Faux Hardliners, vrais fascistes

Le forum Straight Edge, qui avait ouvert il y a quelques temps, a depuis fait son chemin, et voici un communiqué d’une très forte densité. En période de crise, il faut avoir la discipline d’esprit pour ne pas se faire avoir par la morosité, le pessimisme, les tendances destructrices, le culte narcissique du repli sur soi.

Ce communiqué, très documenté et qui tape dans le mille, rappelle que la culture straight edge, et avec elle la culture vegan straight edge, est née comme culture alternative, comme culture riche en utopies, en valeurs.

La culture vegan straight edge, mais aussi la culture straight edge bien entendu, n’est pas une « tendance négative », mais tout un état d’esprit positif, pour avancer dans sa vie, pour avancer dans la vie, pour faire avancer les gens et les choses, en général!

Faux Hardliners, vrais fascistes

Communiqué de l’administration du forum Straight Edge à l’attention de ses utilisatrices et utilisateurs, et au-delà.

Nous souhaitons clarifier notre analyse et notre positionnement quant aux individus et groupes se revendiquant ou reprenant, depuis maintenant un peu plus d’un an, le terme Hardline et, de façon plus globale, quant aux individus et groupes fascistes cherchant à se réapproprier les mouvements et cultures Straight Edge, Vegan et Hardcore.

*
* *

Rappel des événements relatifs au forum Straight Edge

Le forum Straight Edge a été créé en octobre 2008 par xEzkhx. Presqu’un an plus tard, suite à un regain d’activité du forum malgré plusieurs mois d’absence de son fondateur et administrateur, deux membres (marty et Suffox) sont parvenus à reprendre le forum en main et ont finalement accédé à son administration. Le fondateur a quitté le navire et n’a jamais refait surface.

Quelques mois plus tard, plusieurs polémiques ont éclaté à propos des positions de Suffox, notamment sur la question de l’avortement (il est ouvertement anti-avortement) mais aussi sur sa volonté d’apolitiser systématiquement le Straight Edge, la lutte de libération animale ainsi que le forum, offrant de facto ceux-ci en pâture aux fascistes avides de s’infiltrer et de s’approprier les cultures et mouvements progressistes. Sur son blog personnel, il développait également des positions clairement anti-immigration, racistes et nationalistes.

Une des conséquences des positions de Suffox fut le soutien qu’il apporta à un membre controversé du forum : HardlineR. Ce dernier débarqua sur le forum en septembre 2009, se revendiquant des mouvements Straight Edge et Hardline, cherchant à recruter des « membres » pour une mystérieuse « communauté Straight Edge du Sud-Est » [1].

Outre sa campagne de recrutement pour son organisation inexistante, il s’est illustré par la tenue de propos homophobes et anti-avortement.

Un simple tour sur son blog personnel nous révèle une pensée politique complexe qui mêle paganisme nostalgique, nationalisme, « anticapitalisme » (dans sa forme typique des mouvements de l’extrême-droite française de la décennie passée), anticommunisme primaire (autre grand classique de l’extrême-droite), reprise d’une iconographie d’Occupation, refus des clivages gauche-droite pour leur préférer une absurde « métapolitique », élitisme, darwinisme social et recherche de la pureté raciale, sexisme, virilisme et culte du corps, etc.

Une belle brochette – pas végane pour un sou – de concepts d’orientation fasciste. Il est récemment apparu que l’une des principales influences politiques de HardlineR fut (est ?) le politicien allemand Otto Strasser, membre du NSDAP avant et pendant la Seconde Guerre Mondiale qui incarnait la tendance « sociale » du parti nazi. La boucle est bouclée.

L’attitude des membres du forum à l’égard de HardlineR n’a pas été très chaleureuse – avec raison ! Pourtant, Suffox a systématiquement soutenu ce dernier, au nom de la « liberté d’expression », de la « tolérance » et de l' »apolitisme » supposés régner au sein de forum et du mouvement Straight Edge.

Au-delà de cela, il y avait de réelles connivences politiques entre les deux individus.

Il aura malheureusement fallu attendre qu’un site Internet (laterredabord.fr) publie un article [2] dénonçant la présence d’un fasciste au sein de l’administration du forum pour que des mesures soient finalement prises dans le sens de la lutte contre le fascisme (au modeste niveau du forum).
HardlineR a été définitivement banni du forum et Suffox a quitté l’administration et vu son compte supprimer.

Il va de soi que de telles mesures, voire d’autres plus radicales, auraient pu être prises plus tôt. Tel n’a pas été le cas, et ce pour deux principales raisons. La première étant qu’une certaine confusion régnait à cette époque sur le forum. Malgré son ancienneté, il était encore « jeune » et ne jouissait pas d’une communauté particulièrement active et radicale. Le fait que Suffox n’était pas un simple membre mais un administrateur du forum n’a sûrement pas arrangé la confusion en donnant l’impression qu’il jouissait d’un statut qui le rendait intouchable.

La seconde raison était à la fois l’absence de positions claires sur la question du fascisme et de ce qui l’entoure (capitalisme, racisme, sexisme, spécisme) et l’absence d’objectifs et de projets pour le forum. Il était simplement « là » et essayait de survivre.

Nous regrettons beaucoup que ces mesures n’eussent été prises plus tôt. Lors des événements (et même un peu après), de nombreuses et houleuses discussions ont eu lieu sur le forum impliquant Suffox et HardlineR. Discussions qui, nous le reconnaissons aujourd’hui, n’avaient pas leur place sur ce forum ni ailleurs. En effet, en laissant parler des fascistes sur un forum public, en plus de perdre notre temps à débattre inutilement, nous leur avons fourni la possibilité de se rencontrer, de synthétiser une partie de leur idéologie commune, et surtout nous leur avons fourni une tribune publique qu’ils ont utilisée pour étaler leur propagande et propager leurs idées nauséabondes.

Ces effets indésirables sont encore d’actualité puisque ces discussions, les arguments et les liens qui les composent sont encore disponibles à la lecture sur Internet et sont encore référencées par les moteurs de recherche.

Nous travaillons doucement depuis un an, et plus activement depuis quelques mois, à ce que ces erreurs soient réparées et surtout à ce qu’elles ne puissent plus être reproduites.

*
* *

L’émergence groupusculaire des fascistes cherchant à s’approprier Straight Edge, Véganisme et Hardline

Suite à ces événements, HardlineR et Suffox ont évolué en binôme pendant plusieurs mois. HardlineR a rallié ce dernier dans son projet toujours plus mythologique de « communauté Straight Edge du Sud-Est ».

Si beaucoup de points les rassemblent, il est à noter – et cela n’en est que plus tragique – que Suffox semble d’avantage proche des idées du National-Bolchevisme (mouvement réactionnaire d’origine russe, mais cependant pas moins fasciste que les autres mouvements nationalistes traditionnellement anti-marxistes) tandis que HardlineR est plus proche des Nationalistes Autonomes, mouvement fasciste nouvellement apparu en France. [3]

Outre la tenue de leurs blogs respectifs, leur première action commune fut la création d’un « forum straight edge ouvert à tous » [4]. Ce forum, créé en mai 2010, rassembla une trentaine de membres inscrits dont moins d’une demi-douzaine fut réellement active. Il ne donne plus aucun signe de vie depuis septembre 2010.
La seconde action commune du duo fut la production et la diffusion d’un zine « Hardline » au format numérique et au titre tout à fait évocateur : « X-SélectioN-X ».

En juillet 2010, une rencontre entre plusieurs militants « Hardline » et sympathisants, glanés sur leur forum et via la propagande assidument menée sur Internet durant les mois précédents, est organisée dans un « squat Hardline » (maison abandonnée) dans une ville du sud du pays. Il n’en ressort pas grand-chose sinon la mise en place d’une vague structure nationale : Résistance Hardline. Un site Internet du même nom est créé, mais il ne semble s’agir que du nom du réseau fantôme qui lie entre eux les différents groupuscules locaux (ou « sections »).

De quels groupuscules locaux s’agit-il ? Ils sont au nombre de quatre à l’heure où nous publions ce communiqué : un en île-de-France, un en Lorraine, un en Gironde et un en PACA [5]. Seul ce dernier est réellement actif sur Internet et un peu sur le terrain. Les trois autres n’ont plus aucune activité particulière (pour autant qu’ils en eussent une à un moment ou à un autre).

Pour résumer, cette « structure nationale » de « résistance » « Hardline », ce n’est toujours et rien d’autre qu’un groupe de quelques personnes mené par un duo charismatique et basé dans le Sud-Est du pays. Rien ou presque n’a changé depuis un an.

Mais cette évolution traduit cependant une réelle tendance du fascisme à essayer de récupérer des valeurs positives, progressistes – qui sont donc à l’opposée de leurs idéologies haineuses – et à les vider de leur contenu pour mieux les détourner.

Un exemple frappant de ces tentatives de récupération a eu lieu en 2009 en Allemagne, avec la tentative du milieu néo-nazi de s’approprier le terme « Hardcore » et d’en faire une marque déposée, interdisant ainsi la libre utilisation du mot par les groupes, labels, sites, etc. Après une longue campagne antifasciste contre cette offensive, l’institut Allemand des marques a annulé le dépôt pour le mot « Hardcore ». [6] Rappelons que la Hardcore est une scène musicale trentenaire qui rassemble des milliers de groupes partout dans le monde et forme un vaste mouvement culturel de jeunesse. Il est également le milieu d’où a émergé et évolué le Straight Edge.

Aussi les animaux se retrouvent-ils pris en otage par le discours de certains groupes ou organisations fascistes. On peut citer Brigitte Bardot et sa fondation dont la dernière campagne ouvertement raciste ne cible que la viande halal et kascher.

Les Nationalistes Autonomes tentent eux aussi de s’approprier le thème de la protection animale [7], mais bien entendu le discours sonne faux. Comment peuvent-ils être sincères dans leur lutte contre l’exploitation animale et l’exploitation de la Terre alors qu’ils défendent une société reposant sur l’oppression et l’exploitation (des femmes, des « faibles », des minorités) et la hiérarchisation (de classe, de sexe, de « race ») ? Il ne s’agit en fait que d’une critique de façade, d’un discours faussement rebelle, qui relève de l’anticapitalisme romantique [8], ne s’attaquant pas au cœur du problème.

Autre exemple, HardlineR a pris – sur son blog personnel – les loups en otage (tout comme le groupe « Le Klan du Loup » [9]) ne mettant injustement en avant les loups que pour appuyer un discours social-darwiniste, d’oppression des « forts » sur les « faibles ».

Il nous semble donc important de revenir sur l’histoire du mouvement Hardline afin de mieux comprendre la manipulation et la supercherie des fascistes qui reprennent ce terme.

*
* *

Le mouvement Hardline : du Hardcore américain…

Le mouvement Hardline est apparu aux États-Unis à la toute fin des années 80 au sein de la scène Straight Edge comme radicalisation d’une partie de sa frange vegan et écologiste. Dans un premier temps sans forme et rassemblant une multitude d’individu-e-s différent-e-s et de pensées variées, le mouvement s’est concrétisé au début des années 90 sur la côte Ouest américaine, principalement autour du groupe de Punk Hardcore Vegan Reich.

C’est en 1990 que ce groupe a diffusé, en accompagnement d’une de ses productions musicales, un manifeste sur papier : le « Hardline Manifesto » [10]. C’est ce manifeste qui a formé la base idéologique du mouvement Hardline pour la décennie qui a suivi.

Le manifeste consiste en fait en un principe essentiel : la défense de toute vie contre toute forme d’exploitation ou d’oppression. Il y transparait ainsi clairement une dimension progressiste et un lien étroit avec la culture de lutte d’extrême-gauche.
Le second principe majeur du manifeste est la mise en avant d’un Ordre Naturel, dont le respect irait de pair avec la lutte contre l’exploitation totale.

Concrètement, ce manifeste – et le mouvement qui l’a produit et adopté – promeut la lutte contre le sexisme, le racisme et le fascisme, le véganisme comme mode de vie respectueux de la vie animale et de l’environnement, le Straight Edge comme hygiène de vie qui exclut les poisons tant consommateurs que sentimentaux, l’activisme de libération animale et vise à terme une existence humaine libérée de l’exploitation et dans une relation harmonieuse avec la planète et toutes les formes de vie qu’elle abrite.

Par contre, le suivi de ces principes, associé à la dimension religieuse de l’idée d’un Ordre Naturel, amena une grande partie des Hardliners à s’opposer dans la pratique à l’avortement (puisque toute vie était « sacrée ») ainsi qu’à adopter une attitude hostile envers l’homosexualité (les sexualités considérées comme « déviantes » – non-procréatrices – n’étant pas « naturelles »). [11]

Ces derniers points, ainsi qu’une attitude globalement trop radicalement militante, ont évidemment été une source de tensions entre les Hardliners et la scène Straight Edge traditionnelle. Le mouvement Hardline a rapidement laissé la place à une scène Vegan Straight Edge toujours radicale mais plus matérialiste, issue de la côte Est américaine et globalement représentée par le groupe de Metalcore Earth Crisis.

Aujourd’hui le mouvement Hardline tel qu’il a été défini par le Manifeste n’existe plus. Il a disparu à la fin des années 90 et il est à peine exagéré de qualifier de « queue de comète » les quelques groupes et publications américaines qui se revendiquent encore aujourd’hui de la pensée Hardline.

Au cours des années 1990, les individus se réclamant du mouvement Hardline ont globalement suivi deux chemins différents :

  • une partie du mouvement s’est ancrée dans l’activisme anarchiste et d’extrême-gauche et dans celui pour la libération de la Terre et des animaux (Earth First !, ELF, ALF, …)
  • l’autre partie s’est enfoncée plus avant dans la brèche « mystico-religieuse » qui caractérisait déjà le mouvement à son origine (comme en témoigne le Manifeste), suivant par là la voie d’un des membres de Vegan Reich converti à l’Islam. L’attrait et l’adoption par le mouvement Hardline de philosophies et spiritualités orientales (Islam, Bouddhisme, Jaïnisme, Taoïsme, …) fut l’une des causes de sa séparation d’avec le mouvement Straight Edge traditionnel, nettement plus orienté vers le l’athéisme et le matérialisme.

Le mouvement Hardline et sa position sur l’avortement et la sexualité ont dans une certaine mesure participé à la considération médiatique d’un mouvement Straight Edge (et Vegan) violent, extrêmiste, intolérant. Le sexisme et l’homophobie étaient évidemment présents dans la scène Hardcore / Straight Edge, allant de pair avec le virilisme cultivé dans ce milieu. De même, l’avortement a toujours fait polémique dans la société américaine – très profondément divisée à ce sujet – ainsi qu’au sein de la scène Hardcore de l’époque. Mais le fait qu’il n’ait jamais été question de valeurs « affirmées », voire revendiquées, n’a pas eu le même impact dans les médias et, par corollaire, dans la population, que les mêmes valeurs partagées et revendiquées par les Hardliners.

Aujourd’hui encore, le mouvement Straight Edge souffre de cette étiquette médiatique de mouvement conservateur, réactionnaire, voire fasciste à cause d’une minorité Hardline [12], qui pourtant se basait sur une idéologie globalement très progressiste (pour l’époque).

Un mouvement Hardline n’a donc plus de raison d’être aujourd’hui. L’émergence d’une scène Vegan Straight Edge dénuée de principes directeurs d’origine religieuse ou mystique a achevé de rendre caduque la progression du mouvement Hardline. En effet, à la lumière de l’histoire du mouvement, il est clair que l’aspect mystico-religieux présent dans le Manifeste a été l’un des principaux facteurs qui ont empêché l’émergence d’une culture populaire, unifiée et cohérente.

Il est possible de se sentir proche des thèses écologiques radicales et sociales du Manifeste, mais s’il l’on élude l’aspect religieux, alors il n’y a pas lieu de se revendiquer du Hardline. A l’opposé, si l’on se focalise sur l’aspect mystico-religieux, alors le mode de vie Vegan Straight Edge passe en second plan et on devient une sorte de post-hardliner (c’est par exemple le cas du label Path of Perfection [13]). Mais vouloir entreprendre la résurgence du mouvement Hardline est un non-sens qui ne peut avoir comme seule conséquence que l’échec.

Pourtant certains fascistes tentent aujourd’hui de reprendre le terme de « Hardline ». Au vu de leur idéologie, de leurs textes, de leurs actions – qui n’ont plus rien à voir avec les valeurs contenues dans le Manifeste Hardline -, il apparaît comme évident qu’ils ignorent tout de l’origine et l’histoire de ce mouvement, et qu’ils passent allégrement au-dessus de cette absurdité qui consiste à s’en revendiquer.

Jamais un véritable hardliner n’aurait préconisé la préférence nationale à l’embauche, la fermeture des frontières dans des zones précisément déterminées, la santé comme unique objectif du Straight Edge ou le véganisme comme « une voie parmi d’autres ». Il paraît insensé d’imaginer que des personnes puissent se revendiquer d’un mouvement (qui possède des origines, une histoire et une culture) sur la seule base de la concordance entre l’idéologie de ces personnes avec les deux principaux points polémiques et médiatiques du mouvement. Rien d’autre ne relie pourtant le mouvement Hardline américain et les fascistes français qui s’en revendiquent.

Nous allons donc tenter de comprendre l’origine de cette réappropriation du terme « Hardline », pour constater dans les faits l’absence totale de rapport avec le mouvement américain.

*
* *

… au fascisme russe et ukrainien

Depuis le début des années 2000, une partie de l’extrême-droite slave (Russie, Ukraine) [14] se revendique du Straight Edge, et parfois du Hardline, pour désigner son mouvement politique et culturel fasciste où le rejet des drogues ne vise pas à se libérer et à se réaliser individuellement mais à sauver « son peuple » de la dépendance afin d’en faire une nation supérieure aux autres, où l’opposition à la malbouffe et aux multinationales américaines n’a rien d’anticapitaliste mais tout de protectionniste, où l’opposition à l’immigration n’est plus seulement un programme politique mais un mode de vie criminel et organisé, où l’anti-communisme n’est pas une rengaine historique mais une composante logique d’une idéologie politique qui a des sympathies bien réelles pour un nazisme appliqué au monde slave.

Cette idéologie de la « santé » pour le « peuple » et de la « pureté » pour la « nation » s’est d’abord développée au sein d’une microscopique scène Hardcore / RAC [15] russe dénuée de tout ce que le Punk aurait pu lui apporter de progressiste et de contestataire.

Ce furent ensuite les tribunes des stades de football qui prirent le relais. Celles-ci sont internationalement connues pour abriter les hooligans parmi les plus violents au monde et pour être le lieu où toutes les franges de l’imposante extrême-droite russe se rencontrent, se mêlent et parfois s’organisent. De nos jours, les militants fascistes qui se revendiquent du Straight Edge et du Hardline n’ont plus besoin des stades de football pour se mettre en avant (bien qu’ils continuent d’y sévir) : ils sont suffisamment nombreux pour organiser leurs propres manifestations [16] ! Ajoutons à cela une présence très active et une propagande rondement menée sur Internet.

Nous ne pouvons pas savoir si ces personnes et ces groupes pensent réellement que le Straight Edge et le Hardline peuvent se fondre dans leur idéologie fasciste ou s’ils jouent volontairement des clichés que les médias américains ont propagé sur ces mouvements. Il y a probablement un peu des deux.

Toujours est-il qu’aujourd’hui, ces gens-là sont plusieurs milliers en Russie et en Ukraine, qu’ils sont organisés en groupes/scènes locales, qu’ils sont très actifs sur le terrain, sur le plan culturel et sur Internet, qu’ils ont des liens très étroits avec les autres franges du fascisme local, de l’extrême-droite parlementaire aux néo-nazis armés, qu’ils bénéficient de la complaisance des autorités (politiciens, police, justice), des médias et qu’ils touchent une partie non-négligeable de la jeunesse de leur pays.

On ne compte plus les agressions et actions criminelles commises à l’encontre de consommateurs d’alcool ou de lieux de vente d’alcool. Très récemment, les premiers meurtres revendiqués par des membres du mouvement Straight Edge / Hardline ont été traités par les médias russes.

De telles tendances ont été récemment observées en Allemagne et aux Pays-Bas. Nous avons vu, plus haut, qu’elles avaient également touché la France. Car c’est bien de ces gens-là que les militants de « Résistance Hardline » s’inspirent. Une simple comparaison visuelle du « style » général de leurs sites et de leur propagande graphique avec celui des fascistes russes suffit à établir l’ascendance idéologique. [17]

*
* *

Prise de positions

Nous considérons non pas que le Straight Edge, le Véganisme et le Hardline sont des cultures et des mouvements qui n’ont rien à voir avec le fascisme. Nous considérons que ces mouvements sont opposés au fascisme par la nature même de leur philosophie, de leurs valeurs.

Il est donc hors de question de laisser des fascistes, quels qu’ils soient, s’approprier ces mouvements.

Le Straight Edge ne saurait être un outil politique visant à sublimer la pureté mythologique d’un peuple.

Le Véganisme ne sera jamais un prétexte à la haine raciste et antisémite.

Quoiqu’on pense du Hardline, nous ne laisserons pas l’héritage spirituel et politique qu’il laisse derrière lui être récupéré par quelques nazillons à la recherche d’une quelconque « ligne dure » et d’une image radicale. Pareillement, nous ne laisserons pas passer à la trappe la première tentative réussie d’harmonisation entre Straight Edge et Véganisme.

Le mouvement Hardline, par son état d’esprit originel, fait partie de notre héritage historique et culturel et, tout en restant extrêmement critiques vis-à-vis de la tournure qu’il a pu prendre, nous choisissons de l’assumer, au lieu de le balayer d’un revers de main en considérant qu’il ne nous concerne pas.

Comme nos camarades antifascistes, nous considérons que le fascisme « n’est pas une « gangrène », un phénomène causé par des petits groupes de gens aux idées d’extrême-droite, qu’il suffirait de « neutraliser » » mais que « le fascisme est une tendance inévitable du capitalisme en crise ». [18]

Ainsi, l’émergence de ces groupes « hardliners » fascistes, les tentatives des Nationalistes Autonomes pour récupérer le thème de la libération animale, les discours racistes focalisés sur l’industrie kascher et halal, etc. ne sont ni des hasards, ni des anecdotes.

Mais il ne s’agit pas simplement de petits groupes contre lesquels il faudrait lutter de front. Nous pensons qu’il faut développer les mouvements Straight Edge et Vegan et nos cultures associées afin de les rendre imperméables à toute intrusion fasciste théorique et pratique.

Nous devons tout faire pour les empêcher de déverser leur propagande, d’investir les différentes initiatives et manifestations (tant physiques que numériques) et nous devons dénoncer leurs revendications néfastes camouflées sous un discours Straight Edge, Vegan ou Hardline.

Nous devons arrêter d’être latents face à leurs attaques et tentatives de récupération. Nous devons réagir plus vite qu’eux !

Cela commence par cultiver et défendre une pensée positive et progressiste, liée au Straight Edge et au Véganisme, par connaître et donner la vraie signification et la véritable histoire de ces mouvements.

Cela commence par l’antifascisme.

Face au fascisme, gardons une ligne de conduite et de pensée positives !

_____________________________________________

Notes :

[1] Sud-Est de la France, les Bouches-du-Rhône, où il réside.

[2] « Les fachos, c’est non » : http://laterredabord.fr/?p=3848

[3] On notera également la troublante coïncidence chronologique entre l’émergeance des Nationalistes Autonomes en France et celle des fascistes dont nous parlons ici. Voir cette analyse faite par l’Action Antifasciste à l’époque où les Nationalistes Autonomes n’avaient pas encore traversé le Rhin : http://documents.actionantifasciste.fr/histonaso/histonaso.html

[4] Un forum « ouvert à tous », par opposition à notre forum qui serait un lieu « d’oppression, de censure et d’intolérance pour des motifs politiques et idéologiques. » (cf. la charte de leur forum).

[5] Il existe également une sous-section drômoise nommée « Maquis 26 ».

[6] « Sauvons le mot Hardcore… et ce qui va avec ! » : http://laterredabord.fr/?p=344 et http://laterredabord.fr/?p=3492

[7] « Nationalistes « Autonomes » « Protection » se servent des animaux pour leurs actions fascistes contre les masses » : http://www.aaartois.fr/article-nationalistes-autonomes-protection-se-servent-des-animaux-pour-leurs-actions-fascistes-contre-les-masses-65344218.html

[8] « Le fascisme est un « anticapitalisme » romantique » : http://www.aaartois.fr/article-le-fascisme-est-un-anticapitalisme-romantique-58983452.html

[9] Voir cette critique de l’utilisation de la symbolique des loups par les fascistes : http://laterredabord.fr/?p=4520

[10] Version originale : http://www.angelfire.com/ok2/sxethic/hlmanifest.html
Traduction française : http://laterredabord.fr/?p=4440

[11] Il n’est pas question pour nous de tolérer des positions, quelles que soient leur argumentation, s’attaquant à la liberté des personnes homosexuelles de vivre leurs sentiments et leur sexualité librement, et à la liberté des femmes de faire des choix concernant leur grossesse. Il nous semble cependant important et juste de noter que ces deux positions dans le mouvement Hardline sont issues d’une réflexion religieuse orientée vers la défense de la vie, de toute vie, ce qui n’est pas du tout le cas des idéologies d’extrême-droite (où l’argument religieux, lorsqu’il est avancé n’est qu’un prétexte à l’oppression et au contrôle).

[12] Nous ne nions pas non plus la place de l’apparition des « gangs » Straight Edge violents aux USA dans le traintement médiatique défavorable du mouvement.

[13] Interview du label américain Path of Perfection : http://laterredabord.fr/articles1/hardline.html

[14] et de manière plus groupusculaire dans d’autres pays : Biélorussie, Pologne, ex-Yougoslavie, Roumanie, Hongrie, …

[15] Si la particularité originelle du RAC, ou Rock Against Communism, était d’être joué par des groupes anticommunistes ou de comporter des textes anticommunistes, sa raison d’être actuelle est principalement la fédération de diverses franges fascistes au sein d’une même scène musicale. Si certains groupes RAC se défendent d’être fascistes ou racistes, il reste indéniable que l’écrasante majorité de leur public l’est.

[16] Manifestations et actions qu’ils prennent toujours soin de bien filmer. Un simple tour sur des plateformes connues d’hébergement de vidéos munis des mots-clés adéquats suffit pour constater le désastre.

[17] Il va de soi que notre analyse ne débute ni ne se conclut sur de tels raccourcis. Cependant, nous accordons de l’importance à l’iconographie et à l’infographie au sein de la culture et nous pensons pertinent d’étudier celles qui sont particulièrement typiques des fascistes, afin de pouvoir les reconnaître et les identifier lorsque – comme ici – ceux-ci se cachent derrière des symboles, des concepts et des mouvements qui ne sont pas les leurs et qu’ils se sont appropriés.

[18] Présentation de l’Action Antifasciste : http://actionantifasciste.fr/?page_id=38

Articles pouvant vous intéresser