Natalie Portman, un véganisme de façade

A LTD, nous l’avons souligné plusieurs fois, nous sommes contre la personnalisation (nous l’avons dit, nous le répétons: “Aucune personne de LTD ne fera de carrière « universitaire » ou ne publiera d’ouvrages « individuels » concernant tout ce qui touche à LTD de près ou de loin”). Malheureusement, la personnalisation est un phénomène courant dans le mouvement pour les animaux (au sens très large).

Dès qu’une personne est végane (ou végétarienne), elle est mise en avant, sur un piédestal, sans aucun sens critique. La tendance est tellement forte que même quelqu’un de non vegan peut être mis en avant dès qu’il est considéré qu’il va « dans la tendance », comme avec Brigitte Bardot, qui peut être mis en avant comme une grande protectrice des animaux, alors qu’évidemment une morale demande une cohérence personnelle et qu’elle devrait être vegane, ce qu’elle n’est pas.

Mais le libéralisme et la fainéantise sont de rigueur dans les couches aisées de la société. Le véganisme ou le végétalisme, voire le végétarisme, sont considérés comme des outils promotionnels temporaires à rapidement jeter par dessus bord une fois l’effet populaire obtenu.

L’association PeTA a ainsi mis en avant des mannequins refusant la fourrure, qui par la suite en ont reporté (nous en avions parlé ici). Il y a également Pamela Anderson, qui fait semblant d’être vegan (voir Avec Peta, Pamela Anderson est vegan sans l’être?!).

Et il y a maintenant Natalie Portman. Elle était vegan depuis octobre 2009, mais elle est enceinte et ne veut plus être vegane. Voici son explication :

“Je suis à nouveau végétarienne depuis que je suis enceinte, parce que j’avais envie de certaines choses. J‘ai écouté mon corps, et j‘ai mangé des œufs et des produits laitiers, et des choses comme ça. Je sais qu’il y a des femmes qui restent végétaliennes pendant qu‘elles sont enceintes, mais je pense qu’il faut faire très attention, surveiller son taux de fer et de vitamine B12, et les augmenter si on en manque.”

Les propos retranscrits sont en fait incomplets. Car son explication, c’est en fait surtout cela :

“If you’re not eating eggs, then you can’t have, like, cookies and pastries and things you would get from bakeries which can become a problem when that’s all you want to eat.”

Ce qui donne :

“Si on ne mange pas d’oeufs, alors on ne peut pas avoir des choses comme les cookies et les pâtisseries et les choses que l’on peut trouver dans les boulangeries, ce qui peut devenir un problème lorsque c’est tout ce qu’on veut manger.”

Cela est naturellement totalement ridicule. Natalie Portman est quelqu’un dont la carrière est marquée par de grands succès cinématographiques, elle a par exemple reçu l’oscar de la meilleure actrice il y a quelques semaines. Elle pourrait largement se payer un pâtissier personnel !

Sans compter qu’elle est une New Yorkaise depuis longtemps, et à New York trouver des produits vegans ne relève pas d’une difficulté quelconque…

En réalité, le véganisme n’est pas acceptable par des gens riches et donc sans principes. Pourquoi être vegan quand on peut vivre « pleinement » sans se « priver » ? Portman veut vivre sans se poser de questions, comme tout le monde. Elle prend sa grossesse comme prétexte pour “sauver la face” (tout en torpillant le véganisme au passage).

D’ailleurs, n’est-elle pas l’égérie du parfum “Miss Dior Chérie” ? Elle expliquait auparavant que :

“Je n’ai aucun problème avec le fait de gagner de l’argent, mais je ne pourrais pas faire quelque chose auquel je ne crois pas. Je ne pourrais pas faire de campagne de pub pour du maquillage par exemple. »

Mais il faut croire que, au-delà de l’appât du gain, le fait de poser nue pour un produit « prestigieux » comme celui de Christian Dior permette de faire sauter les dernières barrières morales.

Portman le savait très bien, car elle a alors demandé à Dior de lui faire… des chaussures véganes, histoire d’avoir la “conscience tranquille”, au moins temporairement face à ses contradictions. Car bien sûr tout le reste de la production de Dior n’est pas végan, très loin de là, et bien entendu le parfum est testé sur les animaux…

Animaux qu’en fait, Portman ne connaît pas. Son véganisme est d’ailleurs né à partir du livre de Jonathan Safran Foer. Il s’agit de ce véganisme typiquement abstrait, pétri de moralisme et de “prise de conscience” – ce qui n’est pas si mal, mais terriblement limité.

Car la société étant ce qu’elle est, on peut céder à la pression avec ce genre de moralisme. Ce qu’on ne peut pas si on aime réellement les animaux, si on reconnaît leur existence non pas abstraitement, mais concrètement. Et l’écologie est un bon critère pour vérifier cela : quand on aime les animaux, on veut préserver leurs habitats.

Tel n’est pas le cas de Portman, ni de tous les gens qui se sont accrochés à leur véganisme comme étant un moyen « de faire avancer les choses. » Car il faut arrêter de rêver ! La libération animale remet tellement de choses en question, que sa victoire ne passera pas par les institutions ni Hollywood !