L’alarmant déclin des amphibiens et des reptiles

Les reptiles et les grenouilles sont en péril en Europe, car rien n’est fait pour empêcher la destruction de leurs habitats, a déploré la Commission européenne.

«Plus de la moitié des reptiles et près de la moitié des amphibiens d’Europe sont en déclin et sont plus menacés que les oiseaux et les mammifères», s’est alarmé le commissaire à l’Environnement Stavros Dimas dans un communiqué.
«Ce constat témoigne de la pression énorme à laquelle nous soumettons la faune et la flore d’Europe et souligne la nécessité de repenser notre relation au monde naturel», a-t-il souligné.

«Les chiffres sont effrayants», a insisté sa porte-parole, Barbara Helfferich.

«Les causes sont multiples : effets du réchauffement climatique, pollution, destruction du milieu naturel, mépris pour l’équilibre naturel des espèces», a-t-elle précisé.
«L’Europe ne sera pas en mesure de respecter son objectif de mettre un terme à la perte de la biodiversité en 2010», a-t-elle regretté.

L’Europe abrite 151 espèces de reptiles et 85 espèces d’amphibiens, dont beaucoup ne vivent en nul autre endroit de la planète, souligne la Commission.

Six espèces de reptiles, notamment le lézard tacheté de Ténériffe et le lézard des murailles des îles éoliennes, et plusieurs amphibiens comme la grenouille de Karpathos et le triton du Montseny sont classés comme espèces en danger critique d’extinction. D’autres comme le crapaud à ventre jaune des Apennins sont en danger.

Articles pouvant vous intéresser