Propagande religieuse djihadiste et vie animale

Continuons, comme hier (Propagande religieuse djihadiste et Nature), avec des exemples de démagogie religieuse. Commençons immédiatement avec des exemples ô combien significatifs.

On sait, en effet, que la société française rejette la Nature et les animaux en particulier. Pour la démagogie religieuse, il suffit alors de prétendre les reconnaître, en les intégrant dans l’ordre divin.

La religion exigeant un ordre social conservateur et refusant le principe d’évolution, les animaux sont utilisés comme vecteur non pas de la reconnaissance de la Nature, mais de la religion.

Dans l’image ci-dessous, un panda est utilisé pour mettre en avant le fait de mâchonner un arbuste pour se purifier les dents. Si Mahomet a rendu la pratique populaire dans le monde arabe alors, elle y était déjà connue et largement théorisée bien longtemps avant en Inde.

Comme on le voit, on retrouve facilement les animaux ou la question de la Nature dans la propagande djihadiste. Il faut dire, avec les libéraux libertaires, queers, post-modernes et autres choses affreuses qui prédominent, les religieux ont un boulevard. C’est particulièrement vrai pour les deux images suivantes.

Le texte dit de manière impropre évidemment que ce serait la logique d’un « athée », car un véritable athée ne considère certainement pas que le cheval ou le pigeon seraient le fruit du hasard : ils sont le produit de la vie, c’est-à-dire de la Nature qui se développe, se renforce, s’élargit, se complexifie, etc.

Ce sont justement les libéraux libertaires, queers, post-modernes etc. qui raisonnent en terme de hasard, n’obéissant qu’à l’anthropocentrisme.

Et c’est valable pour des gens pouvant être vegan : L214 proteste contre le réchauffement climatique en mettant en avant les élevages… C’est un exemple patent d’anthropocentrisme : au lieu de mettre Gaïa au premier plan, on met coûte que coûte l’humain en avant. L’humain, produit du hasard et séparé de la Nature, devrait « bien choisir », etc.

Les religieux djihadistes n’hésitent pas non plus à prendre la science en otage, ce qui est un comble. Dans la première image ci-dessous les fourmis évitent les pas de l’armée de Salomon car elles sont prévenues et en-dessous une autre citation explique que les fourmis peuvent communiquer.

Dans la seconde, les montagnes comme des « piquets » dans le Coran se voient donner une explication pseudo scientifique. La troisième est plus « pertinente », abordant la question du cycle de l’eau et de la vie, mais évidemment en forçant l’idée de Dieu là-dedans. La quatrième aborde la question de la botanique, toujours de manière démagogique.

Bien entendu, la religion étant anthropocentrique par définition, les animaux sont aussi des cibles, des « moins que rien »…

Concluons tout cela avec une image concernant l’embryologie, qui serait censé prouver la véracité du Coran.

L’image est très parlante pourtant : l’embryon humain a une petite queue. Comme d’ailleurs nombre d’embryons, témoignage justement de l’évolution de la vie, et donc nullement d’une pseudo création par Dieu…

Articles pouvant vous intéresser