Cartes de l’exploitation animale dans le monde

Il serait tout à fait erroné de penser que le véganisme progresse de manière subjective, grâce à Aymeric Caron faisant la promotion télévisuelle du végétarisme ou bien Zahia posant nue pour l’association peta.

En réalité, le véganisme progresse de manière objective, non pas grâce à ces gens justement, mais bien malgré ces gens et malgré tous les réformistes possibles et imaginables. Le véganisme est porté par l’histoire, par la réalité, et ne pas l’assumer entièrement et sans compromis c’est se mettre en porte-à-faux avec les faits.

Voici ici de très intéressantes cartes (issus de livestock wiki) soulignant un fait dont il faut bien saisir la portée: l’exploitation animale n’est pas du tout un “spécisme”, mais bien une économie. Les cartes montrent la localisation des “productions” et elles rappellent que l’exploitation animale a une base économique qui n’est nullement “diffuse” mais bien au contraire parfaitement concentrée.

La concentration ne cesse de continuer et les gens qui deviennent vegan sont le contre-produit de cela, et le restent… A moins de raisonner à l’échelle du système lui-même.

C’est un peu comme l’acteur Jim Carrey qui a traité hier de “fasciste à la solde des entreprises” le gouverneur californien ayant imposé la vaccination des enfants. Il s’imagine acteur, il n’est qu’une réaction à un fait généralisé…

Prenons par exemple une récente petite campagne menée contre le lait par une association. Si elle a pu exister, c’est uniquement parce qu’en même temps…. il y a la fin des quotas laitiers dans l’Union Européenne… Alors que dès l’automne prochain, les coopératives Agrial et Eurial fusionnent en France, pour donner le second groupe laitier coopératif, qui vise évidemment l’expansion, notamment par les exportations.

Ce groupe rassemblera 2,7 milliards de litres de lait collectés chez 6.450 producteurs, pour un chiffre d’affaires de 2,3 milliards d’euros… Une telle industrie peut tout à fait accepter quelques “râleurs” issus de son expansion.