Archives de catégorie : straight edge

Le sucre (blanc, ultra raffiné) : une drogue

Le sucre pourrait créer une dépendance. Selon Bart Hoebel, professeur de psychologie à l’Université de Princeton, "manger du sucre à l’excès peut agir sur le cerveau d’une façon similaire à l’usage des stupéfiants comme la cocaïne et la héroïne".

L’étude a été présentée mercredi 10 décembre lors de la réunion annuelle du Collège Américain de Neuropsychopharmacologie, à Nashville aux Etats-Unis.

Non seulement on le savait déjà, mais en plus l’étude se fonde sur… l’expérimentation sur les animaux!!

Continuer la lecture de Le sucre (blanc, ultra raffiné) : une drogue

Earth Crisis : Il y a une guerre. Ceci est une arme.

Il y a une guerre. L’holocauste qui n’est pas vu continue.

Les peuples indigènes à Hawaii, en Amérique centrale et du sud, en Australie, aux Etats-Unis et dans le monde entier se voient volés leurs terres, leurs cultures, et leurs vies.

Les Etats-Unis jouent un rôle prédominant dans cette destruction, dans la mesure où son gouvernement raciste et son économie capitalise les ressources de peuple avec moins de puissance.

Ceci est une arme. De rendre conscient les gens avec des positions privilégiées dans ce pays de notre responsabilité dans l’oppression des peuples indigènes.

De devenir des alliés d’organisations comme Ka Lahui Hawaii et l’AIM (American Indian Movement) qui luttent très durement pour leur survie. Pour arrêter l’holocause qui n’est pas vu….

Il y a une guerre. Une femme sur quatre est violée. Parmi elles, il y a nos soeurs, nos mères, et des amies.

Il y a une arme. Apprendre aux hommes à désapprendre les leçons apprises: que les femmes sont des objets sur lesquelles on peut librement agir et qu’on peut dominer. Apprendre aux hommes à canaliser notre rage depuis ses fondements dégradés jusqu’à quelque chose d’utile, au lieu de quelque chose de destructeur et de mortel.

A amener la vraie justice dans les cas de viol et pour rendre les rues plus sûres pour nos soeurs…

Il y a une guerre. L’époque des attaques racistes violentes n’ont pas disparu avec l’abolition et la déségrégation.

L’année dernière, plus de trente églises noires du Sud ont été brûlé. Ce ne fut que lorsque une de ces églises était fréquenté par une star nationale du football que les médias ont porté leur attention sur ces atrocités.

Il y a une arme. Dire aux gens blancs que nous avons le besoin et l’obligation d’utiliser le privilège apporter par notre couleur de peau pour travailler contre le Ku Klux Klan, les politiciens racistes, les néo-nazis.

Pour lutter aux côtés des gens de couleur pour as’assurer qu’aucune autre église ne sera brûlé, qu’aucune autre personne de couleur ne soit brutalisé par la police raciste, qu’aucune autre personne de couleur, homme ou femme, ne se voit refusé ses droits et pris comme prisonnier politique à partir d’accusations truquées…

Il y a une guerre. Les attaques violentes contre les gays continue. Dans le Colorado, la législation nouvelle permet des engagements explicitement homophobes. Les mariages de personne de même sexe ne sont toujours pas reconnus.

Ceci est une arme. Prouver aux hétérosexuels que le fait d’être gay est naturel et beau et que cela ne consiste pas en une menace pour leur existence. Rendre sûr le fait d’exprimer son homosexualité et de transformer la douleur anale en passé mystique…

Il y a une guerre. Les animaux et la Terre sont toujours pensés en terme de ressources que les humaines pourraient utiliser comme bon leur semble. Des millions d’animaux sont torturés et tués chaque année pour l’alimentation, l’habillement et la recherche.

La destruction nette des forêts détruit des milliers d’espèces vivantes qui sont rares, belles, et âgées de plusieurs siècles.

Ceci est une arme. Faire porter ses fruits à la nouvelle éthique. Prouver aux environnementalistes classiques que nous devons sauver la Terre et les animaux non seulement pour avoir des choses belles que nous pourrions regarder, mais parce que ces êtres vivants ont leurs propres valeurs inhérentes.

Pour illustrer cela, dans le contexte des nations industrialisées, l’utilisation des animaux pour l’alimentation, l’habillement, et les produits de la recherche, n’est pas nécessaire et par là injuste. Délivrer la Terre et les animaux de la destruction.

Ceci est une arme, non seulement pour détruire toutes les formes d’oppression, mais aussi pour célébrer la beauté de toutes les cultures, races, sexualités, genres, religions, espèces. Il y a une espèce pour terrasser chaque démon, pour en terminer avec chaque forme d’oppression, d’en finir avec la saison de Gomorrhe par tous les moyens si nécessaires. Avant demain. Maintenant.

Une génération brisera les chaînes.

 

 

Bachelot n’est pas opposée à « la pub sur l’alcool sur le Net »

La loi Évin va être réformée: bientôt sur internet on aura droit à de la publicité pour l’alcool. La raison en est évidente: Bachelot a cédé devant ce qu’on appelle le lobby de l’alcool. Et bien entendu Bachelot se cache derrière le caractère international d’Internet, comme si une publicité pour l’alcool sur les sites français étaient impossibles à interdire!

En clair: la santé éventuellement parce qu’il faut bien avoir la forme pour aller bosser, mais les profits d’abord.

Continuer la lecture de Bachelot n’est pas opposée à « la pub sur l’alcool sur le Net »

Binge drinking

Un ou deux verres ça va. Dix ou quinze verres, bonjour les dégâts… « Inventé » par les Britanniques, le binge drinking, qui consiste à absorber très rapidement le maximum d’alcool, est en train de devenir tendance de ce côté de la Manche. Selon une étude diligentée par le ministère de la Santé, le nombre d’hospitalisations de moins de 15 ans pour ivresse massive a augmenté de 50 % entre 2002 et 2007…

Cette quête des sensations extrêmes n’est pas sans danger. Comas éthyliques, accidents de la route, bagarres, rapports sexuels non protégés… Pour Michel Reynaud, addictologue à l’hôpital Paul-Brousse de Villejuif, « le binge drinking facilite l’installation de la dépendance. Aujourd’hui, je vois des patients alcooliques à 20 ans, alors que mes plus jeunes patients avaient 40 ans il y a dix ans ».

« Toutes les observations sur le terrain montrent la progression du binge drinking, confirme Marguerite Arène, chef de la mission prévention des toxicomanies à la mairie de Paris. A tel point que les urgences de l’Hôtel-Dieu (IV e ) prévoient désormais un dispositif particulier pour les grands rassemblements, type Nuit blanche ou Fête de la musique.

Certes, l’adolescence a toujours été une période où l’on tente des expériences. « La nouveauté, c’est la recherche de la défonce rapide, s’inquiète Marguerite Arène. Ces jeunes, en majorité des garçons, recherchent le sensationnel. Certains se filment et diffusent même leurs exploits sur Dailymotion ou YouTube. »