• Les chasseurs et le Diplôme d’Université en droit animalier

“Les pays européens globalement, et la France en particulier, restent cependant les plus gros consommateurs au monde d’alcool”

Voici un autre extrait du document de l’Institut de veille sanitaire concernant la question de l’alcool, dont nous parions hier.

Il s’agit d’une sorte de tentative d’établir une présentation « scientifique » de la question de l’alcool en France. Or, sans prendre en compte la question culturelle, c’est impossible… Comme en est la preuve la conclusion faite.

En 2011, la consommation d’alcool en France, mesurée à partir des ventes d’alcool (hors exportation), s’établit à 12,0 litres d’alcool pur par habitant âgé de 15 ans et plus.

Cette quantité équivaut à une moyenne de 2,6 unités standard (verres d’alcool contenant 10 grammes d’alcool pur) par habitant de 15 ans et plus et par jour.

Par « alcool pur », on entend la quantité approximative d’alcool pur contenu dans n’importe quel verre de boisson alcoolisée servi dans un débit de boisson.

Les enquêtes montrent que les quantités consommées par les hommes sont en moyenne plus importantes que celles des femmes. Le nombre d’unités d’alcool absorbées par les hommes en moyenne chaque jour était estimé à 4,4 unités en 2006, ce qui reste considérable au regard des conséquences connues d’un tel niveau de consommation sur la santé.

Sur la quantité totale d’alcool consommée, un peu plus de 58% l’a été sous forme de vin (y compris vins mousseux), 22% sous forme de spiritueux, près de 17,5% sous forme de bière, le reste (2,5%) sous forme de cidre et de produits intermédiaires (vins doux, vins de liqueurs, autres).

Depuis le début des années 2000, la part du vin a légèrement régressé (- 3 points de %), principalement au profit des spiritueux (+ 2,5 points de %).

Par rapport au début des années 1960, la consommation équivalente d’alcool pur en France a été réduite de plus de la moitié, cette diminution étant essentiellement imputable à la baisse de la consommation de vin.

Les niveaux de consommation (en équivalent alcool pur) de bières et de spiritueux par habitant de 15 ans et plus étaient un peu plus élevés dans les années 1960 qu’aujourd’hui, mais cette baisse n’intervient que de façon négligeable dans la très importante réduction de la consommation d’alcool des Français au cours des 50 dernières années.

Dans les années 2000, la diminution des quantités consommées s’est poursuivie à un rythme moyen de 0,2 litre par an. Les évolutions à la baisse continuent d’être constantes pour le vin et sont plus fluctuantes pour les bières, dont la consommation est cependant clairement en chute depuis 2006.

D’après les données de l’Organisation mondiale de la santé, la France se situerait en 2008 au 15e rang du classement des pays de l’UE suivant la consommation d’alcool par habitant âgé de 15 ans et plus, les pays les plus consommateurs se situant pour la plupart en Europe orientale et centrale.

Les méthodes de calcul des quantités d’alcool consommées n’étant pas standardisées, il faut considérer avec prudence ce classement entre pays.

Il apparaît, en définitive, que les habitudes de consommation d’alcool se sont très largement rapprochées dans les pays européens au cours des quatre décennies passées et que la France autrefois largement en tête du classement ne fait plus figure d’exception.

Les pays européens globalement, et la France en particulier, restent cependant les plus gros consommateurs au monde d’alcool.

La conclusion est très parlante : les pays européens deviennent homogènes dans leur basculement dans la culture de l’alcool. Et le problème est que la consommation « traditionnelle » chute au profit d’une quête de l’ivresse, d’une fuite absolument évidente, puisque comparé au reste du monde, l’alcool coule à flots…

Comme cela est dit :

« Les pays européens globalement, et la France en particulier, restent cependant les plus gros consommateurs au monde d’alcool.  »

Le problème est bien sûr que les « scientifiques » sont incapables d’ériger une position nette, libéralisme et business oblige. L’alcool est une idéologie tellement ancrée que l’attaquer de front est impossible pour ces gens.

C’est dire à quel point la question de l’alcool va devenir de plus en plus importante dans les années à venir !

“L’alcool, enjeu majeur de santé publique en France et en Europe”

Hier a été publié le nouveau Bulletin épidémiologique hebdomadaire de l’Institut de veille sanitaire, un organisme d’État. Cette fois, il s’agit d’un « Numéro thématique – L’alcool, toujours un facteur de risque majeur pour la santé en France . »
C’est un document très intéressant, au sujet duquel nous allons parler en plusieurs parties.

Ce qu’il faut déjà noter, c’est l’esprit de l’approche, aussi voici l’éditorial de ce bulletin. La première phrase est en soi déjà révélatrice, tellement elle est une capitulation : l’alcool aurait toujours existé dans les « cultures européennes » et serait donc, en fait, obligatoire.

De plus l’alcool serait seulement un problème de santé ; il ne porterait ainsi aucune valeur culturelle ou idéologique « négative. » En fait, l’étude est surtout centrée sur les problèmes de santé, les problèmes liés au travail, bref il n’y aucune compréhension de l’alcool comme problématique, seulement comme statistique !

L’alcool, enjeu majeur de santé publique en France et en Europe

Lars Møller

Organisation mondiale de la santé, Bureau régional de l’Europe, Copenhague

Même si la consommation d’alcool est profondément ancrée dans les cultures européennes depuis des siècles, et s’il tient une place très importante dans notre vie quotidienne et nos célébrations festives, la prévention de ses conséquences néfastes pour la santé n’en est pas moins une priorité de santé publique.

La consommation globale d’alcool en Europe est stable, avec d’énormes écarts d’un pays à l’autre mais aussi de nombreuses différences dans les manières de boire, qui vont d’une consommation modérée lors des repas à des épisodes répétés de consommation excessive.

La région européenne de l’OMS enregistre la consommation d’alcool la plus élevée au monde. Au sein de cette région, les consommations les plus fortes se rencontrent en Europe de l’Est et en Europe centrale, où elles continuent d’augmenter.

En Europe occidentale, cette consommation reste importante, avec une tendance à décroître

lentement. En 1970, en France, les personnes âgées de 15 ans et plus buvaient en moyenne près de 22 litres/an d’alcool pur (soit 48 g d’alcool pur par jour), ce qui représentait le niveau le plus élevé au monde. En 2009, ce niveau se situait un peu au-dessus de la moyenne observée dans l’Union européenne (11,8 litres/an/ personne de 15 ans et plus, soit 26 g par jour).

Au niveau mondial, l’alcool est considéré comme le troisième facteur de risque de morbidité, après l’hypertension artérielle et le tabac. En Europe occidentale, il est le quatrième facteur de risque, après le surpoids. En France, il a été récemment estimé que l’alcool est responsable d’environ 49 000 décès par an (S. Guérin et coll., pp. 163-8), et l’alcool demeure la seconde cause de mortalité évitable, après le tabac.

Tant la consommation totale que le mode de consommation sont des paramètres importants de la nocivité de l’alcool. Il peut agir sur la santé des individus et sur leur « capital santé » tout au long de la vie, depuis le stade embryonnaire jusqu’au grand âge, mais c’est sur la mortalité des personnes d’âge moyen, et particulièrement des hommes, qu’on observe ses principaux effets.

La consommation d’alcool pendant la grossesse expose le fœtus à des risques d’altération de son développement cérébral et est associée à des déficiences intellectuelles ultérieures chez les enfants. Le cerveau des adolescents est particulièrement vulnérable à l’alcool : plus son usage s’installe tardivement dans la vie, moins il est probable que la dépendance et les problèmes de santé liés à cet usage surviennent à l’âge adulte.

En milieu de travail, l’abus d’alcool accroît les risques d’absentéisme, ou de présentéisme, ou encore de comportements inadaptés.

L’alcool n’est pas nocif que pour le buveur. Ainsi, on estime à 3,3% la proportion des décès attribuables aux effets à autrui de la consommation d’alcool : accidents et blessures en constituent la majeure partie. Il n’a pas été possible d’estimer l’impact de l’alcool sur la criminalité, les troubles à l’ordre public, les accidents du travail, ni son coût indirect et son impact social sur la famille et l’entourage du buveur.

La consommation d’alcool dans l’Union européenne (UE) pèse d’un poids considérable sur la santé publique. S’y ajoutent d’énormes conséquences économiques et sociales résultant des méfaits de l’alcool sur les individus, les familles, la vie sociale et le travail. Nombre de ces effets nocifs touchent des personnes autres que le buveur, sans que leur quantification soit aisée : les données disponibles en Europe suggèrent néanmoins un impact important.

Des politiques publiques efficaces de lutte contre l’alcool existent et la France a, dans certains domaines, été en pointe, notamment pour ce qui est des restrictions de publicité. Ces politiques se traduisent non seulement par une baisse de la consommation, mais aussi par une nette diminution des effets néfastes qui lui sont liés.

La mortalité due aux maladies chroniques du foie représente aujourd’hui moins du tiers de ce qu’elle était dans les années 1970, avec la plus forte baisse relative observée chez les femmes. Les accidents de la route ont eux aussi significativement diminué.

Dans l’UE, presque tous les pays se sont dotés d’une stratégie nationale de lutte contre l’alcool et, dans beaucoup de cas, elle est associée au « Plan d’action européen visant à réduire l’usage nocif de l’alcool 2012-2020 » promu par l’Organisation mondiale de la santé.

Des politiques plus strictes ont été mises en place dans les pays de l’UE, notamment en matière de répression de l’alcool au volant, de campagnes de sensibilisation et d’actions mises en œuvre dans la communauté. Malheureusement, c’est moins le cas pour ce qui est de la réglementation du marketing des boissons alcoolisées et de la politique des prix.

Or, parmi les dix mesures les plus efficientes pour réduire le fardeau des maladies non transmissibles, trois concernent l’alcool et sont : a/ restreindre l’accès à la vente de détail des boissons alcoolisées ; b/ renforcer les interdictions de publicité ; c/ augmenter les taxes sur l’alcool.

Ces mesures sont reconnues comme extrêmement efficaces et mériteraient d’être prises dans tous les pays européens puisque, en théorie, les conséquences néfastes de l’abus d’alcool sur la santé sont toutes évitables.

L’impact négatif de l’usage nocif d’alcool ne doit pas être sous-estimé. Les actions de promotion d’une vie saine et de réduction des maladies non transmissibles doivent inclure cette priorité. Nous devons y consacrer des ressources et être créatifs dans les champs de la politique publique. Ainsi, en 2012, l’Écosse a instauré un prix minimum par unité d’alcool, afin de stopper la baisse toujours croissante des prix des boissons alcoolisées.

Une modélisation réalisée à l’Université de Sheffield et une étude canadienne montrent qu’un prix minimum imposé peut réduire de 3 à 5% la consommation d’alcool. De telles politiques permettront de maintenir l’alcool à un prix dissuasif, afin d’éviter la vente en grandes quantités et à bas prix.

La France paie chaque année un lourd tribut à l’usage nocif de l’alcool. Ce numéro du BEH nous permet d’accéder à de nombreuses données sur cette question et contribuera à leur diffusion. Des mesures de santé publique permettant de lutter contre les dommages liés à l’alcool ont été identifiées au cours des dernières décennies. Nous espérons que la France, comme d’autres pays européens, saura s’en saisir pour l’avenir.

“Là, j’ai compris que j’avais tué mes trois copains d’enfance”

Voici un témoignage, publié en ligne par le Journal du Dimanche, d’une personne de 32 ans, qui raconte son accident de voiture qui a eu lieu le 17 juillet 1999. Un témoignage à la fois triste et douloureux, donnant certainement matière à réflexion.

“Quand je me suis réveillé à l’hôpital de Grenoble, ma mère m’a d’abord caché la vérité : ‘Henri, tu as eu un accident, mais heureusement tu étais tout seul’. Les médecins lui avaient conseillé d’y aller doucement. J’ai fermé les yeux. Je les ai rouverts une semaine plus tard, et elle m’a parlé : ‘Maintenant, tu es prêt. Tu n’étais pas tout seul dans la voiture. Fred, Sébastien et Antonin étaient avec toi’. Là, j’ai compris que j’avais tué mes trois copains d’enfance.

C’est arrivé il y a douze ans, mais j’y pense tous les jours. C’était le 17 juillet 1999. Nous étions cinq potes inséparables. Nous habitions le même quartier, à Meylan. Nous avons fumé nos premières cigarettes ensemble, joué au base-ball, fait des virées à la plage… C’étaient les vacances d’été. L’un venait de signer son premier CDI.

L’autre avait réussi son bac pro. Moi, mon BEP maintenance. On s’est retrouvés pour un barbecue. Il devait y avoir des bières, de l’alcool. On est rentré vers 1 heure du matin. Je conduisais. J’ai heurté une chicane, ma voiture a fait un tête-à-queue et elle est rentrée dans une Mercedes qui venait en sens inverse. Sur les cinq passagers de ma voiture, trois sont morts.

D’après les analyses, j’avais 0,6 gramme d’alcool dans le sang. Et je roulais à 70 km/h au lieu des 50 km/h autorisés. La maman d’un de mes potes est venue me trouver : “Si tu avais bu un verre de moins et roulé à 50 km/h, il y aurait peut-être trois blessés, et pas trois morts”.

Que répondre? Elle a raison. Si je n’avais pas fait ces petits excès, on n’aurait pas eu ces conséquences à l’arrivée. Je me suis posé des tonnes de questions : “Est-ce que suis un meurtrier? Est-ce que je mérite de vivre?” Longtemps, je me suis interdit tout plaisir. Je me suis posé la question du suicide. Juste posé. Je n’ai pas envie de mourir. Je ne pleure pas. Pleurer, cela signifie quoi? Non, c’est la colère qui prédomine.

Je m’en veux tellement. Quand j’ai arrêté les médicaments en 2001, j’avais une telle rage que j’étais hyperactif. Je faisais dix heures de vélo par jour. Je me réveillais à 3 heures du matin et je partais marcher dans la nuit. J’avais besoin d’exorciser.

Progressivement, je me suis reconstruit. Les médecins estimaient au départ que j’avais une chance sur cinq de survivre. J’ai fait deux ans de rééducation. J’ai dû réapprendre à marcher. Aujourd’hui, mon côté gauche n’a pas tout récupéré. Et j’ai gardé des séquelles du traumatisme crânien. Je travaille à mi-temps dans un service de reprographie. Ce job de travailleur handicapé me rapporte 600 euros par mois. Mais je ne veux surtout pas qu’on me plaigne. Étrangement, avec un cerveau amoché, j’ai compris beaucoup de choses. J’ai évolué. Avant, j’étais dans le démonstratif.

Je voulais montrer ce dont j’étais capable. Maintenant, j’ai les yeux en face des trous. J’ai repassé mon permis de conduire il y a quatre ans. Mais je considère ma voiture comme un outil, pas comme quelque chose destiné à me valoriser. Je suis hypervigilant sur l’alcool. Le week-end dernier, j’étais invité chez des amis, je dormais sur place, alors j’ai pu boire. Sinon, je bois juste un verre à la santé de la mariée. Maintenant, s’il faut un capitaine de soirée pour rester sobre et ramener les gens chez eux, c’est moi!

J’ai beaucoup témoigné dans les collèges et les lycées. Je parle du surnom de mon pote Frédéric, “Pepoul”, qui veut dire peureux. Parce qu’à chaque fois qu’il montait dans une voiture, il s’installait à l’avant et bouclait sa ceinture. On le charriait : “Tu as peur? Enfin j’ai déjà eu un accident? Bah, t’es qu’un pepoul…” Ce soir-là, Frédéric n’a pas mis sa ceinture.

Une seule fois suffit. D’ailleurs, j’étais le seul attaché. Mes copains ont tous été éjectés. Le 17 juillet prochain, comme chaque année, je vais retrouver les proches de mes potes au cimetière. Je suis toujours mal à l’aise. Mais si je n’y allais pas, je me sentirais encore plus mal. Je ne vais pas me défiler. Je suis dans un trou de souffrance. Mais je ne peux pas demander pardon : ce que j’ai fait est irréparable. Je ne suis pas un assassin, je suis un tueur involontaire.

Quand je repense à la sanction qu’on m’a infligée –3.000 francs d’amende, un an de prison avec sursis et l’annulation du permis de conduire–, cela me paraît dérisoire. Moi, je crois à la répression. Les gens sont comme des enfants : au volant, ils se croient invulnérables. Seule la peur des gendarmes peut les raisonner. De toute façon, la sanction, c’est surtout moi qui me l’inflige, ma conscience. J’ai 32 ans, et je dois vivre avec cela jusqu’à la fin.”

Dominique Strauss-Kahn n’est pas straight edge

Dominique Strauss-Kahn n’est pas straight edge. On s’en doute, bien évidemment. Mais cela ne coûte rien de le rappeler, car être straight edge n’est à nos yeux pas un choix facultatif, mais quelque chose de totalement logique.

A LTD, nous sommes pour une vie naturelle, c’est ce qui fait que certains nous considèrent en quelque sorte comme des néo-hippies. Pourquoi pas, mais alors les drogues en moins, parce que nous ne pensons pas qu’il faille attendre une « monde supérieur » : la nature nous suffit.

Dominique Strauss-Kahn était lui un insatisfait, et ainsi il cherchait quelque chose en plus. Le pouvoir et l’argent, évidemment, mais comme c’est vide de sens il a voulu encore plus. D’où sa sexualité compulsive, maladive, perverse.

C’est exactement contre cela qu’est né le mouvement straight edge. Être straight edge c’est garder son esprit clair, et donc ne pas chercher à fuir ses pensées en les noyant dans l’alcool, ou bien les drogues, ou encore la sexualité.

Le 3ème « X » du mouvement straight edge est d’une importance essentielle ; faire l’amour et non pas « baiser » est quelque chose qui caractérise les straight edge. Normalement ! Car en France, il existe une forte tradition visant à relativiser cela. Ce qui n’a aucun sens, car être straight edge c’est forcément vouloir construire un couple et certainement pas pratiquer l’amour libre en se cachant derrière le « respect » pour justifier le fait de noyer ses pensées dans la sexualité.

La chanson « Out of step » de Minor Threat, qu’on cite d’habitude pour définir le straight edge, ne contient aucune ambiguïté : « I don’t smoke, Don’t drink, Don’t fuck, At least I can fucking think » qui signifie donc en français « Je ne fume pas, je ne bois pas, je ne baise pas. Au moins je peux penser. »

Dominique Strauss-Kahn, lui, n’était pas vraiment « out of step », qu’on pourrait traduire par « un saut de côté », le fait de se désengager des tendances destructrices (ce que nous considérons comme étant le noyau dur du raisonnement straight edge).

Il ne côtoyait que du beau monde : des politiques, des gens très riches, des universitaires, etc. Et il avait plein d’argent lui-même. Il n’avait aucune raison d’être mécontent du monde où on vit.

Mais nous qui sommes fondamentalement mécontents du monde où nous vivons, alors que notre planète meurt, nous avons toutes les raisons de vouloir tout remettre en cause. D’affirmer qu’il faut vivre simplement, de manière heureuse, et donc avec la nature !

Nous voulons la nature. Et Dominique Strauss-Kahn n’avait pas un mode de vie naturelle, bien au contraire. La nature c’est la coopération, ce n’est pas le fait de toujours courir, de toujours vouloir plus, de toujours s’approprier, sans être jamais satisfait.

Etre vegan straight edge, c’est vouloir vivre simplement et naturellement, sans chercher midi à quatorze heures.

Finissons avec une chanson de Youth of Today, dont le texte est vraiment quelque chose de très parlant (la chanson fait partie d’un EP avec deux autres chansons, dont justement « Disengage »).

A boy a girl a love story

Un garçon une fille une histoire d’amour

But why did it end in misery

Mais pourquoi cela a-t-il terminé dans la misère

Taking our chances getting our thrills

Tentant notre chance d’avoir des frissons

Taking and taking but never getting our fill

Prenant et prenant sans jamais se remplir

And this is what I see a modern love story

Et c’est ce que je vois, une histoire d’amour moderne

Love defined on our TV

L’amour défini par notre télévision

Telling us teaching us what we need

Nous disant nous enseignant ce dont nous avons besoin

Are we in love or just so alone

Est-ce de l’amour ou la solitude

That we’re looking for anyone to hold

Qui fait que nous cherchons quelqu’un à qui se rattacher

And this is what I see a modern love story

Et c’est ce que je vois, une histoire d’amour moderne

When the prey is caught, the thrill is gone

Quand la proie est capturée, le frisson est parti

So we’ll switch partners and move along

Alors nous changeons de partenaires et passons à autre chose

And we won’t use our brains

Et nous n’utilisons pas nos cerveaux

Because our lust is too strong

Parce que notre désir est trop fort

Overlooking the person to whom

Nous négligeons la personne à qui

The body belongs

Appartient le corps

And this is what I see a modern love story

Et c’est ce que je vois, une histoire d’amour moderne

“Pour une éthique vegan straight edge”

Etre straight edge, c’est refuser les drogues et l’alcool, ainsi que les rapports sexuels sans sentiments. En clair, c’est refuser la fausse “vie commode” qui est proposée par une société où le lendemain ne compte pas. Il n’est pas étonnant qu’être straight edge se soit relié au fait d’être vegan: tant qu’à être responsable, autant l’être jusqu’au bout!

Voici en tout cas le point de vue concernant le straight edge des Red Lions 94, un groupe antifasciste de la banlieue de Paris. Rappelons également le document présentant notre manière de voir les choses: Du refus (straight edge) au désengagement (vegan straight).paris,

Dans notre société, chaque moment de la vie quotidienne est insupportable par de nombreux aspects :

– asphyxie dans les grandes métropoles ou ennui dans les campagnes ;
– fatigue, usure, aliénation au travail et galère à la fin du mois ;
– pression subie par les femmes, par les minorités nationales, par les homosexuelLE ;
– isolement des personnes âgées et handicapées ;
– difficulté de bâtir des relations aux sentiments sincères, en toute honnêteté ;
– absence de vision d’avenir, ou du moins d’avenir heureux ;
– désespoir qui peut nous gagner face à la dévastation de la nature et la barbarie envers les animaux.

Et encore, la liste pourrait largement s’allonger.

Mais tout cela ne tombe pas du ciel : le capitalisme mène une guerre permanente contre le Peuple, il l’exploite et l’opprime.

Pour faire face à l’insupportable, deux issues se présentent dans nos vies : la révolte ou la dépression. Mais le capitalisme étouffe le moindre espoir de révolte et entretient la dépression.

C’est là le rôle des drogues, de l’alcool aux antidépresseurs, du cannabis à l’héroïne, jusqu’à la clope que l’on fume quand on est stresséE ou dépriméE.

Pour pallier à la misère des sentiments, le système capitaliste propose une surabondance de sexualité : culture « boîte de nuit », pornographie, prostitution, etc.

Voilà vers quoi nous pousse le système capitaliste, et ce d’autant plus que la culture dominante en France est indissociable des valeurs du « bon vivant ».

Contre cette culture basée sur la destruction de soi (et bien souvent des autres), il est indispensable de mettre en avant une culture nouvelle et des valeurs positives, tournées vers l’avenir et refusant toute sortes de drogues.

C’est pour cette raison que nous avons adopté le mode de vie et la philosophie Straight Edge.

Le Straight Edge met en avant le rejet de toute drogue, y compris la cigarette et l’alcool, ainsi que le rejet des relations sexuelles sans sentiments ni lendemain.

C’est la condition pour faire vivre des valeurs positives, comme le respect de soi et des autres, ou la construction de relations sincères et vraies.

La prise de drogues empêche cela, car elle nous détruit aussi bien physiquement que psychologiquement. Que cela soit voulu ou non, la prise de drogue à des conséquences sur notre entourage : par la violence, par les mensonges, par le fait que l’on donne un mauvais exemple, ou même parce que cela rend triste les personnes qui nous aiment.

La consommation de drogues dénature les relations amoureuses, surtout avec la culture « boîte de nuit » et « soirées défonce ». Dans ce genre d’ambiance le sexe est réduit à un acte mécanique de soulagement où l’on consomme son partenaire.

Dans le capitalisme, les relations sentimentales sont d’autant plus faussées que l’idéologie dominante tend à nous faire croire à un amour qui serait éternel, où toute rupture serai un échec.

Mais rien n’est éternel, tout est en mouvement permanent, en évolution !

Comme toutes choses les sentiments naissent, grandissent, évoluent, vieillissent et finissent par mourir pour laisser naître de nouveau sentiment. Il est important d’accepter cela afin de pouvoir aborder des relations honnêtes et fidèles : c’est à dire ne rien cacher de ses véritables sentiments et ne pas tromper sa ou son partenaire.

Il vaut mieux mettre fin à une relation qui n’a plus de raison d’être plutôt que d’être infidèle, provoquant souffrance et instabilité.

Dans la société capitaliste il y a donc une surabondance de sexualité mais une misère des sentiments.

Avoir des rapports sexuels sans sentiments, c’est réduire deux individus à n’être que deux corps, c’est nier leurs personnalités . C’est aussi contre cela que s’élève l’éthique Straight Edge !

Être Straight Edge c’est affirmer une part de son individualité, de son identité.

Être Straight Edge c’est reprendre le contrôle de sa vie contre les valeurs dominantes qui nous poussent à l’autodestruction.

Faire du Straight Edge une affaire strictement personnelle n’aurait aucun sens. Tout ce que l’on fait a nécessairement des influences sur les gens qui nous entourent.

De nombreuses personnes voient dans les drogues un refuge, un moyen d’échapper à la triste réalité.

Être Straight Edge c’est montrer qu’il est possible de dire non à cela, qu’il est possible de rejeter les valeurs destructrices du capitalisme.

C’est en quelque sorte former une ligne de défense pour les gens que l’on aime, pour le Peuple.

Être Straight Edge c’est aussi ouvrir une nouvelle voie, c’est se tourner vers un avenir plus positif, c’est mettre en avant le respect de soi et des autres !

C’est pour cela que le Straight Edge est intimement lié à la culture Vegan.

Comment pourrait-on prôner de meilleurs rapports entre les êtres vivants tout en continuant à massacrer les animaux et la nature ?

Comment pourrait-on être porteur d’une culture positive tout en continuant à être complice de la barbarie capitaliste envers tous les habitants de la planète ?

Refuser les drogues, la dépression, la débauche et la barbarie envers les animaux, c’est s’élever contre cette société et se battre pour un avenir radieux !

Rejeter les valeurs destructrices du capitalisme est une première étape nécéssaire sur le chemin de la Révolution !

Mais ce n’est que lorsque le Peuple aura détruit toute formes d’exploitation et d’oppression que les drogues n’auront plus de raisons d’être !

Être Vegan Straight Edge c’est reprendre le contrôle de sa vie !

Être Vegan Straight Edge, c’est jurer fidélité à la vie !

Red Lions 94 – juin 2010

Noël : tout ce qu’on aime pas!

Hier, c’était le réveillon, un événement hypocrite et commercial en tous points en conflit avec notre éthique.

Nous, nous voulons que l’humanité se replie et redonne de l’espace à la Nature ; le réveillon célèbre la victoire sur la Nature, par une flopée de cadeaux achetés dans une frénésie commerciale, et offert non pas parce qu’un objet précis fait plaisir, mais parce que c’est « comme cela. »

C’est « comme cela » qui puise sa tradition dans le père noël importé par Coca-Cola au début du siècle. Et au lieu d’être ouvertE à tout le monde, on est ouvert en petit cercle, prétendument « convivial » car familial, exactement la mauvaise volonté dont on a pas besoin.

Ajoutons à cela le bon « gueuleton » et l’alcool, sans parler de la religion, et cette fête n’a rien pour plaire. D’ailleurs, voici un « menu » du réveillon concocté par France Nature Environnement. Il s’agit d’une fédération d’associations (3.000 à peu près) qui existe depuis 1968 (elle avait avant 1990 le nom de Fédération française des sociétés de protection de la nature).

Menu A : le menu écolo

ENTREE

Duo de purées de saison

Tarama maison, huîtres et truite fumée

Accompagné de vin blanc bio

PLAT

Filet de bœuf en croûte, sauce forestière

Pommes sarladaises et sa fondue de poireaux

Accompagné de vin rouge bio

DESSERT

Charlotte aux poires

Champagne bio

Le bilan

0 pesticides

3 kg CO2 / personne

Circuit court

Produits de saison

Produits issus de l’agriculture biologique

Coût du menu par personne : 17,17 € (menu pour 8 personnes)

Pour rappel, le « tarama » consiste en des oeufs de poisson.

Ce « menu écolo » est censé s’opposer à un second menu, appelé « traditionnel » avec par exemple du foie gras, et qui a bien entendu des « Traces d’antibiotiques dans la viande  » tout en étant plus cher, etc.

Pourtant, il n’est pas difficile de voir qu’il n’est pas écologique : être écologique c’est établir un rapport différent avec les êtres vivants sur la planète. Là, ce menu est tout simplement un menu « bio », dans un sens qui est celui de la santé, et vaguement d’une critique de la pollution.

Voici d’ailleurs les arguments de France Nature Environnement :

Le saumon d’élevage est produit dans de grandes fermes aquacoles présentant des problèmes de pollution locale des eaux du fait de la sur-concentration des saumons (pollution par les fèces…). Il ne faut pas oublier la pêche intensive et indistincte, nécessaire à la production de farine de poisson utilisée dans l’alimentation des saumons.

La viande bovine est l’une des plus émettrices de CO2. Mais utiliser de la viande de vache de réforme, c’est-à-dire d’une vache laitière tarie, permet de valoriser doublement la vache : la production de lait tout au long de sa vie d’un côté et la production de viande de l’autre côté. Il est préférable de choisir la viande d’une vache ayant été nourrie principalement à l’herbe, sans OGM ni aliments importés (soja).

« Valoriser doublement la vache » : comme on le voit, rien ne distingue l’association France Nature Environnement des exploiteurs d’animaux les plus classiques. C’est la même philosophie. C’est la même vision du monde. C’est la même folie détruisant notre planète et dénaturant les humains.

Et on peut même aller plus loin, car voici ce qu’on lire en bas du communiqué de cette association :

1 kg de farine bio

2 gros pots de crème fraiche bio de 500 mL

12 œufs bio

1kg de sucre (betteraves)

250 g de beurre

1l de lait bio

1 filet de 1kg d’échalottes

1 bouteille de 50 cl de Madère

Sucre, beurre et lait : là aussi on a des produits mis en avant par l’industrie, et dont les effets sur la santé sont bien connus quand on s’y intéresse. Ce menu n’est en rien « alternatif » ni écologique : il est juste un choix vaguement différent.

Cela montre bien que quand on fait le choix de la libération animale, d’un autre rapport à la Nature, il faut être systématique et aller au bout de son raisonnement : savoir vivre l’alternative et la défendre, refuser les fausses initiatives comme celle de ce « menu écolo », se fonder sur une cohérence solide en adoptant des animaux, en s’intéressant chaque jour à la Nature!

Une colonie naturiste et végétalienne en Picardie

Voici un intéressant article tiré de l’Union, journal de Picardie et des Ardennes. Il traite, brièvement, d’une colonie naturiste et végétalienne en Picardie.

C’est à Vaux, commune d’Essômes-sur-Marne, qu’eut lieu la première expérience de vie communautaire anarchiste en France, de 1902 à 1909.Elle fut suivie, en 1911, par une autre tentative, à Bascon, à 800 mètres de Vaux.

L’orientation sera légèrement différente. Il s’agit cette fois d’une colonie naturiste et végétalienne. L’un des colons, Louis Rimbault, anarchiste végétalien, y invente un véritable aliment complet composé de 34 variétés potagères, une salade qu’il appelle «La Basconnaise».

C’est surtout de 1919 à 1926 que de nombreux adeptes, de différentes nationalités, affluent à Bascon : des écrivains comme Hélène Patou et Georges Navel, la danseuse Isadora Duncan, le philosophe Han Ryner…

La colonie cesse sa pleine activité en 1931, mais continue sous forme de colonie végétarienne de vacances, centre naturiste et auberge de jeunesse « La Basconnaise » jusqu’en 1951. Un colon original, Jean Labat dit Godec, a laissé des souvenirs dans le voisinage.

Il excitait la curiosité, sur le marché de Château-Thierry, avec ses théories sur le végétalisme et la nocivité du tabac et de l’alcool.

A cause de sa barbe hirsute et de sa longue chevelure, il était surnommé « Jésus-Christ ».
(Merci à notre historien local Tony Legendre pour ses recherches.)

En France, le naturisme, tout comme le végétarisme, n’ont pas été des valeurs assumées en masse par le mouvement ouvrier, contrairement à d’autres pays, comme l’Allemagne ou l’Autriche. Mais il y a eu néanmoins des expériences, qui ont toutes été anarchistes, dans une version individualiste et communautaire à la fois.

Bien entendu, toutes ces expériences et réflexions des années 1930 étaient utopistes, individualistes, et donc forcément limitées. Nous ne pensons pas que le naturisme soit une solution en soi (ni d’ailleurs le mouvement hippie en général).

Néanmoins, nous considérons qu’il faut connaître ces expériences et les considérer comme relevant de notre propre passé… A condition évidemment de considérer le véganisme comme quelque chose de forcément populaire.

Nous reparlerons d’ailleurs bientôt de “l’Union de lutte socialiste internationale”, qui luttait en Allemagne durant les années 1930, assumant ouvertement le végétarisme et le refus de l’exploitation animale (ainsi que de l’alcool), et qui a été une forte structure de résistance sous la dictature nazie.

Soulignons également que ce n’est certainement pas pour rien que les personnes vegan straight edge en France viennent de milieux populaires, et qu’il n’y a que les personnes provenant de couches sociales aisées ou au moins disposant d’un certain confort matériel pour sauter au plafond dès qu’on parle de “Gaïa.”

Dans les milieux populaires, il est très net que le raisonnement suivant prédomine: ce que l’on fait à la planète, cela ne se fait pas!

Et il n’est pas un hasard non plus que le mouvement pour la libération animale est le seul où les femmes ont un rôle prédominant. Citons ici deux femmes témoignant de ce regard nouveau et nécessaire: Louise Michel (figure du mouvement anarchiste) et Rosa Luxemburg (figure du mouvement communiste)…

Deux passages magnifiques, démonstration à la fois de la sensibilité et du style de pensée qu’il faut vivre pour avancer dans la lutte pour la libération totale:

Au fond de ma révolte contre les forts, je trouve du plus loin qu’il me souvienne l’horreur des tortures infligées aux bêtes.

Depuis la grenouille que les paysans coupent en deux, laissant se traîner au soleil la moitié supérieure, les yeux horriblement sortis, les bras tremblants cherchant à s’enfouir sous la terre, jusqu’à l’oie dont on cloue les pattes, jusqu’au cheval qu’on fait épuiser par les sangsues ou fouiller par les cornes des taureaux, la bête subit, lamentable, le supplice infligé par l’homme.

Et plus l’homme est féroce envers la bête, plus il est rampant devant les hommes qui le dominent.

Louise MICHEL, Mémoires

Ah! ma petite Sonia, j’ai éprouvé ici une douleur aiguë.

Dans la cour où je me promène arrivent tous les jours des véhicules militaires bondés de sacs, de vielles vareuses de soldats et de chemises souvent tachées de sang…

On les décharge ici avant de les répartir dans les cellules où les prisonnières les raccommodent, puis on les recharge sur la voiture pour les livrer à l’armée.

Il y a quelques jours arriva un de ces véhicules tiré non par des chevaux, mais par des buffles.

C’était la première fois que je voyais ces animaux de près.

Leur carrure est plus puissante et plus large que celle de nos boeufs ; ils ont le crâne aplati et des cornes recourbées et basses ; ce qui fait ressembler leur tête toute noire avec deux grands yeux doux plutôt à celle des moutons de chez nous.

Il sont originaires de Roumanie et constituent un butin de guerre…

Les soldats qui conduisent l’attelage racontent qu’il a été très difficile de capturer ces animaux qui vivaient à l’état sauvage et plus difficile encore de les dresser à traîner des fardeaux.

Ces bêtes habituées à vivre en liberté, on les a terriblement maltraitées jusqu’à ce qu’elles comprennent qu’elles ont perdu la guerre : l’expression vae victis s’applique même à ces animaux… une centaine de ces bêtes se trouveraient en ce moment rien qu’à Breslau.

En plus des coups, eux qui étaient habitués aux grasses pâtures de Roumanie n’ ont pour nourriture que du fourrage de mauvaise qualité et en quantité tout à fait insuffisante.

On les fait travailler sans répit, on leur fait traîner toutes sortes de chariots et à ce régime ils ne font pas long feu.

Il y a quelques jours, donc, un de ces véhicules chargés de sacs entra dans la cour.

Le chargement était si lourd et il y avait tant de sacs empilés que les buffles n’arrivaient pas à franchir le seuil du porche.

Le soldat qui les accompagnait, un type brutal, se mit à les frapper si violemment du manche de son fouet que la gardienne de prison indignée lui demanda s’il n’avait pas pitié des bêtes.

Et nous autres, qui donc a pitié de nous? répondit-il, un sourire mauvais aux lèvres, sur quoi il se remit à taper de plus belle…

Enfin les bêtes donnèrent un coup de collier et réussirent à franchir l’obstacle, mais l’une d’elle saignait… Sonitchka, chez le buffle l’épaisseur du cuir est devenue proverbiale, et pourtant la peau avait éclaté. Pendant qu’on déchargeait la voiture, les bêtes restaient immobiles, totalement épuisées, et l’un des buffles, celui qui saignait, regardait droit devant lui avec, sur son visage sombre et ses yeux noirs et doux, un air d’enfant en pleurs.

C’était exactement l’expression d’un enfant qu’on vient de punir durement et qui ne sait pour quel motif et pourquoi, qui ne sait comment échapper à la souffrance et à cette force brutale…

J’étais devant lui, l’animal me regardait, les larmes coulaient de mes yeux, c’étaient ses larmes.

Il n’est pas possible, devant la douleur d’un frère chéri, d’être secouée de sanglots plus douloureux que je ne l’étais dans mon impuissance devant cette souffrance muette.

Qu’ils étaient loin les pâturages de Roumanie, ces pâturages verts, gras et libres, qu’ils étaient inaccessibles, perdus à jamais.

Comme là-bas tout – le soleil levant, les beaux cris des oiseaux ou l’appel mélodieux des pâtres – comme tout était différent.

Et ici cette ville étrangère, horrible, l’étable étouffante, le foin écoeurant et moisi mélangé de paille pourrie, ces hommes inconnus et terribles et les coups, le sang ruisselant de la plaie ouverte…

Oh mon pauvre buffle, mon pauvre frère bien-aimé, nous sommes là tous deux aussi impuissants, aussi hébétés l’un que l’autre, et notre peine, notre impuissance, notre nostalgie font de nous un seul être.

Pendant ce temps, les prisonniers s’affairaient autour du chariot, déchargeant de lourds ballots et les portant dans le bâtiment.

Quant au soldat, il enfonça les deux mains dans les poches de son pantalon, se mit à arpenter la cour à grandes enjambées, un sourire aux lèvres, en sifflotant une rengaine qui traîne les rues.

Et devant mes yeux je vis passer la guerre dans toute sa splendeur…

Rosa LUXEMBOURG, Écrits de prison

Vivisection au service de médicaments jouant le rôle de drogues?!

L’alcool et les drogues ont du succès dans notre société pour deux raisons : il s’agit d’abord d’une échappatoire, d’un moyen de brûler le temps, d’une tentative paradoxale de s’oxygéner.

Et ensuite il s’agit d’un moyen de se désinhiber. Cela, tout le monde le sait plus ou moins. Faut-il donc pour « découvrir » cela torturer des rats ?

C’est apparemment le point de vue d’un chercheur canadien, James Pfaus, qui travaille dans le domaine de la neurobiologie comportementale à Montréal.

Voici les propos de ce chercheur, qui est à la fois fier de travailler pour Palatin Technologies, Roche et Pfizer, et de jouer dans un groupe « punk »…

«Nous avons été surpris de constater que des drogues aussi différentes que l’alcool et la cocaïne ont un effet similaire sur les inhibitions», explique James Pfaus, spécialiste de la psychologie, qui a publié ses travaux dans la revue Hormones and Behavior.

«D’habitude, les études se penchent sur l’impact des drogues sur les activités sexuelles normales. Habituellement, il y a des problèmes généralisés, sauf dans le cas de la cocaïne et de la caféine, qui provoquent une augmentation de l’éjaculation. Nous avons réussi à faire un modèle animal pour les inhibitions, qui montre pourquoi plusieurs personnes aiment s’intoxiquer pour plaire.»

Le professeur Pfaus a étudié des rats dont les femelles avaient été castrées et, donc, n’avaient plus de désir sexuel. «Quand les mâles les approchaient, ils recevaient une raclée parce que la femelle devenait agressive. Ils apprenaient donc à n’approcher que les femelles réceptives, notamment celles qui courbaient le dos pour faciliter la pénétration, une posture appelée lordose. Ils avaient des inhibitions, comme les humains.

L’alcool et les drogues les désinhibaient et ils se remettaient à s’intéresser aux femelles qui ne répondaient pas à leurs avances.» La quantité d’alcool nécessaire pour désinhiber les rats équivalait à environ deux verres de vin pour un humain, selon M. Pfaus.

Cet effet inattendu montre qu’il existe un circuit cérébral lié au désir et à l’inhibition qui est distinct du mécanisme principal d’action des drogues, qui diffère selon les substances. Il explique aussi pourquoi l’alcool et les drogues augmentent les probabilités de pratiques sexuelles risquées, comme d’avoir des relations non protégées.

«Je pense que les gens qui sont davantage inhibés propagent le mythe des vertus aphrodisiaques de l’alcool et des drogues. Je ne parle pas seulement des gens coincés. Ceux qui ont une sexualité débridée ou qui aiment le risque se heurtent souvent à des inhibitions qui ne sont pas nécessairement négatives, par exemple le fait de mettre un préservatif avec un inconnu.»

Les propos de ce chercheur sont absolument ridicules. L’aspect principal n’est pas la question de l’inhibition, mais le fait que les drogues et l’alcool ont un impact négatif sur le corps, et donc l’esprit.

Voilà pourquoi les rats ont eu un comportement différent, et allaient de nouveau vers les rattes stérilisées, qui ont du être bien traumatisées elles aussi par cette sinistre expérience. Ce chercheur n’a ni plus ni moins qu’orchestré des viols !

Mais il ne faut pas s’étonner du caractère barbare de ce genre de prétendus « chercheurs. » En effet, il est évident que la société humaine et la société des rats est différente ! Quand on s’intéresse à la psychologie, on s’oriente vers la sociologie, l’étude des classes sociales, des valeurs sociales et culturelles, des idéologies…

Quel rapport alors avec l’alcool et les drogues ?

En fait, cela rejoint notre mise en avant de l’aspect straight edge du mode de vie vegan straight edge.

Car ce chercheur travaille pour les grandes entreprises, pour créer des produits comme le viagra, mais pour des gens ayant des blocages non pas physiologiques, mais psychologiques.

On voit ici donc que ce chercheur pratique la vivisection (voir ici une petite liste de ses compte-rendus à ce sujet)… afin que produire des « médicaments » dont les effets sont similaires…

Cela au lieu de chercher à vivre différemment, d’une manière positive!

Apéro « saucisson-pinard », pique-nique « en blanc », halal…

La question végane est une question actuelle, elle a commencé à se poser il y a 20 ans véritablement, et chaque jour qui passe, le véganisme gagne en contenu et se pose comme une alternative nécessaire, tant sur le matériel que celui de la morale.

Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que la question de l’alimentation soit mise en avant de manière « radicale », « révolutionnaire »… mais pas forcément dans le bon sens.

Les gens qui ne veulent pas du véganisme tentent inévitablement de contourner la question, comme l’extrême-droite qui attaque le halal afin de ne pas critiquer l’industrie.

Nous en avons déjà parlé avec l’affaire de l’occupation d’un Quick « Halal » à Lyon, ou encore avec la vidéo lilloise du « Front de Libération des Cochons. »

Cette fois encore, on a eu droit à quelque chose du genre. L’apéro parisien « saucisson pinard » a en effet finalement eu lieu, sur le haut des Champs-Elysées plutôt que dans le quartier populaire de la la Goutte d’Or.

Se sont rassemblées… au moins 1.000 personnes, avec comme seule obsession commune l’alcool et la viande, dans un rassemblement au-delà de certains clivages (extrême-droite, associations « de gauche » comme « Riposte laïque » ou certains milieux féministes…).

Et cet apéro fait des émules, avec des initiatives à Douai, Amiens, Lyon…

Tout sauf végan ! Voilà le mot d’ordre de ces gens, qui critiquent le présent non pas en regardant l’avenir, mais en s’attachant au passé, un passé idéalisé, comme en témoigne l’affiche de l’appel à l’apéro.

Mais tout cela est-il bien étonnant ? Non, bien entendu, car sur le plan de la vie quotidienne, les « traditions » l’emportent, et qui représente mieux les « traditions » que l’extrême-droite ?

Cela montre bien à quel point le véganisme doit rompre avec les traditions, et se fonder non pas sur une vision nationale, mais bien une vision planétaire.

L’extrême-droite veut « sauver » la nation et ses traditions, alors que nous voulons la libération des animaux et que Gaïa ne soit pas anéantie par une folle course au profit.

La planète est assassinée, les animaux toujours plus placés dans des conditions d’esclavage… et on trouve des gens désireux de continuer « comme avant » à boire leur petit pinard en mangeant de la « cochonaille » ?

Cet alcool et ces cadavres qui sont consommés seraient l’aboutissement de l’humanité ? Le point culminant de centaines d’années d’évolution culturelle, le fruit de l’avancée de la civilisation ?

Nous le disons clairement : non ! Les innocents ont besoin de nous !

Il va de soi ici que l’extrême-droite n’est que l’avant-garde, ou plutôt l’arrière-garde des valeurs dominantes.

Voici par exemple le point de vue de Périco Légasse, rédacteur en chef de la rubrique « art de vivre » à l’hebdomadaire Marianne et animateur sur la Chaîne parlementaire (LCP) de l’émission mensuelle « Toques et politique. »

Ce point de vue est édifiant et résume tout ce qu’il faut combattre. Justement, avant de voir son point de vue sur cette histoire d’apéro, voyons d’abord ce qu’il a comme conception du monde :

“BIENVENUE A MA TABLE

Ce blog prétend défendre une certaine idée du goût de la France. Notre patrimoine gastronomique, qu’il soit agricole, maritime, viticole ou culinaire, n’est en aucun cas la propriété exclusive des Français, mais celui de l’humanité toute entière. (…)

Reflets de nos diversités régionales, expression des particularismes qui façonnent notre physiologie gustative, le vin de France, la cuisine française, les produits de nos terroirs ne sont pas les meilleurs, d’autres endroits du monde en proposent d’aussi bons, ils sont tout simplement uniques, donc irremplaçables. Les voici aujourd’hui menacés par la globalisation.

C’est cette spécificité là qu’il convient de protéger, de perpétuer et de partager, afin que les saveurs d’en France continuent à réjouir celles et ceux qui aiment célébrer le mariage des plats et des vins.

Chers lecteurs, ce blog se veut un espace de dégustation, de réflexions sensorielles, de débats alimentaires, de joutes bachiques, de convivialité gourmande, un repère de coups de gueule, de fins palais, de francs gosiers et de dents dures. Tel un festin, il est destiné au partage et à l’échange, dans l’espoir d’accueillir le plus possible de convives autour de la table.”

La mort faite culture, l’abandon de la pensée dans le vin faite civilisation. Au lieu d’une ouverture à Gaïa, voici l’idéologie de l’ouverture à l’égoïsme et à l’égocentrisme.

Quelle hypocrisie que de parler d’éveil des sens alors qu’il ne s’agit que de l’endormissement de tous nos sens par rapport à la vie, par rapport à Gaïa.

Pour ce type de gens, rien ne doit changer, l’esclavage des animaux doit se perpétuer. Voici justement comment ce « gastronome » analyse la question de l’apéro parisien « saucisson pinard »:

« Il est scandaleux que, faute de lieux privés où observer leur culte, des hommes soient contraints de prier sur la voie publique, qui plus est sans autorisation du ministère de l’intérieur (et des cultes), mais il est encore plus scandaleux que l’on s’en prenne au vin et au saucisson sous prétexte qu’ils sont instrumentalisés par un groupuscule fasciste et raciste.

Depuis quand colle-t-on des estampilles politiques sur des aliments aussi ordinaires que le vin et le saucisson dans une capitale où foisonnent en parfaite coexistence toutes les cuisines du monde ? Qui cherche à casser le consensus ? A qui profite l’anathème ?

En fait, dès lors qu’une communauté, qu’elle quelle soit, a privatisé un tronçon de l’espace public, cela devient un acquis auquel on ne peut plus toucher. Dire non, pas ça et pas comme ça, relève aussitôt de la provocation. Il faut se taire, s’écraser, la boucler. Il n’est que de voir les réactions d’hystéries, dans les deux camps, pour s’en inquiéter.

Jusqu’à nouvel ordre, le vin rouge et le saucisson sont des emblèmes inaliénables de la laïcité républicaine.

Cela peut paraître ridicule et dérisoire à première vue, mais ces valeurs-là ne sont pas négociables, car si nous cédons sur celles-là, demain, nous serons peut-être amenés à céder sur d’autres et à effacer des frontons de la République les trois mots qui n’auront plus l’heur de plaire à des citoyens s’étant un jour estimés victime de la Liberté, de l’Egalité et de la Fraternité pour lesquelles sont tombés, non seulement nos pères, mais aussi ceux de ceux qui prient dans les rues de Paris et de Marseille. »

Pour ce gastronome, ses valeurs ne sont pas négociables. Les nôtres non plus. Et il s’imagine que la question « alimentaire » n’est pas question politique.

Et si elle l’est ; elle est une question politique par excellence, c’est-à-dire s’élevant jusqu’à la morale. Qu’est-ce que la politique en effet si ce n’est la question du choix de la morale ?

C’est donc une question de priorité, et notre priorité s’appelle : libération animale et libération de la Terre. Ce sont les critères pour comprendre le monde, pour savoir ce qui va dans le bon sens, et ce qui va dans le mauvais.

Inversement, voici comment le rédacteur en chef de « Riposte laïque » explique sa ligne, dans une interview à Marianne. Il parle justement de l’occupation du Quick Halal… Et évidemment il le fait dans une perspective totalement opposée à la nôtre…

Pourquoi avoir accepté d’organiser cela conjointement avec le Bloc identitaire, une organisation d’extrême droite à la réputation sulfureuse qui semble très éloignée des valeurs que vous défendiez jusqu’ici ?

L’islamisation de la France progresse. Et nous sommes consternés par la passivité des acteurs politiques, par la façon dont ils minimisent le phénomène. Dans la gauche, qui est notre camp, les laïcs et les féministes sont aux abonnés absents. Sur la burqa, ils n’ont pas bougé !

Si les socialistes étaient encore au pouvoir, il n’y aurait pas de loi sur le voile à l’école, et toujours pas de débat sur la burqa. C’est un constat désespérant : sur le sujet de la montée de l’islam et ses enjeux, la gauche est en faillite idéologique.
Alors une fois qu’on a dit ça, qu’est-ce qu’on fait ? On reste dans un splendide isolement et on demeure pur ? Ou on commence à agir ?

Donc, vous avez choisi de perdre votre pureté en vous associant au Bloc identitaire ?

On est obligés de regarder quelles sont les forces qui sont prêtes à faire quelque chose pour alerter les citoyens sur les enjeux de la montée de l’islam. Il n’y a pas grand monde qui soit prêt à le faire, ni à gauche, ni à droite.

Le bloc identitaire a mené quelques actions qui nous ont interpellés, par exemple sur l’histoire des Quick Halal [invasion d’un Quick halal par 70 personnes affublées de masques de cochons, ndlr] ou de la mosquée de Bordeaux [diffusion d’un bruyant appel à la prière dans les rues du quartier bastide à 6 heures du matin, ndlr].

On ne se reconnaît certes pas dans leur régionalisme et leur conception ethnique. Mais on a senti chez eux une volonté de se défaire de leur côté sulfureux et de se rapprocher d’une droite populiste à l’image de l’UDC suisse [parti ultraconservateur à l’origine de la votation suisse sur l’interdiction des minarets, ndlr].

Ce n’est pas sans rappeler la logique de la fondation Brigitte Bardot, qui ne cesse elle aussi de critiquer le halal en oubliant d’attaquer l’industrie…

La logique des anti-vegans, c’est : « tout doit changer pour que rien ne change. » Et pour finir justement notre propos, voici un article d’hier, au sujet d’un autre pique-nique.

Ce pique-nique là s’est déroulé également à Paris, la veille de l’apéro « saucisson-pinard. » Il est son contraire… Mais justement pas pour nous, en tant que vegans!

Des milliers de Parisiens au «pique-nique en blanc»

La seule condition pour participer était d’être habillé de blanc. Des milliers de Parisiens ont participé jeudi soir au pique-nique géant organisé dans le jardin du Carrousel à Paris. Le must de l’élégance et de la fête chic.  Pendant que d’autres regardaient le match de football, des centaines de personnes ont convergé entre 20 heures et 21 heures en un même endroit tenu secret jusqu’au dernier moment.

Le décor : tables de bridge, nappes blanches, chandeliers en argent, bouteilles de champagne et repas soigné. Depuis vingt ans, cet événement surprise remporte un succès croissant. Hier soir, plusieurs milliers de personnes ont fait bombance… avec l’autorisation implicite de la préfecture de police.

Apéro « saucisson-pinard », pique-nique « en blanc », halal… Aucune différence à nos yeux!

Nouvelle vidéo de la sécurité routière

La sécurité routière a mis en ligne une vidéo d’un peu plus de cinq minutes, intitulée « insoutenable. » Le titre de cette vidéo tient au fait que les images sont très réalistes, tant pour la fête où l’alcool coule à flots, que pour l’accident et les morts.

La sécurité routière explique dans un article d’explication sur cette vidéo

« Chaque semaine, 7 jeunes âgés de 18 à 24 ans perdent la vie sur les routes de France dans un accident lié à l’abus d’alcool et plus de 27 sont blessés. Les vendredi, samedi et dimanche représentent 56 % des décès des 18/24 ans dont 63 % ont lieu la nuit.”

Mais cette constatation est précédée d’une sorte de discours mi-philosophique mi-paternaliste très particulier. Voici ce qu’on peut lire:

“Ce film est conçu comme un puzzle haletant qui place le spectateur en état de choc.

La Sécurité routière s’adresse directement aux jeunes. Elle le fait donc, pour la première fois, exclusivement sur Internet avec ce film coup de poing dont le paroxysme est atteint avec un accident tragique qui survient en pleine euphorie après une soirée trop arrosée entre amis.

L’objectif, au travers de cette histoire implacable qui donne à voir des destins fracassés, est de provoquer une prise de conscience du risque que représente le fait de conduire en état d’ivresse et de monter dans une voiture pilotée par une personne qui n’est plus maîtresse d’elle-même.”

C’est là qu’on voit le caractère absurde de cette vidéo de la Sécurité routière.

La Sécurité routière en appelle en effet à la raison. Or, pour toucher des personnes « non raisonnables », elle met en avant une vidéo faisant appel non à la raison, mais aux émotions.

Or, si c’est la raison qui doit guider ces personnes, et non les émotions, alors quel est le sens d’une telle vidéo ?

Il y a de plus une énorme hypocrisie dans cette vidéo. En effet, les orgies d’alcool ne sont certainement pas propres à la jeunesse, loin de là.

Si la jeunesse a accès à l’alcool, c’est parce que dans la société celui-ci coule à flots ; il y a une véritable industrie, une grande valorisation culturelle (notamment en France bien entendu).

De plus, la jeunesse bascule dans l’alcool et les drogues en raison du malaise qu’elle vit. Elle ne sera donc certainement pas touchée par une campagne de ce type.

Car, quand on voit le monde comme il est et comme il devient, comment ne pas déprimer ? Comment se protéger face aux tentations des paradis artificiels ? C’est, selon nous, toute la force des valeurs foncièrement positives de la culture vegan straight edge.

Car l’Etat pourrait aisément faire une loi pour que toutes les voitures soient bridées, aient une vitesse limitée dès leur fabrication. Tout comme il pourrait faciliter l’usage des transports en commun.

Mais comme il est au service de l’industrie, il ne le fera pas, il ne le fera jamais. L’État est au service d’une société où règne une certaine consommation, et la production qui va avec : les paradis artificiels des drogues et de la « bonne chère » accompagnée d’alcool…

Binge drinking

Un ou deux verres ça va. Dix ou quinze verres, bonjour les dégâts… « Inventé » par les Britanniques, le binge drinking, qui consiste à absorber très rapidement le maximum d’alcool, est en train de devenir tendance de ce côté de la Manche. Selon une étude diligentée par le ministère de la Santé, le nombre d’hospitalisations de moins de 15 ans pour ivresse massive a augmenté de 50 % entre 2002 et 2007…

Cette quête des sensations extrêmes n’est pas sans danger. Comas éthyliques, accidents de la route, bagarres, rapports sexuels non protégés… Pour Michel Reynaud, addictologue à l’hôpital Paul-Brousse de Villejuif, « le binge drinking facilite l’installation de la dépendance. Aujourd’hui, je vois des patients alcooliques à 20 ans, alors que mes plus jeunes patients avaient 40 ans il y a dix ans ».

« Toutes les observations sur le terrain montrent la progression du binge drinking, confirme Marguerite Arène, chef de la mission prévention des toxicomanies à la mairie de Paris. A tel point que les urgences de l’Hôtel-Dieu (IV e ) prévoient désormais un dispositif particulier pour les grands rassemblements, type Nuit blanche ou Fête de la musique.

Certes, l’adolescence a toujours été une période où l’on tente des expériences. « La nouveauté, c’est la recherche de la défonce rapide, s’inquiète Marguerite Arène. Ces jeunes, en majorité des garçons, recherchent le sensationnel. Certains se filment et diffusent même leurs exploits sur Dailymotion ou YouTube. »