La vie trépidante du monde végétal

Le site la Terre d’abord a pour principe qu’on ne peut se dire vegan sans considérer à sa juste valeur le monde végétal. Le monde végétal doit exister pour lui et non seulement parce qu’il sert de refuge/ressource au monde animal.

Les végétaux sont des êtres vivants, tout comme les animaux. Que les végétaux ne se comportent pas de la même manière que les animaux face au danger, à la maladie etc. ne signifie pas qu’ils ne sont pas sensibles et qu’ils n’ont pas une certaine perception de leur environnement. Qu’ils ne peuvent fuir ou crier ne signifient pas que les végétaux ne peuvent interagir entre eux. Que cette « communication » ne produise pas de sons n’est pas à balayer d’un revers de la main.

Il est connu que certains végétaux se protègent contre les animaux herbivores en sécrétant des substances qui rendent leurs feuilles repoussantes ou en produisant des épines autour des feuilles. Le cas le plus manifeste est celui de l’acacia dont le pouvoir défensif s’adapte à un environnement peuplé d’herbivores ou non. Voilà une vidéo (partie 1, partie 2, partie 3) qui explique très bien ce phénomène.

Tout comme il commence à être connu que les végétaux échangent entre eux de manière chimique par des hormones.

Cet article très intéressant nous en apprend encore un peu plus sur la vie végétale et son interaction avec son environnement proche.

Pas de véganisme sans considération du monde végétal, mondes végétaux et animaux forment un ensemble, qu’il faut comprendre dans la lutte pour le respect et la libération de Gaïa.

Articles pouvant vous intéresser