• Coucher avec n'importe qui, c'est ne pas avoir les idées claires

Vague de codéine dans la jeunesse française

Plus le temps passe, plus la nécessité d’une vague straight edge est totalement nécessaire. La vague de codéine dans la jeunesse française actuellement est une de ces preuves.

Les médias, hier, ont publié toute une série de différents articles sur la codéine. Cela doit aussi beaucoup à une initiative de Christelle Cebo, qui a malheureusement perdu sa fille en raison d’une overdose ; elle est morte au bout de dix jours de coma.

Cette mère courage a réalisé une pétition expliquant la situation, la manière dont la jeunesse détourne les médicaments pour les transformer en drogues.

Il faut noter, même si ici c’est secondaire, que cette personne participe à l’exploitation animale, en tant que docteure en biologie à l’INRA; elle est spécialisée dans le lait de vache.

Nous vous engageons à diffuser l’information, à soutenir l’initiative : il faut empêcher la codéine de tomber aussi simplement dans les mains de la jeunesse!

Médicaments avec codéine : interdisons la vente libre de la nouvelle drogue des ados

Chers parents,

Savez-vous qu’en pharmacie, votre ado peut acheter en toute légalité et à un petit prix une DROGUE qui peut le tuer en une seule prise d’un arrêt cardio-respiratoire ?

Et si votre ado ne sait pas comment faire, pas de problème ! Il trouvera toutes les informations sur Internet !

D’abord, sans aucune ordonnance médicale, il ira acheter plusieurs boîtes de médicaments anti-douleur à base de codéine (codoliprane, Klipal Codéiné, Algicalm…) si possible dans plusieurs pharmacies pour ne pas risquer d’éveiller les soupçons éventuels de pharmaciens consciencieux.

Ensuite, il écrasera bien les comprimés et les mélangera à de l’eau froide.

Enfin, il filtrera le mélange avec un simple filtre à café, et il récupérera l’extrait pur de codéine concentré.

Votre ado est prêt pour le grand saut !

Sur le net, on vous conseille quand même de mélanger la codéine pure à du Sprite pour que cela soit moins amer, à un antihistaminique pour éviter démangeaisons et vomissements dus à la codéine, et à un colorant violet, pour que ce soit plus « fun » (« Purple Drank », « Syzzurp »  ou « Lean ») ….

Notre fille, Pauline, 16 ans, est décédée le 2 mai 2017 après 10 jours de coma, conséquence d’une overdose aux opiacés après ingestion de comprimés anti-douleur à base de codéine.

Dix jours de coma, dix jours à voir le corps de notre fille pris de tremblements, de soubresauts, de hoquets incontrôlés de tout son fragile petit corps- des myoclonies, terme médical et certitude que son cerveau avait été irrémédiablement détruit par l’absence d’apport d’oxygène suite à la dépression respiratoire provoquée par la codéine…

Dix jours de bruits insupportables de machines, de bip en tous genres, à vous faire siffler les oreilles quand d’aventure vous rentriez chez vous prendre une douche et dormir quelques heures …dix jours d’espoir, pour finalement entendre: « Madame, la décision médicale a été prise, le cerveau de Pauline est irrémédiablement détruit, dites-nous QUAND arrêter l’assistance respiratoire de votre fille »…

Comment accepter que Pauline, une jolie jeune fille de 16 ans, brillante (elle était en 1ère S et voulait faire médecine..), pleine d’esprit, et éprise de sports extrêmes puisse MOURIR aussi stupidement après avoir acheté LIBREMENT en pharmacie des médicaments à base d’opiacés et avoir suivi les « conseils » de quelques internautes irresponsables…

Pauline laisse derrière elle des parents, des petites sœurs aimées, des amis effondrés de douleur …

La codéine (ou méthylmorphine) est un opiacé, une molécule de la même famille que la MORPHINE ou l’HEROINE.

Elle est utilisée à visée antalgique (CODOLIPRANE,  KLIPAL CODEINE, DAFALGAN CODEINE, LINDILANE, et comme antitussif (NEO-CODION, EUPHON, THIOPECTOL…), mais c’est aussi un médicament détourné de son usage bien connu par les utilisateurs de DROGUES pour ses propriétés opiacés en auto-substitution de l’héroïne, mais aussi désormais en usage récréatif pour les adolescents en quête de sensations.

Contrairement à la morphine, la codéine N’EST PAS classée comme stupéfiant.

Certains pays comme l’ALLEMAGNE, les ETATS-UNIS, le JAPON, et l’AUSTRALIE viennent de promulguer une nouvelle loi d’interdiction la vente de codéine sans ordonnance afin de prévenir les dérives d’utilisation de ce médicament antidouleur en particulier par des adolescents en quête de sensations fortes lors de soirées alcoolisées (1444 décès en Australie dus à des overdoses de codéine entre 2000 et 2013).

EN FRANCE, LA CODÉINE EST EN VENTE LIBRE EN PHARMACIE, sans ordonnance médicale, et pour moins de 2 euros.

Des trafics de médicaments à base de codéine et des initiations à leur utilisation se répandent dans les établissements scolaires, en particulier dans les lycées.

-STOP à l’HYPOCRISIE DES LABORATOIRES PHARMACEUTIQUES qui pour des raisons financières, ferment les yeux sur les dérives liées à ces médicaments,

– STOP à l’HYPOCRISIE DES POUVOIRS PUBLICS qui sont trop heureux de trouver là une solution aux « salles de shoot », polémiques et coûteuses,

– STOP à l’INCONSCIENCE DE CERTAINS PHARMACIENS qui sont davantage des commerçants que des professionnels de santé…

PROTÉGEONS NOS ENFANTS.

INTERDISONS EN FRANCE LA VENTE DE CODÉINE SANS ORDONNANCE.

SIGNEZ LA PÉTITION !!!