Les pirates écolos attaquent

« Es-tu prêt à donner ta vie pour sauver une baleine ? ». À la question rituelle pour entrer dans l’association écologiste radicale « Sea Shepherd », le Brestois Tanguy Gogé a acquiescé. Il est aujourd’hui chargé du recrutement des activistes français.


Bateaux éperonnés, coulés en pleine mer ou à quai. Échauffourées avec les pêcheurs, échanges de projectiles, arrestation et emprisonnement des activistes… Depuis 1977, l’association internationale Sea Shepherd mène des opérations coup-de-poing pour la préservation des baleines, des phoques et des requins, principalement. Son leader charismatique, le Canadien Paul Watson, celui qu’on nomme « Le capitaine », se dit entré en guerre contre les chasseurs illégaux d’une ressource qui ne cesse de s’appauvrir. La raison d’être de l’association s’appuie sur l’action. Puisque les mesures de protection des espèces ne sont pas appliquées, ils ont décidé d’agir sur le terrain pour empêcher le massacre des espèces. « Si on ne fait rien, la ressource continuera à diminuer et des espèces disparaîtront pour toujours », martèle le Brestois Tanguy Gogé, âgé de 33 ans.

Leurs opérations commando sur l’eau consistent à gêner les manœuvres de pêche, à s’interposer entre les animaux et les harpons, à couper les filets dérivants. Ils vont jusqu’à projeter des fumigènes et des bombonnes d’acide butyrique dégageant une odeur pestilentielle sur les ponts pour disperser les équipages à l’ouvrage. Mais les choses tournent parfois au vinaigre lorsque les bateaux se rapprochent et lors des éperonnages accidentels ou volontaires qui conduisent aux naufrages des navires de pêche… Dans les années 80, une opération de sabotage (vannes ouvertes dans le port) a décimé la moitié de la flotte baleinière pirate islandaise. Des méthodes de pirates ? « Of course ! Pour lutter contre ces pirates, il faut évidemment la détermination et les méthodes des pirates », explique Tanguy Gogé. Cependant, les activistes de Sea Shepherd refusent qu’on leur colle l’étiquette « d’éco-terroristes ». Toujours à la limite, « les activités de l’association ne se sont jamais soldées par un procès perdu », insiste le militant. Le capitaine Watson a bien été incarcéré 60 jours en Hollande et a échappé in extremis à l’exécution d’une condamnation par contumace en Norvège. « Mais ça, on n’en parle pas », rectifie le Brestois. Un des trois navires de l’association, le plus fatigué (le Farley Mowat), est actuellement immobilisé au Canada mais les actions se poursuivent à bord des deux autres.

Sweat-shirt noir à l’effigie de l’association, avec dans le dos le palmarès des navires-pirates coulés en opération, l’activiste brestois ne souhaite pas revenir sur ses débuts à Sea Shepherd et encore moins sur ses premières campagnes. « J’ai rejoint le combat et les convictions du capitaine (Paul Watson) il y a quatre ans. Aujourd’hui, je participe au développement de la branche française créée il y a seulement deux ans. Je suis chargé du recrutement des volontaires de l’association qui compte environ 200 adhérents et sept membres des plus actifs en France ». La branche française est encore jeune mais elle prépare activement sa première campagne. Une action thon rouge en Méditerranée, dès l’été prochain. Un déploiement de forces qui s’annonce d’ores et déjà des plus tendus avec, en face, des senneurs français aussi déterminés. « Ils savent que nous ne nous contenterons pas de poser un drapeau et de repartir sous les caméras, à la Greenpeace »

La prochaine campagne en Antarctique (novembre) s’annonce également des plus musclées avec une flotte japonaise qui, l’année dernière, n’a pas réussi à atteindre ses quotas ; l’association estimant avoir sauvé pas moins de 500 baleines et cachalots.

Leur combat, jugé extrême par une majorité d’écologistes, repose sur des prévisions scientifiques établissant un effondrement global des stocks de poisson d’ici 2050. Une diminution jugée irréversible pour bon nombre d’espèces marines.
« Puisque les états sont incapables de faire respecter les nombreuses lois et conventions visant à réguler l’exploitation des océans, l’association a décidé de passer à l’action sur le terrain, sans attendre, en contrant tout bonnement les actions de pêche », résume Tanguy Gogé. Une certaine mythologie entoure aujourd’hui le capitaine Watson, probablement depuis le jour où une baleine harponnée devant ses yeux l’aurait miraculeusement épargné en retombant à quelques centimètres de son pneumatique. Il dit avoir vu dans son œil qu’elle avait compris son action et ce qu’il faisait là. Il en a d’ailleurs tiré un film, « L’œil du cachalot », images à l’appui. La postérité retiendra également le fameux épisode de Saint-Pierre et Miquelon où, après avoir regretté la mort de quatre chasseurs de phoques, il ajoutait de manière abrupte, que « la chasse aux phoques était un drame plus grand que la mort des chasseurs ». Paul Watson et son équipage avaient été chassés manu militari par les habitants de l’île qui n’avaient pas hésité à les bousculer sur les quais en rompant les amarres de leur bateau. Le pavillon de l’association est noir avec une tête de mort sur un trident croisé par un bâton de berger (Sea Shepherd signifie berger des mers). À la manière des pirates, l’un des navires de l’association est entièrement noir.
Indésirable à Océanopolis
Multipliant les conférences à travers le monde, Paul Watson envisage de faire escale en avril prochain à Paris, Evian, Marseille, Biarritz et Brest. Mais Océanopolis, le parc de découverte des océans brestois, a déjà décliné sa proposition de conférence. Il compte tout de même présenter la prochaine campagne de défense du thon rouge en Méditerranée. « Et pas l’opposition à deux balles de Greenpeace », a déjà prévenu le capitaine Watson.

Articles pouvant vous intéresser

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire