

Les exemples le montrent bien et malheureusement, l’opinion publique va être profondément marqué par cela. Elle va retenir surtout que les animaux sauvages sont dangereux, qu’il faut rester à l’écart des animaux, qu’on serait sorti de la Nature…

Voici des exemples de cela : L’Observateur a publié un tribune d’Astrid Guillaume, présentée comme :

« sémioticienne, maître de conférences (hdr), Université Paris-Sorbonne – Sorbonne Universités. Elle est membre du comité scientifique de la Fondation droit animal, éthique et sciences (LFDA) »

Elle dit :

« Un tigre n’est pas un chaton. Les tigres, les lions, les éléphants, les primates, sont des animaux sauvages potentiellement dangereux qui ne peuvent être « domptés » qu’à coups de fouets, de piques de dressage, d’ankus, de martinets ou de bâtons. Plus leur frustration grandit, plus ils risquent d’être dangereux. »

La Fondation Brigitte Bardot dit dans son petit communiqué :

« C’est un miracle qu’il n’y ait pas eu de victimes humaines cette fois »

L’association One Voice dit pareillement :

« Les cirques savent qu’ils risquent des sanctions s’ils signalent les accidents, on peut donc se poser la question de la fiabilité de leurs déclarations. Ils détiennent des animaux qui représentent des risques réels pour le public. Ces mêmes animaux qui, dans les zoos, font l’objet d’une réglementation très stricte en matière de sécurité.

One Voice dénonce depuis des années les problèmes de sécurité dans les cirques notamment depuis que l’éléphante Samba a tué un homme dans sa fuite en septembre 2013 à Lizy-sur-Ourq. Les éléphants actuellement dans les ménageries des cirques ne sont retenus que par des fils électriques utilisés pour les vaches. »

Dans un message sur Facebook, One Voice reprend cet argument, comme d’ailleurs dans les interviews donnés :

« Que Mevy la jeune tigresse, animal sauvage (dangereux), s’échappe, puis soit tuée au fusil à pompe dans les rues de Paris (dangereux) ne suffise pas au ministère pour prendre conscience du danger (!!) que les cirques avec animaux sauvages représentent, nous laisse sans voix. »

Il y a une tribune pour Libération, écrite par Philippe Reigné, qui se présente comme :

“Professeur de droit au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) et co-fondateur de Paris Animaux Zoopolis.”

Il dit :

« Le corps ensanglanté du grand félin a ensuite été recouvert d’un drap blanc. Une enquête judiciairepour mise en danger de la vie d’autrui est en cours.

Ce tragique événement s’ajoute à une liste déjà longue ; l’association Code animal recense ainsi, en France, plus de 40 accidents impliquant des animaux de cirque en dix ans. Il conviendrait de compléter ce catalogue par les blessés et les morts que charrient la corrida et la chasse.
Qu’il suffise de rappeler quelques drames récents, tels la mort, le 17 juin, d’Ivan Fandiño, encorné par le taureau Provechito, lors d’une corrida à Aire-sur-l’Adour dans les Landes, ou le décès, le 6 novembre, d’un rabatteur, perforé par les bois du cerf qui l’a chargé, lors d’une partie de chasse près de Compiègne, dans la forêt de l’automne.

L’animal doit être considéré comme «un individu et être sentant» (1), affirmait déjà, en 1887, la poétesse Marie Huot, militante féministe et animaliste, qui, toujours, sut mettre sa vie en accord avec ses convictions dans un monde dominé par les hommes (2).

Combien de fois faudra-t-il rappeler que chaque animal a son tempérament, son caractère, ses qualités et ses défauts ? Il est plus ou moins habile, plus ou moins intelligent, de bonne ou méchante humeur.

C’est parce qu’il avait une aptitude particulière à se retourner très rapidement que le taureau Provechito parvint à blesser mortellement Ivan Fandiño, le percutant pour, ensuite, le projeter en l’air. (…)

Le contrôle est une illusion, spécialement lorsqu’il s’applique à la nature et aux animaux.

C’est ce que nous rappellent le célèbre film Jurassic Park de Steven Spielberg, sorti dans les salles en 1993, et le roman éponyme de Michael Crichton, publié trois ans plus tôt.

Malgré les précautions prises, les dinosaures créés par bio-ingénierie, sur l’initiative du milliardaire John Hammond, échappent à toute maîtrise humaine et plongent dans le chaos le parc qui était censé faire d’eux des objets de divertissement.

Le film et le roman prophétisent la chute de l’Humanité technologique, dominatrice et arrogante, la nôtre, que doit remplacer une société plus juste et plus respectueuse, que symbolise la petite-fille de John Hammond, Alexis Murphy, végétarienne, comme Marie Huot.”

Passer de la tigresse assassinée à Jurassic Park, quelle terrible insulte pour la tigresse! C’est faire des animaux des monstres, imprévisibles, d’une dangerosité perpétuelle. C’est la caricature d’une Nature où tout est crime, domination, lutte de chacun contre chacun. C’est honteux.

Tous ces discours sur la « dangerosité » des animaux sauvages sont, au moins déplacés, si ce n’est totalement faux, car relevant d’une vision abstraite, formelle, caricaturale de la Nature.

Ces discours sont prisonniers de l’anthropocentrisme.  Ces discours desservent les animaux, en ne les valorisant pas comme ils devraient être.

Articles pouvant vous intéresser