Libération de visons en Dordogne

Aux alentours du village de Saint-Cybranet (370 habitants), près de Domme, en Dordogne, 4.200 visons se sont échappés d’une ferme d’élevage. Le propriétaire de celle-ci a expliqué aux médias: “Ce matin on m’avait abattu toutes les clôtures et ouvert toutes les cages”.

Les médias ont tenté de minimiser ce qui est sans doute évidemment une action relevant de la Libération Animale en expliquant que seulement 2.000 visons avaient été libérés, que la moitié avait été déjà “récupérée” etc.

Mais la palme de l’hypocrisie immonde revient au sous-préfet, qui a expliqué que:

“Plusieurs dizaines de visons sont malheureusement morts sur place à cause du stress”.

Si quand vous lisez cette phrase et que vous n’êtes pas vegan, vous savez ce qu’il vous reste à faire si vous ne voulez pas ressembler ne serait-ce qu’un peu à ce représentant de l’Etat, qui s’inquiète que les pauvres visons ne puissent pas mourir comme il se doit: massacrés, électrocutés…

A noter aussi les propos du maire de Saint-Cybranet, Claudine Farfal: elle pense que l’action a été menée par “des gens qui pensaient sauver ces animaux” (non? vraiment! incroyable!), et selon elle “en croyant les sauver, on en tue des milliers d’autres”…

Voilà bien la logique des prétendus amis des animaux (qui jamais ne sont vegans d’ailleurs): tout est affaire de juste milieu, de réformes, etc. Tout cela est du vent. Aujourd’hui, c’est la guerre qui est menée contre les animaux! Et d’ailleurs même sur le site du Parisien, les commentaires sont quasiment tous favorables à l’action. Voilà également de quoi contrer les arguments des pessimistes de service, qui se lamentent sur le sort des animaux non humains, mais n’assument pas la lutte!